Sans la reine goldikova, un jeu d’échec sous d’autres règles

Autres informations / 05.09.2009

Sans la reine goldikova, un jeu d’échec sous d’autres règles

LONGCHAMP, Dimanche

Le Prix du Moulin de

Longchamp (Gr1), remporté l’an dernier par la championne et ? JDG

Rising Star ? Goldikova (Anabaa), a rassemblé les lignes des

Prix Rothschild et Jacques Le Marois (Grs1), en somme les deux courses

survolées par la belle de Freddy Head lors du meeting deauvillais. Sur le mile,

toutes générations confondues, qui sera donc le meilleur…après Goldikova ?

 

Les 3ans se pressent aux

portes de la succession de Goldikova

Ces dernières années, les

3ans se sont plusieurs fois mis à l’honneur dans le Prix du Moulin de Longchamp

(Gr1). Goldikova, donc, l’an dernier, et Darjina (Zamindar), en 2007, se sont

imposées. Depuis 2000, cinq 3ans se sont illustrés.

Cette année, quatre 3ans, dont

la dauphine du Prix

Rothschild Elusive Wave

(Elusive City), se frotteront à leurs aînés, des mâles surtout. Une seule autre

femelle est en lice : la “Maktoum” Summer Fete (Pivotal), gagnante des Oaks

Tree Stakes (Gr3), épreuve disputée à Goodwood et réservée aux seules femelles.

« J’aurais évidemment préféré avoir le 2 plutôt que le 8 dans les stalles »,

nous a déclaré Jean-Claude Rouget, entraîneur de la gagnante de la Poule

d’Essai (Gr1), avant d’ajouter que cette course était difficile.

À Deauville, Elusive Wave a

été impériale en terminant en tête de la “deuxième” course, celle disputée

derrière Goldikova.

 

Face à Elusive Wave, deux

mâles aux lignes toutes aussi flatteuses

Goldikova a des ambitions

dépassant les frontières européennes. Mais ses dauphins poursuivent eux un

programme très classique en disputant le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1). Six

visiteurs viennent défier les trois tricolores de la course dont Aqlaam (Oasis

Dream), deuxième de Goldikova, et Virtual (Pivotal), qu’il a laissé à cinq

longueurs sur la côté normande. Entraîné par John Gosden, ce dernier a

finalement été programmé sur cette épreuve plutôt que les Queen Elizabeth II

Stakes (Gr1), le 26 septembre, comme cela était envisagé après le Jacques Le

Marois.