Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Shom sioul, un mélange d’orient et d’occident

Autres informations / 05.09.2009

Shom sioul, un mélange d’orient et d’occident

CRAON, Samedi

Prix Richard de Gennes (F)

Dans notre précédente

édition, nous mettions en avant le palmarès très flatteur que possède le Prix

Richard de Gennes (F). L’an dernier, c’était en effet Rendons Grâce (Video

Rock) et Ronaldo des Mottes (Rifapour) qui avaient formé le jumelé gagnant.

Cette année, la victoire est

revenue de manière un peu inattendue à Shom Sioul (Divine Light), très

difficile à juger avant l’épreuve, et qui apporte un premier succès chez les

AQPS à son père, Divine Light. Elle avait débuté de manière très correct

(deuxième) le 14 août à SaintMalo, mais, comme toujours à cette époque de

l’année chez les AQPS, les lignes restent floues et mieux valait se garder de

tout pronostic quant au niveau de la “G” de Saint-Malo. Désormais, on y voit un

peu plus clair, c’était une bonne course. Car Shom Sioul gagne de très belle

manière, prenant l’option de se rapprocher à l’extérieur en face. Après un

dernier virage négocié tout en dehors, elle s’est montrée très accrocheuse pour

s’imposer. Le Prix Jacques de Vienne (A) pourrait désormais se retrouver sur sa

route.

Deuxième l’an dernier avec

“Ronaldo”, l’élevage “des Mottes” obtient le même classement cette année avec

“Sun”. Un peu malheureuse, car contrainte d’attendre, elle aurait pu obtenir un

meilleur classement avec un passage plus franc et plus tôt. Après une

réclamation, Sun des Mottes (Adnaan) s’est vue confirmée à la deuxième place.

 

Un père inédits chez les AQPS

Élevée par Antoine Polard,

Shom Sioul possède des origines inédites pour un AQPS. En effet, son père,

Divine Light, importé du Japon, est connu chez les pur-sang pour avoir donné la

championne Natagora. Mais chez les AQPS, il l’est beaucoup moins et Shom Sioul

est même le seul AQPS issu de Divine Light (source France-Galop) à être né et à

courir.

Concernant le côté maternel

de Shom Sioul, sa mère, Ialta Kervero (Cadoudal) n’a pas couru. Elle possède

quatre produits référencés depuis 2002, dont Oleamax (Kalmoss), gagnant de

trois courses, et Roawn (Loup Solitaire), lauréat de deux de ses quatre

sorties. En 2008, Ialta Kervero a donné naissance à un mâle par Agnès Kamikaze.

 

CRAON, Samedi

Prix Helios Quercus (D)

BELLINISSIMO VISE JUSTE

Déjà lauréat de “D” cet hiver

à Cagnes-sur-Mer, Bellinissimo (Hawk Wing) trouavit théoriquement un bon

engagement dans le Prix Helios Quercus (D), grâce à la décharge de son

apprenti, Mickaël Forest. Ce duo n’a pas manqué sa cible, rempotant très

facilement la course après un très bon parcours.

Cette victoire est la logique

même, car le pensionnaire de Jean-Claude Rouget possédait les lignes les plus

solides au départ de l’épreuve. Il avait notamment terminé quatrième du Prix F.B.A.

Aymeri de Mauléon (L), à Toulouse, et il avait battu cet hiver le régulier et

pratique Cirrus des Aigles (Even Top), ce dernier ayant ensuite répété à chaque

fois tout au long de la saison. Bellinissimo succède au palmarès de ce Prix

Helios Quercus à Bergamask (Kingmambo), qui avait ensuite pris part au Prix du

Point du Jour (L), disputé sur ce parcours à la fin du mois de septembre.

Deuxième, Takyro (Take

Risks), qui avait remporté ses deux premières sorties à 2ans sous

l’entraînement de JeanPierre Pelat, prouve qu’il revient en bonne forme, après

un passage à vide.

 

Une famille très

internationale

Acheté aux Breeze-Up Arqana

de 2008, pour 20.000€, Bellinissimo possède une famille très internationale. Sa

deuxième mère, Elect (Vaguely Noble), placée des Sun Chariot Stakes (Gr2 à

l’époque), en Angleterre, a produit des compétiteurs s’étant révélés sur le sol

“US”. Parmi eux, on retrouve Aquaba (Damascus), sept fois gagnante aux

Etats-Unis, dont une fois dans un Gr3. La troisième mère de Bellinissimo, Monade,

a elle remporté les Oaks d’Epsom (Gr1), le Prix Vermeille (Gr1), et a terminé

deuxième de l’Arc et du Prix Jacques le Marois (Grs1)

Les autres partants dans leur

ordre d’arrivée : Lavetoria (Danehill Dancer), Tsar Jack (Machiavellian Tsar),

Zlin (Enrique), Beyond Time (Key of Luck). Tous couru.

Installée parmi les favoris,

Darbaza s’installe au commandement et fait du train. Zlin l’accompagne en tête,

devant le favori, Bellinissimo, bien placé. Darbaza négocie assez mal le

tournant final, mais pénètre en tête dans la ligne droite. Elle va rapidement

subir des attaques et, à 250m du but, elle sera rejointe et facilement dépassée

par Bellinissimo. Ne s’arrêtant pas une fois en tête, le pensionnaire de

Jean-Claude Rouget file au poteau et s’impose très nettement. Revenu des

derniers rangs, en pleine piste, Takyro termine très fort et vient s’octroyer

le premier accessit, montrant qu’il revenait à un bon niveau. Il devance

Kameruka, également montée à l’arrière-garde et qui est venue ramasser quelques

concurrents qui avaient été trop pressés en tête.