Vision d’état en route vers sa destinée

Autres informations / 12.09.2009

Vision d’état en route vers sa destinée

Des trois courses

préparatoires à l’Arc qui ont lieu ce dimanche, le Qatar Prix Foy est la plus relevée.

Contrairement à l’habitude qui veut que le nom du futur gagnant de l’Arc se

révèle plutôt dans le « Niel » ou le « Vermeille ». Nous ne serions pas étonnés

de trouver chez les vieux le nom du plus sérieux challenger de Sea the Stars

(Cape Cross).

Meilleur cheval d’âge en

Europe, Vision d’Etat (Chichicastenango) fera un retour à la compétition

attendu dans le Qatar Prix Foy (Gr2). Mais son entraîneur, Éric Libaud, a

prévenu : Vision d’Etat n’est qu’à 80% et il n’est pas question de lui donner

une course à la mort dimanche. Logique, car depuis le début de la saison, le

grand objectif du lauréat du Jockey Club (Gr1) 2008 est le Qatar Prix de l’Arc

de Triomphe (Gr1). C’est dans trois semaines et Vision d’Etat, qui sera de

nouveau associé à Olivier Peslier, est un cheval qui sait s’économiser. Il

n’est pas du genre à faire des démonstrations et cette sortie lui permettra

avant tout de se remettre en route, lui qui n’a plus couru depuis le 17 juin.

 

 

Qatar Prix Foy (Gr2)

Magadan, dans son jardin

La ? JDG Rising

Star ? Magadan (High Chaparral) aime Longchamp. En

quatre sorties, il y compte trois victoires, dont deux très impressionnantes en

début d’année dans les Prix Lord Seymour

(L) et d’Hédouville (Gr3). À

4ans, Magadan est un cheval qui a déjà prouvé sa classe, mais qui a encore peu

couru (8 fois). Pour son premier essai au niveau Gr1, face à des chevaux

vraiment endurcis au plus haut niveau, dans le Grand Prix de SaintCloud, il

s’est classé cinquième. Il était battu, certes, mais il a beaucoup appris lors

de cette course et ce surplus d’expérience lui sera utile

pour ses futurs combats.

Pourquoi pas dans l’Arc, dans lequel il est engagé ? Pour l’aider dans sa tâche

dimanche, Magadan sera épaulé par Tsar de Russie (Montjeu).

 

Spanish Moon, le faux tardif

de Sir Michael Stoute En Angleterre, Spanish Moon (El Prado) a été interdit de

courir pendant 6 mois, à cause des difficultés qu’il faisait pour entrer dans

sa stalle. Son premier essai en France a été une réussite grâce aux pousseurs

-, puisqu’il a remporté son premier Gr1, le Grand Prix de Saint-Cloud.

Contrairement à beaucoup de pensionnaires de Sir Michael Stoute, Spanish Moon

n’est pas un vrai tardif. Il a gagné sa course à 2ans pour sa seule sortie

avant de connaître des ennuis de santé à 3ans.

 

HISTOIRE DE LA COURSE

Création : 1955. Ouvert aux 3

ans jusqu’en 1966

Groupe 3 à la création des

Patterns et promu Gr2 en 1998

Temps record du Prix Foy : 2’28”60

(2003), Ange Gabriel.

Huit victoires de chevaux entraînés

à l’étranger dont sept en provenance d’Angleterre et un du Japon. Deux

victoires de chevaux entraînés dans la Sarthe (Limnos 1998, Ange Gabriel 2003).

Huit victoires pour André

Fabre (record).

Neuf victoires pour la famille

Wildenstein dont celles d’Allez France (2), de Sagace (2), d’Aquarelliste et

Policy Maker (record).

Dernier auteur du doublé Foy

Arc : Sagace, en 1984. En 1992, Subotica, battu dans le Prix Foy, avait

remporté ensuite l’Arc.

 

 

 

Les engagés dans l’Arc

Crossharbour, Spanish Moon,

Vision d’État, Magadan et Buccellati.

 

 

 

Qatar Prix Foy (Gr2)

Crossharbour rattrape le

temps perdu

Frère de Rail Link (Dansili),

lauréat de l’Arc en 2006, Crossharbour (Zamindar) n’est pas encore son frère.

Très tardif, il progresse en permanence, comme il vient de le démontrer dans le

Prix Gontaut-Biron (Gr3). Après 10 mois d’absence, il s’est imposé de manière

très impressionnante. Ses limites sont finalement difficiles à cerner et ce

Prix Foy sera un bon test pour lui, face à des adversaires endurcis.

 

 

 

Faut-il s’attarder sur les

statistiques du Prix Foy ? Il est évident que si l’on regarde les vainqueurs de

l’Arcsortant du Prix Niel, par rapport à ceux sortant du Prix Foy, il n’y a pas

photo. Le Prix Niel est un vivier de vainqueurs d’Arc, alors que le Prix Foy

fait plutôt figure de tombeau. Cela veut-il dire que Vision d’État, s’il gagne

le Prix Foy, ne pourra remporter l’Arc ? Non. Car le bon cheval est déjà une

exception à lui tout seul, qui déjoue la loi des grands nombres. Vision d’État

encore plus, car qui aurait dit que ce cheval destiné à l’obstacle remporterait

le Jockey Club et deviendrait, à 4ans, le meilleur cheval d’Europe…