Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

vive le progrès ! ou retour vers le futur ?

Autres informations / 22.09.2009

vive le progrès ! ou retour vers le futur ?

AU CŒUR DE L’ACTU

 

 Mardi 22 septembre 2009 / 2

Carte blanche à…

Corinne Barande-Barbe,

Présidente des actionnaires

du Galop

Nous vivons une époque

formidable :

depuis plus de cinq ans, mon

groupe et moi-même, avides de transparence et de régularité, demandons une

réforme du juridictionnel et l’élection individuelle des commissaires

(aujourd’hui validés par liste).

Il nous semble indispensable

de légitimer le corps des Commissaires et que ceux-ci rendent des comptes sur

leur formation, leurs compétences, leurs critères de sélection. Nous demandons

qu’ils expriment leur dogme, leurs règles

… Qu’ils communiquent et

motivent leurs décisions sur le site de France Galop.

Si une loi est mauvaise, il

faut en parler et la faire évoluer hors d’un contexte de crise. Plutôt que d’en

critiquer l’application en opportuniste … Qui a dit que gouverner, c’est

prévoir ?

Bref, les Actionnaires du

Galop réclament une évolution constructive du juridictionnel afin de rendre les

décisions incontestables et respectées. Toiletter l’institution avant

l’ouverture…

 

Curieusement, à chacune de

nos interventions, le Comité reste silencieux, personne n’embraie et rien ne

bouge ! Le président Rothschild a bien évoqué une réforme aux dernières

élections, mais il semble qu’il y ait un barrage infranchissable …

Et voilà qu’une décision crée

la polémique et c’est la RÉVOLTE !

Il faudrait appliquer la

doctrine anglaise, les anglais sont si sportifs et fair play !

N’ont-ils pas, en 1980,

distancé le champion “français” Nureyev dans les Guinées ?

Peu importe, brusquement, nos

Commissaires sont bons pour la réforme.

Le public crie à Longchamp et

voilà tous les courageux qui suivent et montent au créneau …

 

À nouveau, on voit un

administrateur se poser en rebelle par voie de presse. Mais que font-ils au

conseil d’administration ? Ceux qui font partie de l’organe décisionnaire ne

devraient ils pas travailler leurs dossiers, faire des propositions et

construire l’avenir plutôt que de se contenter de surfer sur la vague grondante

? Est-il responsable de multiplier les pressions avant le résultat d’un Appel ?

 

J’en viens à me demander si

le véritable intérêt d’une Charte ne serait pas d’empêcher les administrateurs

de divaguer plutôt que de forcer les entraîneurs à débiter des banalités !

 

L’entrée des

socioprofessionnels au Comité était un progrès, parce qu’elle induisait la

concertation. Les évolutions techniques permettent d’analyser les courses sous

toutes les coutures et SÉCURITÉ et RÉGULARITÉ sont devenues les axes majeurs.

Est-ce regrettable ?

 

Toujours des progrès :

Nous disposons d’un outil

scientifique : le pénétromètre qui peut nous dire l’état chiffré du terrain. Eh

bien, pour

éviter les contestations,

depuis le 1er septembre, on n’in-

forme plus en chiffres,

l’état du terrain est exprimé en “appréciations” : bon, bon souple, souple,

collant etc.

Nous disposons d’un

“Département propriétaires” et d’une “Commission propriétaires” … Si, si ! Vos

nouveaux

clients ne sont-ils pas

accueillis à bras ouverts ? N’y a-t-il pas sur les hippodromes et aux ventes

des brochures et des responsables prêts à informer et à faciliter l’accès au

propriétariat ?

Nul doute, puisque nous les

demandons, que nous saurons bientôt les résultats de ces initiatives et l’impact

du budget consacré à la fois à la prospection et à l’attachement des

propriétaires…