Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Dans l’intimité de yeats

Autres informations / 05.10.2009

Dans l’intimité de yeats

LONGCHAMP, DIMANCHE

Il est 17h15, Yeats (Sadler’s

Wells) tourne dans le rond de détente à proximité des écuries. Il a déjà sa couverture

sur le dos, sur laquelle sont inscrites ses plus grandes victoires. Pour la

dernière fois, Yeats va fouler un champ de course. Longchamp rend hommage à

celui qui a remporté quatre Gold Cups. Tout son entourage (ou presque) est là :

ses éleveurs, l’un de ses propriétaires, John Magnier, mais aussi David Wachman,

gendre de John Magnier, et Aidan O’Brien, son entraîneur, accompagné de trois

de ses enfants. L’entraîneur irlandais fait un signe au lad de Yeats, Johnny

How, garçon de voyage d’Aidan O’Brien, enlève la couverture de Yeats.

Soigneusement, Aidan O’Brien selle son protégé. John Magnier regarde fixement

son champion tandis qu’une partie de l’assemblée prend des photos, consciente

d’assister à un moment unique. L’heure d’entrer dans le rond de présentation

pour un tour d’honneur arrive. La tension commence alors à se lire sur les

visages : il faut qu’il coure bien. Yeats passe sous les applaudissements d’un

public chauffé par le succès de Sea the Stars (Cape Cross), une heure et demie

après le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Aidan O’Brien donne ses ultimes

recommandations à Johnny Murtagh. Yeats fait son entrée sur la piste, la

dernière. Il effectue un tour d’honneur devant une belle foule toute acquise à

sa cause.

Son entourage file dans les

tribunes réservées aux britanniques, à l’extrême droite de la piste, à

l’exception d’Aidan O’Brien. L’entraîneur de Ballydoyle préfère savourer ce

moment en bordure de piste, comme à son habitude, le téléphone portable sur

l’oreille.

Ça y est. La dernière cloche

pour Yeats a sonné. La course part. Le champion prend un bon départ et se poste

dans le sillage de son leader, Windsor Palace (Danehill Dancer). John Magnier

braque ses jumelles sur lui. Il ne les baisse qu’à deux cents mètres de

l’arrivée, quand Yeats est battu… Petit pincement au cœur… Il termine troisième,

mais il « s’est battu jusqu’au bout », comme nous l’a confié Mathieu Alex, l’un

des représentants de Coolmore en France. Lorsque Yeats revient dans l’allée

menant au rond de présentation, les enfants d’Aidan O’Brien arrivent à grands

pas pour lui laisser une caresse respectueuse et affectueuse. Assurément, Yeats

a conquis tous les cœurs de Longchamp. Johnny Murtagh le desselle. Déçu, il ne

dira que quelques mots à John Magnier.

 

 

 

Les hommages d’un entourage

reconnaissant

Après l’arrivée, Aidan

O’Brien analyse rapidement la performance de son pensionnaire et surtout la

place que Yeats a eu dans sa carrière : « C’est formidable, ce qu’il a fait,

nous a déclaré l’entraîneur irlandais. C’est difficile de comparer avec

d’autres chevaux que j’ai pu avoir sous ma responsabilité. Quoi qu’il en soit,

il aura marqué ma carrière. » L’entraîneur était également ravi de l’hommage

rendu par France Galop à son pensionnaire.

Sollicité de toutes parts

après l’arrivée, John Magnier nous confie : « C’est une page qui se tourne et

le début d’une nouvelle carrière pour Yeats. Il va falloir lui trouver un

remplaçant. Il court depuis l’âge de 2ans et il faut féliciter toute l’équipe

qui s’est occupée de lui, faisant un super travail. Il a battu le record de

Sagaro dans le Gold Cup. C’est un fantastique cheval. »

Qu’il ne faudra jamais

oublier.