Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Défi révélé et réussi pour young tiger qui empoche le bonus

Autres informations / 28.10.2009

Défi révélé et réussi pour young tiger qui empoche le bonus

NANTES, Mardi

Grand Prix de Nantes – 12e Étape du Défi du Galop (L)

La douzième étape du Défi du Galop était une finale avant

l’heure, estimait Michel Bodiguel, président de l’hippodrome [lire JDG d’hier,

page 8]. Et cette finale a tenu toutes ses promesses, Young Tiger (Tiger Hill)

réalisant une démonstration et devenant ainsi assuré de décrocher le bonus du

Défi du Galop. Après Magadino (Solon) en 2006 et Balius (Mujahid) en 2007,

Young Tiger devient ainsi le troisième cheval à décrocher cette fameuse

cagnotte.

 

 

 

Une émotion palpable à l’arrivée

Young Tiger est un cheval aimé du grand public et des

professionnels. Longtemps et souvent éloigné des pistes en raison de problèmes

de santé, il s’est toujours montré régulier lorsqu’il pouvait courir, ne

décevant jamais (27 courses, 15 victoires et 12 places). Lorsque François

Rohaut attendait son cheval, beaucoup de personnes venaient à lui pour le

féliciter. Les « Bravo François » succédaient aux « c’est un champion ». Après

avoir reçu son trophée, François Rohaut nous a expliqué : « Il remporte le Défi

avec un an de décalage. En effet, c’était son objectif l’an dernier, mais après

avoir remporté l’étape de Toulouse, il a dû être arrêté. Quand il est bien

comme aujourd’hui et qu’il a son terrain, c’est un vrai cheval de Groupe, je

l’ai toujours dit. Maintenant, il a réussi sa mission et nous aussi, mais on

espère pouvoir courir encore l’étape de Toulouse [le 6 décembre, ndlr]. C’est

le cheval qui nous dira s’il peut courir, mais en ce moment, il est bien, en

tout cas. »

 

 

 

Retour sur la carrière de Young Tiger

Très vite, Young Tiger a figuré parmi les espoirs de sa

promotion, celle née en 2001. À 3ans, après deux victoires dans le Sud-Ouest,

il a pris deux places dans des préparatoires au “Jockey Club”, qu’il n’a

finalement pas couru.

Éloigné ensuite des pistes de juin 2004 à mars 2005, il a

couru dix fois en 2005, pour six victoires. L’année 2006 sera ensuite une

saison blanche et la saison 2008 le sera quasiment. Young Tiger ne courant

qu’une fois pour remporter le Vase d’Argent (L) à Toulouse. Depuis le 4

septembre 2005, il a couru dix-sept fois et ses résultats ne sont qu’une

succession de “1” ou de “2”, ce qui faisait dire à François Rohaut : « C’est

vraiment le cheval de cœur de l’écurie. On espère beaucoup pouvoir repartir

encore un an avec lui, mais c’est lui qui nous le dira. Cela fait sept ans

qu’il est à l’écurie et c’est rare de garder un galopeur autant de temps. »

 

Côté “stats”

Grâce à Young Tiger, le tandem François Rohaut/Jean-Bernard

Eyquem remporte son premier Grand Prix de Nantes. Aucun des deux n’avait

jusque-là participé à l’épreuve.

On peut donc parler de coup d’essai qui s’est mué en coup de

maître. C’est également la première victoire pour un propriétaire espagnol dans

cette épreuve, avec Javier Gispert comme premier de cordée hispanique. L’an

dernier, c’était un propriétaire italien qui s’était imposé avec Basaltico (Shantou).

 

Javier Gispert : « Young Tiger est le cheval de ma vie »

Young Tiger défend la casaque de Javier Gispert, un propriétaire

espagnol qui fait courir en France. Il a notamment remporté une Poule d’Essai

des Pouliche (Gr1) avec Tie Black (Machiavellian) en 2006 et était également le

propriétaire de Toupie (Intikhab), deuxième de la Poule d’Essai des Pouliches

2005 et gagnante du Prix d’Arenberg (Gr3) 2004. Il était présent mardi à

Nantes, avec son neveu, et a vécu avec beaucoup d’émotion ce succès de Young

Tiger et pour cause, puisque ce dernier est « le cheval de ma vie, nous a

expliqué Javier Gispert. C’est celui qui compte le plus pour moi, plus encore

que Toupie ou Tie Black. Il a couru cinq fois en Espagne et a gagné à chaque

fois et c’est important pour moi. Cela fait quinze ans que je suis propriétaire

en France et j’ai eu des chevaux chez François Rohaut, Carlos Laffon-Parias et

également Luis Urbano-Grajales. Actuellement, je n’en ai que deux : Young Tiger

et un yearling que j’ai acheté aux ventes de Deauville. Je me suis un peu

essayé à l’élevage, mais cela n’a pas trop marché, alors je préfère continuer à

acheter des yearlings. »

 

Young Tiger nettement devant, mais devra-t-il partager ?

Nettement en tête au classement du Défi du Galop [voir “Les

classements”], Young Tiger est assuré de décrocher le bonus de 200.000€.

 

 

NANTES, Mardi

Grand Prix de Nantes – 12e Étape du Défi du Galop (L)

Mais,théoriquement,rienn’estfaitconcernant un éventuel

partage de cette cagnotte. En effet, si Daly Daly (Medaaly) venait à remporter

une nouvelle étape du Défi du Galop, elle serait également éligible au bonus et

le partagerait (enfin les propriétaires respectifs) avec Young Tiger. En

revanche, François Rohaut paraît désormais intouchable chez les entraîneurs,

comme Jean-Bernard Eyquem chez les jockeys.

 

La belle constance de Validor

La démonstration de Young Tiger ne doit pas occulter la très

belle performance de son dauphin, Validor (American Post). Seul 3ans au départ,

il a merveilleusement défendu les honneurs de la jeunegénération, confirmant

ainsi ses débuts victorieux contre ses aînés dans le Grand Prix de la Région

Alsace-10e Étape duDéfi

du Galop à Strasbourg, il y a un mois. Validor a gagné le

153e Derby du Midi (L) en mai et reste donc complètement compétitif cet

automne, ce n’est pas la moindre de ses vertus.

 

Une souche maternelle “Wertheimer”

La mère de Young Tiger, Youngolina (Trempolino), n’a jamais

vraiment fait d’étincelle en compétition, changeant même de casaque “à

réclamer”, et de ses huit produits vus en compétition, Young Tiger est le seul

black-type. En début de carrière, Youngolina défendait la casaque de ses

éleveurs, celle de Wertheimer & Frère. Elle est une fille de Young Hostess

(Arctic Tern), deuxième du Prix Vanteaux (Gr3) 1985 pour sa deuxième sortie.

Bonne reproductrice, elle a donné naissance à Fabulous Hostess (Fabulous

Dancer), lauréate du Prix de Royallieu (Gr2) et de deux Groupes 3. Young

Hostess se retrouve également comme aïeule dans les pedigrees de Colony Band

(Dixieland Band), gagnante de Listed et candidate au Prix de Diane (Gr1) et de

Dolma (Marchand de Sable), triple gagnante de Listed, entre autres…