Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Georges rimaud : « ce n’est pas la première fois à des activités commerciales d’élevage »que nous participons

Autres informations / 28.10.2009

Georges rimaud : « ce n’est pas la première fois à des activités commerciales d’élevage »que nous participons

JDG.– Bravo, d’abord, pour cette belle introduction. En

bourse, on parlerait d’une mise sur le marché sensationnelle.

Georges Rimaud.– Merci. Le fait de recevoir un tel cheval

est effectivement un événement comme l’a d’ailleurs souligné Son Altesse Aga

Khan dans le communiqué de presse.

 

Comment fonctionne cette entrée à Gilltown Stud ? L’Aga Khan

prend-il une part du cheval ?

Les termes explicités dans le communiqué sont très clairs et

ne nécessitent aucun complément. Le cheval appartient à la famille Tsui.

 

De l’extérieur, il semble qu’il y ait une inflexion de la

politique de l’Aga Khan qui n’a jamais reçu d’étalons totalement étrangers à

son élevage ?

Il y a eu des précédents, certes différents mais bel et bien

réels, avec Daylami (exploité un temps en carrière de courses par Godolphin

puis qui a réintégré le giron Aga Khan à son entrée au haras) et Linngari

(entré comme étalon en France à Bonneval après avoir été vendu). En fait, cette

démarche s’inscrit dans le cadre d’une politique d’élevage qui possède une

dimension commerciale. Et sur ce point, cela fait déjà plusieurs années que

nous avons infléchi notre politique en ce sens. Ce n’est pas la première fois

que nous participons à des activités commerciales d’élevage. Nous vendons tous

les ans des étalons, des jeunes poulinières et des pouliches sortants de

l’entraînement. Ce sont des choses que nous faisons maintenant régulièrement.

Dans ce cadre, nous sommes donc déjà acteur commercial de l’industrie de

l’élevage. Il faut aussi lire cette entrée de cette manière.

L’an dernier, le prince nous avait parlé de l’extrême

attention qu’il portait aux courants de sang et aux croisements. Sea the Stars

a-t-il fait l’objet d’une étude de la part de vos services ?

Effectivement, nous avons regardé de près la complémentarité

possible de son origine avec nos poulinières et nos différents sangs. À nos

yeux, il peut nous apporter beaucoup. Je vous confirme le nom de Zarkava pour

2010. Sea the Stars mérite des juments de qualité et nous avons certainement

des juments qui lui conviennent. Nous allons évidemment le soutenir comme un

étalon de chez nous, sans discrimination.

 

Gilltown Stud accueillait en 2009 deux étalons (Azamour et

Dalakhani). Le fait de recevoir un tel hôte implique-t-il des changements, des

aménagements ?

Aucunement. Nous avons eu jusqu’à quatre étalons à Gilltown

Stud avec les débuts d’étalons comme Daylami ou Kalinisi qui saillissaient 100

juments par an à leur première année. Les structures sont donc complètement

éprouvées et dimensionnées. Les éleveurs ont aussi un tas d’options dans les

environs pour le stationnement de leurs juments, en fonction de leurs

habitudes.

 

Le nom de John Clarcke, ancien responsable des Haras

nationaux irlandais [en dépit de son nom, cette structure est de condition

privée, s’agissant d’un consortium d’éleveurs] et conseiller en élevage de la

famille Tsui, a été évoqué pour le management de Sea the Stars en tant

qu’étalon. Est-il entré dans le processus ?

Absolument pas. En aucune manière.

 

Question peut-être superflue mais l’option de faire

effectuer la double saison de monte hémisphère Nord / hémisphère Sud à Sea the

Stars a-t-elle été abordée ?

Ce n’est pas dans l’air du temps. Sea the Stars est très

attendu en Europe. Lui faire effectuer une bonne saison de monte est

aujourd’hui notre seul souhait.