Goldikova se perd dans le parcours de la forêt, varenar s’y révèle

Autres informations / 03.10.2009

Goldikova se perd dans le parcours de la forêt, varenar s’y révèle

Total Prix de la Forêt (Gr1)

Le parcours de 1.400m de

Longchamp, dit du “toboggan”, est bizarre. Il part en courbe, la ligne droite

arrive vite, et les chevaux sont “à fond” quasiment du départ à l’arrivée

Rarement on observe des temps morts [voir temps partiels]. Dans ces conditions,

la championne et ? JDG Rising Star ? Goldikova (Anabaa), qui

s’élançait le plus à l’extérieur avec la stalle 14, a été battue. Troisième et

devancée par des chevaux – sans vouloir enlever leurs mérites – qui lui sont

intrinsèquement inférieurs. Et la victoire ? Elle est revenue à Varenar (Rock

of Gibraltar), qui remporte en l’occasion son premier succès de Groupe. Il

devance d’un minime écart Sweet Hearth (Touch Gold), sa compagne d’écurie.

Alain de Royer Dupré est le grand gagnant de ce Groupe 1, qui aura vu une

Goldikova éteinte.

 

Le doublé pour Alain de Royer

Dupré

Grâce à Varenar et Sweet

Hearth, Alain de Royer Dupré prend les deux premières places de ce Groupe 1.

Pareil exploit n’était plus arrivé depuis 2002,           lorsque

Dedication (Highest

Honor) et Medecis

(Machiavellian), entraînés par Christiane Head-Maarek, avaient pris les deux

premières places.

Ce succès permet à Alain de

Royer Dupré de remporter sa soixante-sixième victoire de Groupe 1. Après la

course, il expliquait : « Varenar a bénéficié d’un bon parcours. La dernière

fois, il avait dû aller devant mais, cette fois-ci, il y a eu du train, il a

donc pu se faire emmener pour fournir une fin de course tranchante. Nous avons

toujours pensé qu’il était très bon, mais il est parfois un peu compliqué. Pour

la suite des évènements, nous n’allons pas inventer autre chose. Il restera sur

1.400m. La pouliche est anxieuse et nerveuse, mais elle possède beaucoup de

classe. Je crois que c’est un parcours compliqué pour les jeunes chevaux. »

Dans la catégorie des

premières, il faut noter qu’il s’agit là du premier Groupe 1 de Stéphane Pasquier

pour la casaque Aga Khan et pour Alain de Royer Dupré.

 

 

Total Prix de la Forêt (Gr1)

La grande éclosion pour

Varenar

Varenar est un cheval qui

avait montré des moyens dès l’âge de 2ans, c’est pour cela qu’il a été engagé

dans tous les classiques pour 3ans en France. Il a débuté par une troisième

place dans le Prix de Fontenoy (F) – devant Cavalryman (Halling) –, où l’on

avait alors découvert un cheval de classe, mais qui galopait encapuchonné.

Ensuite, il termine de nouveau troisième, derrière le champion Le Havre

(Noverre) dans le Prix Nino (B), avant de gagner sa “D” à Compiègne. Mais, à

3ans, après une rentrée décevante dans le Prix Machado (B – 7e), Varenar a dû

être remis en confiance, gagnant deux courses à conditions, avant d’être

raccourci.

Cet été, il avait très bien

tenu sa partie dans le Prix Maurice de Gheest (Gr1), terminant quatrième et là,

il obtient son statut de gagnant de Groupe, directement au niveau le plus haut

de la hiérarchie.

Les deux pôles de Goldikova

1. Le négatif

La déception se lisait dans

les regards de l’entourage de Goldikova. Le Prix de la Forêt lui était promis,

mais le résultat en a été autrement, alors que la veille encore, Freddy Head exprimait

la grande confiance qu’il avait en sa pouliche. Après la course, un peu sous

le choc, il déclarait : « Je

ne sais pas ce qu’il s’est passé. Ils sont allés à bonne allure, mais, j’ai vu,

en entrant dans la ligne droite, qu’elle n’était pas elle-même. Le Breeders’

Cup Mile reste l’objectif, mais rien n’est définitif. » À sa descente de

cheval, Olivier Peslier expliquait : « Elle est bien partie, mais j’ai senti à

l’entrée de la ligne droite que cela n’allait pas. Elle allait facile, mais

d’habitude, elle aurait accéléré aux 400m, là, elle ne l’a pas fait. »

2. Le positif

Le côté positif dans la

prestation de Goldikova n’est pas a chercher dans sa performance. Non, mais

plutôt dans le fait qu’elle est entrée facilement et toute seule dans sa

stalle, comme le confirmait Olivier Peslier après la course.

 

La question du parcours

Un œil sur le palmarès du

Prix de la Forêt et on s’aperçoit que peu de très grands champions y

surgissent. En effet, la distance de 1.400m est “bâtarde” et le parcours n’est

pas propice à attirer les grands champions. Finalement, il ne favorise pas la

classe pure mais plutôt des spécialistes. D’ailleurs, on remarquera que les deux

défaites de

Goldikova cette année ont eu

lieu sur deux parcours spéciaux de Longchamp : sur les 1.400m du Prix de la

Forêt et, au mois de mai, sur les 1.850m du Prix d’Ispahan (Gr1). Samedi, elle

a dû faire un effort pour venir se placer en tête et ainsi appliquer sa

tactique de course. Elle n’avait pas de leader cette fois, et donc, mieux

valait pour elle qu’elle aille devant.

Sont-ce les efforts consentis

en début de parcours qui ont fait que Goldikova s’est retrouvée molle dans la

ligne droite ? Ou bien, Goldikova n’aimerait-elle pas Longchamp ? Ses deux

contre-performances cette saison ont eu lieu sur cette piste, la même où elle a

eu deux combats difficiles à 3ans. Le premier dans la Poule d’Essai des

Pouliches (Gr1), où elle a terminé deuxième de Zarkava (Zamindar), et l’autre

dans le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1), qu’elle a remporté.

 

La faillite des britanniques

Pour une fois, aucun

concurrent britannique ne faisait partie du trio du Prix la Forêt. Cela n’était

pas arrivé depuis bien longtemps et le mieux classé de la coalition venant

d’outre-Manche est Cat Junior (Storm Cat), qui se classe quatrième. Pour son

jockey, Lanfranco Dettori, « Cat Junior s’est bien comporté et a bien prolongé

son effort. Avant le coup, il ne pouvait pas espérer mieux que la quatrième

place. »

 

Né pour tenir

Élevé par l’Aga Khan et de

souche Lagardère, Varenar possède un pedigree maternel qui l’autorisait à avoir

de la tenue. Finalement, c’est le contraire et Varenar a montré qu’il possédait

de la vitesse. Cela peut s’expliquer par le choix de l’étalon, Rock of

Gibraltar, un miler de légende qui a pu “dynamiser” Visor (Mr Prospector) pour

donner Varenar.

Varenar est, en effet, le

frère, entre autres, de Visindar (Sinndar), impressionnant lauréat en France du

Prix Greffulhe (Gr2) devenu favori du Derby d’Epsom (Gr1, 4e)

en 2006. Quelques signes de

vitesse figurent toutefois au pedigree de Varenar. En effet, il est le frère de

Visionnaire (Linamix), génitrice de Visionario (Spinning World), lauréat du

Prix de la Rochette (Gr3) et ensuite favori du Grand Critérium (Gr1). Enfin, on

conclura en disant que Visor, mère de Varenar, fait partie de la politique

d’investissement de Jean-Luc Lagardère, qui aimait à acheter des filles de

grands étalons américains comme Mr Prospector pour ensuite les croiser à

Linamix. Visor a eu onze produits (source France Galop) et cinq sont par Linamix.