Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ivory land, signé “martin-sanchez”

Autres informations / 09.10.2009

Ivory land, signé “martin-sanchez”

BORDEAUX-LE BOUSCAT, Jeudi

Grand Critérium de

Bordeaux-Prix de Sauternes (L)

En six ans, l’entraîneur

espagnol Roman Martin-Sanchez a remporté trois éditions du Grand Critérium de

Bordeaux (L). Après les succès de King of Cry (Freedom Cry) en 2003 et Salpado

(Royal Applause) en 2008, c’est Ivory Land (Lando) qui lui a apporté cette

troisième victoire dans cette Listed. Toujours associé à son gendre Charles

Nora, pilote du vainqueur, l’entraîneur ibérique a présenté au départ un

poulain en pleine progression. Ivory Land restait sur deux succès et il en a

ajouté un troisième consécutif, sur 1.600m. Une distance qui a avantagé le

solide élève de Zakaria Hakam, doté d’un beau modèle et d’un tempérament calme.

« C’est un poulain qui progresse à chacune de ses sorties, a déclaré Charles

Nora. À chaque fois, il monte un palier. Son entraîneur l’estime beaucoup. On

va essayer de monter de catégorie. » Pour un poulain comme Ivory Land, les

options sont multiples, même s’il lui faudra afficher des progrès pour briller

dans les Groupes. Entraîneur d’Ivory Land, Roman MartinSanchez nous a

simplement déclaré à son sujet : « C’est un poulain sur la montante. Il

confirme aujourd’hui la confiance que nous lui avions accordée. »

 

 

Les pouliches dominées

Favorite de l’épreuve,

M’Oubliez Pas (El Corredor) a bénéficié d’un bon parcours. Dans la ligne

droite, elle a tenté de mettre Ivory Land à la raison, avant de devoir se

contenter du premier accessit. Jean-René Dubosc, représentant Jean-Claude

Rouget, absent, nous a confié : « Elle répète sa dernière performance. Elle est

aujourd’hui battue par les mâles et vaut une Listed contre les femelles. »

Pouliche grande et légère, Pradora (Sagacity) n’est pas encore arrivée à

maturité physiquement et sa troisième place ne reflète pas sa réelle valeur,

même si elle a tracé un parcours honorable. « C’est une pouliche qui possède

une grande action, nous a déclaré son entraîneur, Henri-Alex Pantall. Elle a eu

du mal à trouver ses marques dans le terrain souple. »

 

Un pedigree construit dans le

but de vieillir

Élevé par Zakaria Hakam,

Ivory Land possède un papier original. Il est par Lando (Acatenango) vainqueur

de sept Groupes 1, qui s’est constamment amélioré en vieillissant. Son père de

mère, Peintre Célèbre (Nureyev) est luimême connu pour donner des éléments

aptes à progresser tout au long de leur carrière.

Mère d’Ivory Land, Ivory

Coast n’a pas couru. Elle a eu cinq produits, dont trois sont en âge de courir.

Les trois ont d’ailleurs gagné.

 

Land of Ivory (The Minstrel),

deuxième mère d’Ivory Coast, s’est classée quatrième de Gr3 et a pris trois

places de Listed. Au haras, elle a donné Heart of Darkness (Glint of Gold),

vainqueur des National Stakes (Gr1), au Curragh.