Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Kauto stone dans la lumière de kauto star

Autres informations / 12.10.2009

Kauto stone dans la lumière de kauto star

Prix Georges de Talhouet-Roy (Gr2)

Vivre dans l’ombre de son frère... Il n’est facile, ni pour

les hommes, ni pour les chevaux, d’évoluer sous l’étiquette : “frère de star”.

La pression que l’animal ressent et l’attente des observateurs que l’entourage

supporte sont des éléments à gérer au mieux, patiemment. C’est la patience et

la foi en ce que l’on fait qui a permis à Kauto Stone (With the Flow), frère du

grand champion Kauto Star (Village Star) de devenir gagnant de Groupe, en l’occurrence

gagnant du Prix Georges de Talhouët

-Roy (Gr2), préparatoire au Prix Cambacérès (Gr1, le 08/11).

Jehan Bertran de Balanda et Christophe Pieux, pour ne citer que les hommes dans

la lumière, ont réalisé un travail d’orfèvre en offrant à Kauto Stone la

possibilité de s’exprimer sous son meilleur jour. Au début de sa jeune

carrière, le petit frère de Kauto Star gagnait ou tombait... « Il s’affirme et

prend confiance en lui », nous a déclaré Jehan Bertran de Balanda. Et

l’entraîneur mansonnien lui a fait confiance aussi. Avant même qu’il ne débute,

il nous avouait estimer ce poulain. Pour lui, il n’est pas de la trempe de son

champion de frère, et on ne lui en demande pas autant, mais il est un très bon

poulain, un peu spécial, et qu’il faut donc savoir prendre dans le bon sens.

« Christophe l’a bien monté, comme

il voulait le monter, comme un bon cheval, a poursuivi Jehan Betran de Balanda.

Il est monté devant, car il possède beaucoup de fond et il est plus à l’aise

ainsi plutôt qu’au sein du peloton. Il a été relax toute la course et a

accéléré au bon moment. J’avais un peu peur de l’assouplissement de la piste,

mais, finalement, il s’en est très bien sorti. Si tout va bien, nous irons

évidemment sur le Prix Cambacérès. » Christophe Pieux montait Kauto Stone pour

la troisième fois. Ensemble, ils n’ont jamais fauté puisque Kauto Stone a

vaincu pour prendre ensuite la troisième place du Prix Robert Lejeune (L),

derrière Temple Lord (Califet) et St Nicolas d’Acy (Laveron), deux poulains

qu’il bat ce dimanche. Le pilote a déclaré au micro d’Equidia : « Le cheval

s’est assagi. Il était moins allant que la dernière fois et plus appliqué dans

ses sauts. Je l’ai monté devant, car il a beaucoup d’action et peut aller très

loin comme cela. »

Quatrième du “Robert Lejeune” derrière Kauto Stone,

Président José (Slickly), s’est rapproché cette fois-ci et a profité, comme

tous, d’une grosse faiblesse du leader de la génération, Temple Lord, pour

prendre la deuxième place.

 

Sable des Dunes (Al Namix), bon gagnant du Prix Finot (L), a

confirmé sa valeur et celle du lot en prenant la troisième place. Patrice Quinton,

qui a reçu dans ses boxes cet ex-pensionnaire de Cyriaque Diard pour sa

nouvelle carrière sur les obstacles, nous a confié : « Il court très bien pour

sa deuxième course. C’est un très bon poulain qui a encore besoin de courir. Il

a de la marge et nous allons maintenant aller sur le Prix Cambacérès. »

 

 

 

Prix Georges de Talhouet-Roy (Gr2)

Temple Lord, l’inexplicable

C’est lui le leader de sa génération. C’est lui qui a

remporté les trois Listeds principales pour les hurdlers de 3ans. C’est lui qui

a attiré les convoitises du plus grand propriétaire anglais de l’obstacle.

C’est lui qui ne fait jamais de cadeau à ses rivaux et notamment à ceux qu’il a

retrouvés ce dimanche. Et c’est donc lui qui a causé la plus grande déception

ce dimanche en terminant péniblement son parcours à la cinquième place... À

dix-neuf longueurs de Kauto Stone. Temple Lord a été monté près de la tête. Il

a “débraillé” entre les deux dernières haies et a jeté l’éponge sur le plat. Sa

valeur affichée n’a absolument rien à voir avec le poulain qu’il est

réellement. Où a-t-il laissé ses ailes ? Guy Chérel, mentor du poulain, n’avait

pas d’explication à chaud. « Il n’avait rien dans les bretelles. Il n’a jamais

eu de gaz et soufflait beaucoup en rentrant. Pourtant, il travaillait très bien

le matin. Il n’y en a pas un qui peut aller avec ! Je ne comprends pas... Les

analyses faites cette semaine étaient bonnes... »

 

Cette drôle famille des “Kauto”

Cette année, la mère de Kauto Stone, et donc de Kauto Star,

est décédée. Kauto Relka (Port Etienne), restée inédite, était âgée de 16ans et

n’a rien produit de très bon mis à part Kauto Star et puis maintenant, on peut le

dire, Kauto Stone. Cependant, elle avait produit très régulièrement depuis

1997, naissance de son premier petit “Kauto”. La deuxième mère, Kautorette

(Kautokeino), qui s’est également montrée très prolifique, a donné Kauto Ray

(Saint Cyrien), cinquième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), en 2005.

Élevé par Mme Aubert, Kauto Stone est issu d’un étalon, With

the Flow, qui n’a pas encore connu une grande réussite. Kauto Stone est le

premier black-type de celui qui a remporté ses plus belles médailles sur 1.600

et 1.800m, un vrai globe-trotter sous l’entraînement de Mme Christiane

Head-Maarek. C’était la première, et donc la dernière fois que Kauto Reilka

était présentée à With the Flow. Mais en faisant ce croisement, Mme Aubert a

répété une recette déjà connue. Celle de son trois quarts frère, Kauto the

Flow, né trois ans plus tôt de Kautorette et de With the Flow...comme son nom

l’indique si bien !

Les autres partants dans leur ordre d’arrivée :

Dragon Mask (Turgeon), Arrêt Station (Johann Quatz),

Zandalée (Trempolino). Tous couru.

Kauto Stone, fidèlement à son habitude, prend les commandes

de l’épreuve. Il est suivi par Sable des Dunes et Temple Lord. Les positions

n’évoluent guère jusqu'à l’approche du dernier tournant. Kauto Stone mène, bien

décontracté, au contraire de Sable des Dunes qui baisse un peu de pied. Temple

Lord refait du terrain sur le leader mais au prix de sérieuses sollicitations,

tandis que le jockey de Kauto Stone ne bouge pas d’un pouce et ne s’affole nullement

en tête. Le frère de Kauto Star s’impose aisément, calé contre la lice

extérieure. À six longueurs, Président José s’octroie la deuxième place malgré

une petite faute au saut de l’ultime obstacle. Sable des Dunes conclut troisième,

au courage. Temple Lord, pour sa part, a perdu pied dès l’entrée de la phase de

plat.