Marceti, un “teigneux” qui s’affirme

Autres informations / 28.10.2009

Marceti, un “teigneux” qui s’affirme

NANTES, Mardi

Prix des Sablonnets (L)

Concurrent le moins expérimenté au départ du Prix des

Sablonnets (L), le hongre Marceti (Verglas) n’en a pas moins dicté sa loi

facilement, avec une marge évidente. Il devient d’ailleurs le troisième hongre

seulement à vaincre dans cette épreuve (précédents en 1952 et 1994) et apporte

un premier succès dans cette Listed à la famille Leenders. On peut également

dire qu’une boucle s’est bouclée mardi à Nantes, puisque Marceti succède à

Sokar (Slickly), lauréat une demi-heure avantluiduPrixdeRichemont (D).

Désormais, c’est le chemin des vacances qui s’ouvre à

Marceti, en attendant l’an prochain, comme nous l’expliquait Étienne Leenders,

son entraîneur : « Visuellement, c’est sûr qu’il a montré de la marge, mais on

verra cela l’an prochain. Il va partir au repos, car trois courses à 2ans,

c’est assez. C’est un bon cheval, très maniable. Je l’ai acheté yearling à

Deauville en octobre l’an dernier car j’ai aimé son côté cheval de course.

C’est un petit teigneux, pas très grand, mais il a du gaz. Nous l’avons castré,

car durant l’hiver, il a eu des soucis. Nous l’avons soigné et il était ensuite

devenu difficile, ingérable. »

Marceti a donc couru seulement deux fois et, en débutant, il

avait réussi le petit exploit de s’imposer, à Craon, face à des chevaux ayant

déjà couru. Ensuite, son entourage avait choisi de courir le Prix Nino (B –

remporté en 2008 par Le Havre), à Saint-Cloud. Marceti y courait de belle

manière puisqu’il terminait deuxième, étant seulement battu d’une courte

encolure par Maroon Machine (Muhtathir), qui a ensuite tenté sa chance dans les

Dewhurst Stakes (Gr1).

 

Itri proche de l’exploit

« C’est dommage, c’est sûr, mais c’est déjà très bien d’être

deuxième. » Tout est dit par Thomas Huet, jockey d’Itri (Agnès Kamikaze). Cette

dernière a longtemps mené, mais n’a pu s’opposer au rush de Marceti. Néanmoins,

l’entourage d’Itri ne peut être que satisfait de cette deuxième place, puisque

Itri courait encore “à réclamer” au cours de l’été.

 

Green Dandy n’avait pas son terrain

Logiquement installée favorite sur la foi de sa cinquième

place dans le Total Prix Marcel Boussac (Gr1), Green Dandy (Green Desert) a

déçu, terminant seulement quatrième, à distance du trio de tête. Mais son

jockey, JeanBernard Eyquem, expliquait après la course que le terrain avait

gêné Green Dandy, qui avait également confondu vitesse et précipitation.

 

 

Les références en plat d’Étienne Leenders

Plus connu dans la sphère de l’obstacle, Étienne Leenders a

néanmoins déjà fait preuve de sa grande habileté pour amener des pur-sang aux

tableaux d’honneur d’épreuves de niveau Listed. Comme nous le faisait remarquer

Christine, la femme de l’entraîneur, dès lors que son mari a à sa disposition

des chevaux au potentiel de plat, la carrière s’oriente logiquement dans cette

voie, avec succès. Il suffit de rappeler la victoire de Soldouna (Kaldoun) dans

une Listed à Toulouse, les accessits de Kadouville (Kaldoun), troisième et

quatrième de Listed à Toulouse, de Solko (Lyfko), troisième de Listed et

quatrième de Groupe 3 à Longchamp, ou de Bagout Royal (Garde Royale), deuxième

du Derby de l’Ouest (L) à Nantes.

 

Une bonne famille Aga Khan

Élevé par Skymark Farm (Lady O’Reilly), Marceti a été acheté

à l’amiable en octobre 2008 par Étienne Leenders, au Haras de la Louvière

(également Lady O’Reilly). Sa mère, Darasa (Barathea) a été acquise en décembre

2005, pour 160.000€. Elle provient de l’élevage Aga Khan et a gagné une course,

à Moulins, sous l’entraînement d’Alain de Royer Dupré. Son pedigree est assez

remarquable, puisqu’elle est une fille de Darshandeh (Darshaan), placée de Gr1

et mère du gagnant du “Jockey Club” (Gr1) 2006, Darsi (Polish Precedent), et de

Darma (Danehill Dancer), lauréate du Prix de Toutevoie (F) cette année et élue ? JDG Rising Star ?. Adepte des associations de noms

pour baptiser ses chevaux, Étienne Leenders a combiné le prénom de Marc

Violette, responsable du Haras de la Louvière, avec le sien. Ce qui amène

logiquement à Marceti (prononcer Marsseti).