Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Rendons grâce vs rock noir : pour que le voile se lève avant le sommet

Autres informations / 16.10.2009

Rendons grâce vs rock noir : pour que le voile se lève avant le sommet

Prix Pierre de Lassus (Gr3)

Auteuil, samedi. Le jour est

venu où Rendons Grâce (Video Rock) et Rock Noir (Mansonnien), les deux ? JDG

Jumping Star ?, se retrouvent. Enfin ! Oui, ils se sont déjà

affrontés et oui, il y a eu une lutte et un vainqueur – ce fût Rock Noir – mais

ce samedi, dans le Prix Pierre de Lassus (Gr3), ils se rencontreront après

avoir pris en maturité, après être devenus de véritables chevaux de course et

dans une épreuve de Groupe. Ces deux-là, que l’on compare souvent car Rock Noir

est longtemps resté le seul cheval à avoir battu Rendons Grâce, ont pourtant

connu des plans de carrière très différents.

Rendons Grâce a été annoncé

comme un super cheval dès l’an passé, quand il gagnait tout, en plat, chez les AQPS.

Ce pensionnaire de Guy Chérel

a ensuite rapidement été orienté vers les meilleures épreuves d’Auteuil pour

s’imposer dans le Prix Alain du Breil (Gr1), le sommet de la saison.

Rock Noir, lui, n’a couru que

quatre fois. Son entourage a pris le soin de le préserver de tous les combats

les plus durs. En trois sorties à Auteuil, il est resté invaincu sur la butte

Mortemart. Et Jean-François Colas l’a vendu au plus offrant : John McManus. À

mesure que Rendons Grâce gagnait, la valeur de Rock Noir grimpait. Et

finalement, le grand propriétaire anglais l’a acheté et l’a laissé chez Marcel

Rolland. Pour lui, Rock Noir s’est imposé dans le Prix Melanos (L), en faisant

une rentrée et en battant Glamour Glitters (River Bay), une ligne indirecte mais

récente entre Rock Noir et Rendons Grâce.

 

 

 

Prix Pierre de Lassus (Gr3)

La plus grande défaite de

Rendons Grâce

Dans le Prix de

Maisons-Laffitte (Gr3), Rendons Grâce effectuait sa rentrée et se remettait

complètement en route. Il n’a donc pas à rougir de la troisième place qu’il a

obtenue derrière deux bons éléments, Avenue Marceau (Enrique) et Glamour

Glitters, qu’il retrouve évidemment ce samedi. Non, vraiment, il n’a pas à en

rougir, car il était revenu à l’entraînement seulement un mois auparavant et la

saison printanière avait été longue. Il faut du temps pour qu’il remonte en

pression. Ce temps, il l’a pris entre sa rentrée et ce Prix Pierre de Lassus

(Gr3). Alors Rendons Grâce devrait être celui que l’on aime tant.

 

Avenue Marceau et Glamour

Glitters

Avenue Marceau est la

meilleure pouliche en obstacle de Guy Pariente, propriétaire de Lina Drop

(Trempolino). Elle s’est toujours montrée extrêmement régulière à Auteuil et a

même battu la principale opposition qu’elle retrouve ce samedi : Glamours

Glitters et Rendons Grâce. Ce jour-là, celle qui a été la meilleure de sa génération

à 3ans avait évolué en position d’attente avant de très bien sauter les

dernières difficultés pour finir son parcours sur un beau rush final. Glamours

Glitters s’était bien défendu, sans pouvoir invoquer des excuses. Tout simplement,

elle était battue par meilleure qu’elle.

 

 

VERBATIMS

Françoise Gimmi-Pellegrino, entraîneur

de Glamour Glitters, le 26 septembre : « Je suis un peu partagée. Il réalise

une superbe performance, mais je suis déçue d’être battue de si peu. Son jockey

l’a bien monté. Il n’avait pas le choix et ne voulait pas se battre avec lui.

Il l’a donc laissé aller mais, même ainsi, il ne s’est pas détendu. En prenant

de la maturité, il va devenir plus calme. Il ne prendra pas part à la fois au

Prix Pierre de Lassus et au “Renaud du Vivier” car les allers-retours

Marseille-Paris sont éprouvants. »

 

Guy Chérel, entraîneur de

Rendons Grâce, le 26 septembre : « Ses analyses sanguines n’étaient pas très

bonnes. Rendons Grâce avait besoin de cette course. Je ne l’ai reçu qu’il y a

un mois. Il soufflait pas mal après la course. Je regrette un peu que son

jockey l’ait isolé pour finir. La suite de son programme n’est pas remise en

cause. Son objectif reste le Prix Renaud du Vivier. »

 

Marcel Rolland, entraîneur de

Rock Noir, le 8 septembre : « Oui, il y a des traits de caractère communs entre

Questarabad et Rock Noir. Questarabad est un très bon cheval, je crois que Rock

Noir n’est pas mauvais non plus ! Alexis, qui le connaît parfaitement, l’a très

bien monté. C’est un cheval tendu, il était frais, en plus, aujourd’hui. Alexis

a voulu le reprendre puis s’est vite rendu compte qu’il serait mieux à sa main.

Il n’a donc pas hésité à prendre les devants. »

 

 

Yannick Fouin, entraîneur d’Avenue

Marceau, le 26 septembre : « Avenue Marceau est une pouliche qui méritait sa

victoire de Groupe. Elle a fourni une belle fin de course pour venir

l’emporter. Il s’agissait de sa rentrée. Elle court bien fraîche. Elle a passé

une partie de l’été au Haras de Colleville, mais comme c’est une pile

électrique, elle se prépare rapidement. J’ai eu un peu peur quand les deux

poulains de la course se sont détachés. Je pensais alors courir pour la troisième

place, mais elle a fini plaisamment comme elle sait le faire. Elle apprécie le

terrain lourd et elle est endurcie. Elle a la moelle des vrais chevaux de course.

Je suis heureux pour son propriétaire qui est un homme de challenge. »