Saccageur, sur sa classe naturelle

Autres informations / 23.10.2009

Saccageur, sur sa classe naturelle

Prix Emilius (Peloton A)

Auteuil, vendredi. « J’ai

toujours dit à son éleveur [Pierre de Maleissye Melun, ndlr] que sa mère donnerait

un bon cheval et je crois que c’est celui-là ». Guillaume Macaire annonce la

couleur au micro d’Equidia. Ces quelques propos témoignent de l’estime qu’il

voue au poulain de Magalen Bryant, Saccageur (Poliglote), gagnant du prix

Emilius. Monté patiemment durant le parcours, son partenaire, David Cottin, n’a

pas hésité à le laisser glisser aux derniers rangs. Vivement rapproché sur la

ligne de tête à l’amorce du tournant final, Saccageur a bien répondu à la

cravache de son jockey pour s’imposer dans les dernières foulées. Une victoire

acquise avec peu de marge qui s’explique ainsi : « Saccageur n’a pas été aidé

par le terrain, il n’a pas encore assez de force. Il sera mieux sur du terrain

moins collant. Enfin, ça viendra avec le temps. Il peut faire mieux, il est

froid. Mais il ne tire pas et est maniable. Il a pris le côté “gonzesse” de

Poliglote.

Il effectue de gros sauts, il

est très perfectible.»

 

Prix Emilius (Peloton A)

La belle résistance de Spunk

Spunk (Laveron) a calqué sa

course sur celle du lauréat. Il a pris deux longueurs d’avance au saut de la

dernière haie avant de donner une courageuse réplique à Saccageur. Il n’a pu

conserver l’avantage sur son adversaire, ce qui est logique pour les jeunes

chevaux, pas habitués à lutter. Troisième, en net retrait, Salut l’Ami

(Subotica) finit bien son parcours et permet ainsi à François Doumen de placer

ces deux pensionnaires sur le podium.

 

Saccageur, le neveu de Bipbap

Élevé dans la Sarthe, par

Pierre de Maleissye Melun, Saccageur est le meilleur produit qu’a donné sa

mère, Ellapampa (Pampabird). Dans la fratrie de Saccageur, on retrouve des

éléments qui ont peu couru mais qui ont tous fait preuve de régularité. Une

qualité que l’on retrouve chez leur mère, laquelle avait figuré quatorze fois

sur le podium en quatorze sorties pour six victoires. “C’était une pouliche un

peu compliquée”, a déclaré son ancien entraîneur, Guillaume Macaire.

De plus, Saccageur est le

neveu d’Azertyuiop (Baby Turk), auteur de cinq victoires de Groupe, et surtout

de Bipbap (Dom Pasquini), troisième de “La Haye Jousselin”.

Les autres partants dans leur

ordre d’arrivée : Sonofagun (Turgeon), Caipira (Exécute),Landarry

(Ballingarry). Arrêté : Follow The Lead (Rainbow Quest), Royal Palm (Cadoudal),

Sir Ricalkhevi (Khalkevi), Schianto Conti (Agent Bleu). Tous couru.

Venu bien se placer à

l’entrée de la ligne droite, Saccageur a pris l’ascendant sur Spunk aux abord

du poteau. Ce dernier, après d’être rapproché progressivement, avait pris

l’avantage au saut de l’ultime haie, mais il n’a franchement rien pu faire face

à Saccageur pour finir. Quant à Salut l’Ami, vite remarqué en bon rang, il

s’est courageusement défendu jusqu’au bout, finissant 3e. Après avoir mené,

Asian Tiger a été dominé entre les deux dernières haies, conservant la 4e place

à distance. Enfin, finalement 5e sur le poteau, Tip Dancer a marqué le pas sur

le plat après avoir abordé le dernier tournant en bonne place. Les autres n’ont

joué aucun rôle.

 

Prix Emilius (Peloton B)

SULON, DÉJÀ SI BON

Guillaume Macaire confirme sa

bonne réussite avec les jeunes pousses. Il a enlevé les deux pelotons du Prix

Emilius ; le premier avec Saccageur (Poliglote) et le second avec Sulon

(Passing Sale). Ainsi, il compte sept succès dans cette épreuve réservée aux

3ans inédits. « Je suis content qu’ils n’aient pas débuté ensemble dans la même

épreuve, a indiqué le mentor des deux lauréats sur Equidia. Sulon était plus

mécanisé, moins perfectible que l’autre. » Sulon a franchi l’ultime obstacle

avec quatre adversaires et, au passage du poteau, huit longueurs le séparaient

de son dauphin. Il a fait montre d’une qualité certaine. « C’est un sauteur

naturel, la première fois qu’il est sorti chez moi, il sautait déjà comme un

vieux, a pour suivi Guillaume Macaire. On ne peut pas en attendre beau coup de

progrès, mais c’est le genre de cheval qui peut aller sur le “Maurice Gillois”

(Gr1). Pour l’instant, on va évi ter les combats difficiles car il n’est pas

encore assez dur. ». Pour ce qui est de la comparaison de ces deux vainqueurs,

David Cottin, leur jockey, a déclaré : « Saccageur a plus de classe, c’est un

petit cheval, mais Sulon saute sans effort, c’est un cheval de lourd, on peut

viser le steeple à 4ans, et les belles épreuves. » Dans la foulée, il en a

profité pour rendre un hommage : « Ces deux victoires sont pour Guillaume

Javoy. Et tous les jockeys sont derrière moi, il nous a quittés beaucoup trop

tôt. »

 

Le plus précoce de la famille

Ce qui frappe dans la manière

de courir de Sulon, c’est son extrême professionnalisme pour son jeune âge et

donc sa précocité. Pourtant, dans sa famille, on trouve des chevaux réguliers

et de qualité, mais aucun n’avait fait si forte impression en début de carrière.

Sa deuxième mère, Pichounic

(Beau Masque) avait dû attendre sa cinquième sortie pour franchir le poteau en

tête. La mère, Fest Noz (Port Etienne) était une jument de plat. Son frère, Ola

du Sulon (Grand Trésor) a patienté jusqu’à sa quatrième sortie pour perdre son

statut de mai den. Ensuite, il a été jugé digne de participer au Prix du Président

de la République (Gr3), mais est tombé.

Les autres partants dans leur

ordre d’arrivée :

Sire Deurie (Saint des

Saints), Lostmy (Lost World), Sam Light (Fragrant Mix), Sapotillier

(Astarabad), Daly Well (Sadler’s Wells), Bronze Art (Cadoudal), Jojo Salsa

(Kingsalsa). Tous couru.

Après être venu en bon rang

dans la ligne d’en face, Sulon a pris l’avantage au saut de l’ultime obstacle,

puis a créé facilement la décision. Après s’être rapproché progressivement,

Alleged de Beaufai est venu cueillir le premier accessit sur le plat, aux

dépens de Red Storm, qui avait été mis plus tôt dans la bagarre. Constant

figurant, Steinbock a vendu chèrement sa peau sur le plat, devant se contenter

de la 4e place. Cinquième, Sur de Lui a couru gentiment, tout en progression.

Toujours bien dans le coup, Sire Deurie (6e) a malheureusement commis une faute

à l’avant-dernière haie, ce qui lui a coûté un meilleur classement. Enfin,

Lostmy a bien fini, en retrait, après avoir patienté.