Smabelle : “d’un réclamer” à un groupe

Autres informations / 17.10.2009

Smabelle : “d’un réclamer” à un groupe

Prix Montgomery (Gr3)

Achetée 19.777€ “à réclamer”

par Manuel Garcia en novembre 2007, Smabelle (Villez) portait les œillères

samedi. Toutefois, il ne faut pas croire que c’est cet artifice qui l’a fait

gagner. Non, c’est plutôt son courage qui l’a aidée à vaincre dans le pendant

automnal du Prix du Président de la République (Gr3). Venue s’installer au

commandement assez tôt dans le parcours, elle a bien répondu aux nombreuses

sollicitations de son jockey, Adam Kondrat. Ce dernier a déclaré, amusé : «

J’ai appliqué la tactique prescrite, j’ai fait de mon mieux, cela a bien marché

mais il faut la connaître.

Quand vous êtes 3e ou 4e

avant, on vous dit de faire attention, mais là, elle restait sur deux 0. Donc

j’étais très décontracté, serein avant d’ajouter j’ai trouvé la route longue

pour finir, mais comme je connais ses points faibles dans le parcours, je me

suis particulièrement appliqué dans ces passages. ». Son propriétaire était

ravi après sa victoire étant donné la provenance de la jument et il mettait sa

dernière contreperformance à l’actif de ses hormones : « la dernière fois, elle

était en chaleur. ». Ce samedi, Smabelle, à coup sûr, a réchauffé le cœur de

son entourage.

 

 

Un mal pour un bien

Deux des concurrents

pénalisés dans la chute collective du Prix Violon II (L) sont montés sur le

podium de ce Prix Montgomery. Le 26 septembre, Mayef (Goldeneyev) avait évité

de peu la chute mais n’avait pu ensuite revenir dans la course. Il se classe

deuxième, samedi. Celui qui avait connu une longue interruption de carrière

entre 2006 et 2008, semble particulièrement se plaire sur ce tracé puisqu’il

avait obtenu la troisième place du “Président” (Gr3) en 2008.

Roi du Val (Astarabad)

s’était pris les pieds dans des adversaires au tapis lors du Prix Violon II. Il

n’avait alors pu éviter la chute. Cheval peu chanceux dans ses parcours, il a

été monté aux avant-postes, samedi, ce qui n’est jamais un mal dans la

discipline de l’obstacle.