Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Tamazirte remet christophe soumillon sur orbite

Autres informations / 04.10.2009

Tamazirte remet christophe soumillon sur orbite

Qatar Prix Daniel Wildenstein

(Gr2)

À la surprise générale,

Christophe Soumillon a repris le chemin des pistes ce samedi à Longchamp, trois

semaines après sa fracture du coude gauche. En selle à deux reprises, il devait

avant tout reprendre ses marques en course, avant de monter Stacelita (Monsun),

en remplacement de Christophe Lemaire dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe

(Gr1). Entraîneur de la gagnante du Prix de Diane (Gr1), Jean-Claude Rouget

l’avait sollicité pour deux montes : Oiseau de Feu (Stravinsky), sixième

rétrogradé du Total Prix de la Forêt (Gr1), et Tamazirte (Danehill Dancer).

 

La pouliche de l’Écurie de la

Vallée Martigny a permis au jockey belge de reprendre confiance en s’imposant

dans le Qatar Prix Daniel Wildenstein (Gr2) avec le costume de favori. « Je

tiens à remercier Jean-Claude Rouget et les propriétaires de Tamazirte car ce

n’est pas évident de faire confiance à un canard boiteux, a déclaré avec humour

le cavalier belge Christophe Soumillon sur Equidia dès le poteau franchi. Si

Jean-Claude Rouget n’avait pas été là, je serais chez moi devant la télévision.

J’ai une pensée pour Christophe Lemaire à qui je souhaite de revenir très fort.

Tamazirte est une très bonne pouliche capable d’une puissante accélération.

Aujourd’hui, elle a eu le parcours idéal. » Heureux vainqueur, Jean-Claude

Rouget nous a confié : « J’étais un peu inquiet avant la course car je trouvais

qu’elle avait le poil piqué au rond de présentation et j’avais peur qu’elle

soit passée de forme. À quatre cents mètres du but, lorsqu’elle a changé de

vitesse, j’ai baissé mes jumelles car je savais que c’était fait. Il faut la

monter comme l’a fait Christophe [Soumillon, ndlr] en position d’attente. De

toute façon, elle n’avait pas le choix [elle avait le numéro 11 dans les

boîtes, ndlr]. » Décevante sixième du Prix de la Nonette (Gr3) où elle s’est montrée

« trop fraîche », dixit son

mentor, Tamazirte a pu ajouter un deuxième succès de Groupe à son palmarès,

après sa victoire dans le Prix de la Grotte (Gr3) au printemps. Cette

collection complète avantageusement ses deuxièmes places acquises dans la Poule

d’Essai des Pouliches (Gr1) et dans le Prix de Diane (Gr1).

 

 

 

Qatar Prix Daniel Wildenstein

(Gr2)

Le petit exploit de Tamazirte

Depuis 1995 et le succès de

Shaanxi (Zilzal), plus aucune pouliche de 3ans ne s’était imposée dans le Prix

Daniel Wildenstein. Il aura fallu attendre quatorze ans pour voir ce petit

exploit se reproduire. Il est vrai que ce n’est pas évident de s’imposer face à

ses aînés, mais Tamazirte était de loin la concurrente possédant le plus de

classe pure, prouvée notamment dans ses accessits de la Poule d’Essai et du

Prix de Diane.

 

1.600m, la vraie distance de

Danse Grecque

Quatrième du Darley Prix Jean

Romanet (Gr2), Danse Grecque (Hold that Tiger) retrouvait la distance de 1.600m

et s’est très bien comportée. Après avoir attendu en troisième position le long

de la corde, la pensionnaire d’Élie Lellouche n’a pas eu le jour rapidement

mais a pu fournir sa valeur, prenant le premier accessit. « C’est dommage

qu’elle n’ait pas gagné, d’autant que c’était le Prix Daniel Wildenstein, nous

a déclaré son entraîneur. C’est la vraie jument de 1.600m et de bon terrain.

Anthony Crastus [son jockey, ndlr] l’a bien montée car c’est une pouliche avec

laquelle il faut attendre le plus longtemps possible. » Après une première

victoire obtenue dans une petite course à conditions cantilienne pour sa

quinzième sortie, Murcielago (Spinning World) n’est pas passé loin d’un succès

de Groupe. Le pensionnaire (et partenaire) de Tony Castanheira a flotté une

fois devant, mais a réussi à conserver la troisième place.

 

Danehill Dancer poursuit sa

belle année

Élevée par Churchtown

Bloodstock, Tamazirte est une fille de Danehill Dancer (Danehill) qui continue

sur sa lancée du début d’année. Après son doublé dans les Guinées irlandaises,

avec Mastercraftsman et Again, l’étalon de Coolmore a vu déferler une

nouvelle génération de 2ans

de niveau Groupe 1, grâce notamment à Alfred Nobel, lauréat des Phoenix Stakes

(Gr1). En France, il s’est distingué dans de belles courses à conditions pour

2ans avec les ? JDG Rising Star ? Planteur et Darma.

Mère de Tamazirte, Tanami

Desert (Lycius) a couru une seule fois, finissant non placée.

Deuxième mère de Tamazirte,

Tanami (Green Desert) a pris la deuxième place des Cheveley Park Stakes (Gr1).

Elle a donné Cairns (Cadeaux Généreux), gagnante de Groupe 2.

Les autres partants dans leur

ordre d’arrivée :

Reggane (Red Ransom),

Shamwari Lodge (Hawk Wing), Kachgai (Kaldounévées ), Racinger (Spectrum),

Golden Century (El Prado), Spring Of Fame (Grand Slam), Earl of Fire (Areion),

Uncle Tom (First American), Oroveso (Fahim), Sharpour (Desert Sun). Tous couru.

Les statistiques ne plaident

guère en la faveur des juments dans ce Prix Daniel Wildenstein puisqu'au cours

des vingt dernières années, seulement deux d'entre-elles ont inscrit leur nom

au palmarès de ce Groupe 2. Cette année, elles sont au nombre de quatre, toutes

bien décidées à inverser la tendance. À mi-parcours, Earl of Fire ne laisse à

personne le soin de faire du train. Golden Century, Danse Grecque, Murcielago

et Reggane font également partie du premier tiers du peloton. Le Brésilien

Oroveso progresse en épaisseur. À 400m du but, Danse Grecque cherche le

passage. Pendant ce temps, bien équilibrée par Christophe Soumillon, Tamazirte

allonge progressivement ses foulées. Et dicte sûrement sa loi. Pour l'octroi de

la 2e place, Danse Grecque domine de peu Murcielago. Entre eux, Handsome

Maestro se classe 4e. Les femelles ont déjoué les statistiques.