Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

War monger, nouvelle flèche bleue

Autres informations / 09.10.2009

War monger, nouvelle flèche bleue

SAINT-CLOUD, Vendredi

Prix Prince Bio (F)

 « War Monger fait

partie des bons 2ans de mon entraînement. » Après la ? JDG Rising Star ?

Planteur (Danehill Dancer), vainqueur du Prix de Crèvecœur (F), Élie Lellouche

tient un autre poulain prometteur en War Monger (Linamix), facile lauréat du

Prix Prince Bio (F) et lui aussi promu ?

JDG Rising Star ?. Frère de Wajir

(Danehill Dancer), gagnant des Prix Hocquart (Gr2) et de Lutèce (Gr3), War

Monger a fait belle impression dans cette épreuve pour inédits, malgré un

parcours peu évident en épaisseur. « Il s’impose facilement aujourd’hui, a

poursuivi Élie Lellouche. Il a de la qualité et a maintenant gagné à 2ans.

Voilà les deux points communs qu’il a avec Wajir. J’aurais dû le débuter en

septembre, mais il a eu un contretemps. C’est un “Linamix“, je vais sans doute

le laisser tranquille pour cette année. » Le pilote de l’Écurie Wildenstein,

Anthony Crastus, était aussi séduit par le succès de son partenaire, nous

déclarant : « Bien qu’il n’ait pas eu un parcours caché, il s’est montré

détendu alors que les “Linamix” sont d’ordinaire assez tendus. Cette course est

une bonne leçon pour lui, d’autant qu’il a été très appliqué jusqu’au bout. »

Monté nez au vent, War Monger a été lancé à trois cent cinquante mètres du

poteau et a bien poursuivi son effort dans la ligne droite, tout en donnant

l’impression de véritablement contrôler les fins de course de ses rivaux. D’un

modèle assez léger, comme souvent peuvent l’être les produits de Linamix, War

Monger devrait évoluer sur de plus longues distances l’an prochain, car il a

passé le poteau avec des ressources intactes.

 

 

Des poulains à suivre

Derrière le vainqueur, plusieurs poulains se sont bien

comportés et devraient poursuivre leur progression. Sur un terrain que l’on

pouvait penser trop souple pour lui puisque fils de Dansili, le gris presque

blanc Bundestag (Dansili) a bénéficié d’un bon parcours. Dans la phase finale, il

s’est bien étendu pour conserver le premier accessit devant Celtic Celeb

(Peintre Célèbre). Ce dernier, pensionnaire de François Doumen, s’est montré un

peu froid dans le parcours, ce qui ne l’a pas empêché de venir finir dans une

plaisante action à la troisième place. « J’attendais que le terrain

s’assouplisse pour le débuter et j’ai bien aimé sa fin de course », nous a

simplement confié son mentor.

Frère utérin de Domedriver (Indian Ridge), lauréat du

Breeders’ Cup Mile (Gr1) 2002, Speartooth (Hernando) fournissait de bons

travaux le matin, d’après son entraîneur, Pascal Bary. Il les a confirmés en

piste, même s’il s’est montré un peu tendu dans le parcours. Sa quatrième place

est donc probante. Il domine Curro Perote

(Smadoun), qui débute bien (5e) et est entraîné par Luis Urbano-Grajales.

 

La grande famille de tenue de l’Écurie Wildenstein

Élevé par Dayton Investments, War Monger est issu de la

meilleure famille de tenue de l’élevage Wildenstein. Sa deuxième mère, Walensee

(Troy), gagnante du Prix Vermeille (Gr1), a donné le plus grand stayer français

en Westerner (Danehill), gagnant du Gold Cup de York (Gr1) et double lauréat

des Prix du Cadran (Gr1) et Royal-Oak (Gr1).

War Game (Caerleon), mère de War Monger, a remporté le Prix

Maurice de Nieuil (Gr2, disputé à l’époque sur 2.500m). Elle compte cinq

produits, dont quatre lauréats désormais. Elle a donné notamment Wajir, qui

avait gagné en débutant, comme War Monger, le Prix de Villebon, avant de

remporter au mois de novembre sa course “B” à SaintCloud, sur le même parcours

que celui de ce Prix Prince Bio.