Zafeereli, la tête tournée vers 2010

Autres informations / 26.10.2009

Zafeereli, la tête tournée vers 2010

Dimanche, Frauenfeld

(Suisse). Parrainé par le Haras de Fresnay-le-Buffard, le Critérium de 2ans

Dream Well (1.600m, 20.000 FS) a mis un point final à la saison en Suisse

alémanique, dimanche à Frauenfeld sur une piste très souple. Sur l’hippodrome

du Derby, qu’il connaissait déjà pour s’y être imposé en juin, Zafeereli

(Zafeen) a repris sa place au sommet de la jeune génération. Sur la brèche dès

le mois de mars, en passant par une cinquième place derrière Siyouni (Pivotal)

dans le “Blushing Groom” en mai, Zafeereli a pleinement rassuré, dominant sans

problème les “Weiss” Snake River (Bachelor Duke) et Shuffle Champ (Big

Shuffle).

« Nous avons commis une

erreur au début, en le faisant aller en tête, alors que c’est un élément à

courir caché. Il était au-dessus du lot, cette fois », analysait Freddy di Fède

dans les vestiaires. Le protégé de Guy Raveneau rejoint au palmarès des sujets

tels que Glavalcour, Pont des Arts, Ziking ou Maintop, qui sont tous restés

classiques entre 2 et 3ans.

 

« Il a beaucoup tiré

aujourd’hui, mais il gagne quand même, complétait son mentor. C’est visiblement

un bon petit cheval, qui n’a pas encore atteint sa maturité, mais est sans

doute limité en tenue. »

Suppléant Olivier Plaçais,

touché à un coude et annoncé de retour pour la semaine prochaine, Freddy di

Fède est revenu à la hauteur de son rival dans la course à la Cravache d’or

suisse, qui livrera son verdict mi-novembre à Avenches.

Battu avec les honneurs sur

Pont des Arts (Kingsalsa), la veille à Baden-Baden, dans le Défi du Galop,

Frédéric Spanu a trouvé une très belle consolation en s’adjugeant dimanche le

Grand Handicap pour l’élite (3ans et plus, 2000 mètres, 30.000 FS) avec Ziking

(Kingsalsa), qui, malgré son top-weight (62 kg), a crucifié l’animatrice

Auenwunder (Seattle Dancer) au début de la ligne droite, renouant avec le

succès qui le fuyait depuis le deuxième trimestre. Successeur de Kurt

Schafflützel, Andreas Schärer a jusque-là parfaitement relevé le défi.