Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

C’est l’heure de la consécration sur les “gros” pour long run

Autres informations / 08.11.2009

C’est l’heure de la consécration sur les “gros” pour long run

AUTEUIL, Dimanche

Prix Maurice Gillois-Grand

Steeple-Chase des 4ans (Gr1)

Depuis sa victoire dans le

Prix Cambacérès (Gr1) en 2008, la carrière a pris une orientation différente,

celle du steeple-chase. En fait son entourage n’a pas tergiversé bien longtemps

après sa défaite au printemps dans le Prix de Pépinvast (Gr3, haies).

“Seulement” troisième ce jour-là derrière Kadabi (Dalakhani) et Blue Bresil

(Smadoun), le ciel est un peu tombé sur la tête de son entraîneur Guillaume

Macaire et des siens. Changement immédiat de discipline pour le steeple où Long

Run (Cadoudal) était déjà dans leur tête destiné à devenir un grand performer.

La conviction s’est muée en réalité dans une discipline où l’athlète bai-foncé compte

deux victoires et une deuxième place en trois sorties. Depuis le printemps,

Guillaume Macaire annonce qu’il sera redoutable sur le terrain lourd et la

longue distance du Prix Maurice Gillois (Gr1). Justement, nous y sommes. Dans

le Prix Orcada (Gr3), la dernière épreuve préparatoire, Long Run a pris le

pouvoir, renversant le roi du premier semestre chez les 4ans, Rubi Ball

(Network). Ils se retrouveront tous les deux, mais une revanche est

difficilement envisageable tant Long Run a donné une impression de fluidité et

d’aisance dans ses sauts, lors du “Orcada”. Difficile de ne pas le voir asseoir

définitivement sa supériorité sur ses contemporains.

 

 

 

AUTEUIL, Dimanche

Prix Maurice Gillois-Grand

Steeple-Chase des 4ans (Gr1)

Cokydal peut bouleverser la

hiérarchie

La victoire dans ce Prix Maurice

Gillois semble se circonscrire entre Long Run et Rubi Ball. Mais un poulain a

la classe pour s’immiscer entre eux. Il s’agit de Cokydal (Cadoudal), troisième

du Prix Orcada (Gr3). Cette année, le protégé de Guy Cherel est passé proche

d’un succès dans le Prix La Périchole (Gr3). Alors qu’il avait le meilleur, il

a pris la direction de la rivière des tribunes. Ce n’était finalement que

partie remise puisqu’il a battu Rubi Ball dans le Prix Edmond Barrachin. Il

avait certes l’avantage d’avoir couru durant l’été à Clairefontaine, mais il

est à l’aise en terrain profond et sur les gros parcours. Un bon résultat de sa

part est attendu.

 

Trois concurrents en appel

Trois poulains ont montré des

capacités mais reste sur des sorties assez décevantes.

Vainqueur du Prix La

Périchole, grâce à la dérobade de Cokydal, Royale François (Kapgarde) vient de

prendre la cinquième place du Prix Orcada. Une performance un ton en dessous de

ce que l’on attendait. Sur 4.400m, on peut attendre un bon résultat de ce

redoutable finisseur.

Impressionnant lauréat (20

longueurs) du Prix Agitato pour la réouverture d’Auteuil, Northwest du Lys

(Medaaly) n’a pas confirmé les belles performances qu’il a réalisées durant le

début du printemps, face aux meilleurs. Mais il peut faire parler son aptitude

au terrain lourd.

Solide poulain qui n’a qu’un

train, Royal Tune (Green Tune) est un sauteur qui possède une bonne expérience.

Un atout primordial pour courir sur un terrain profond. Le protégé de Guillaume

Macaire affrontera pour la première fois l’élite de sa génération.

 

Rubi Ball, le roi du

printemps

Meilleur steeple-chaser

palois lors du précédent meeting béarnais, Rubi Ball a franchi un cap à Auteuil

en devenant le numéro 1 sur les “gros” d’Auteuil, grâce à sa victoire dans le

Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). Deuxième des Prix Edmond Barrachin (Gr3) et

Orcada, le pensionnaire de Jacques Ortet fait ce qu’il veut, de l’avis même de

son jockey Christophe Pieux. Un Christophe Pieux qui le compare à Or Jack (Noir

et Or), un de ses chevaux de cœur, deuxième du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1)

en 2000. La comparaison est flatteuse, mais Rubi Ball a encore beaucoup à

prouver pour arriver au même niveau.

 

 

 

VERBATIM

Guillaume Macaire (Long Run,

1er du Prix Orcada): « À part ce saut au brook où il a fait un saut à la

“fosbury”, c’est génial. Il y a eu du rythme et il le fait avec la manière et

avec de la marge. Le terrain l’a aidé, mais même s’il avait été battu, nous aurions

couru le “Maurice Gillois”, qui reste son objectif. Comme l’on dit, il n’y a

pas d’instruments qui disent que l’on est prêt tant que l’on n’a pas fait sa

rentrée. D’autant que je pense que le cheval a grandi et il a également pris du

poids. Ce sera un cheval qui ira en Angleterre après sur les parcours pour

novices sur trois miles. Le but sera ensuite de courir le Sun Alliance [Gr1, Festival

de Cheltenham, ndlr]... Mais tout cela, on en reparlera en temps et en heure. »

Xavier Papot (propriétaire de

Rubi Ball, 2e du Prix Orcada): « Même s’il s’est montré fautif, comme il

l’avait été avant le Prix Ferdinand Dufaure, il n’aurait pas pu battre Long Run

aujourd’hui. »