Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Débuts difficiles à lexington, dont profitent jean pierre de gasté et les japonais

Autres informations / 12.11.2009

Débuts difficiles à lexington, dont profitent jean pierre de gasté et les japonais

Une impression irréelle de

vide régnait à Keeneland, en partie boudé par la clientèle américaine qui

attend des jours meilleurs. Les éleveurs américains maudissaient en ce mardi la

sévérité des banques locales, largement responsables du manque de liquidité des

acheteurs potentiels et des prix de braderie auxquels ont dû consentir des

vendeurs, pas en position de défendre leurs

juments. Ce climat pesant

explique la glissade de ce premier jour, encore plus timide que les habituels

jours d'ouverture, toujours dans l'expectative.

 

Il est vraisemblable que les

prochains jours seront meilleurs, à qualité égale des juments. Déjà une

atmosphère plus dynamique s'est fait sentir en passant du Sales Pavillon de

Keeneland à celui de Fasig Tipton sur Newtown Pike, distant de moins de 10 km.

Sans doute des lots plus attractifs mais aussi une ambiance différente, grâce

au constat de 7 juments au-delà du Million de dollars, contre une seule à

Keeneland. Le climat est frileux et un mauvais vent devient vite glacial, tel est

le privilège de ces fins de crise dont on ignore le vrai seuil.

 

Dans ce contexte, certains se

sont régalés, et parmi eux en priorité la famille Yoshida, les leaders bien

connus de l'activité japonaise. Katsumi Yoshida a en effet acheté les deux tops

de Keeneland dont la grande Azeri, vendue pour 2,25 Millions de dollars, ce qui

est risible en regard de son prix de retrait l'année dernière à 4,4 Million de

dollars. C'est pourquoi John Sikura, qui la vendait pour la famille Paulson,

trop indécise les années passées, avouait un goût

« bittersweet » (aigre-doux)

dans sa bouche, lui qui s'occupait de cette jument de légende, une "Horse

of the Year" qui a gagné 17 courses pour plus de 4 M$. Dans la foulée,

Katsumi s'est offert pour 900.000$ Loves Only Me, une petite fille de Miesque

pleine de Danehill Dancer. En notant

que le 3e prix de 735.000$ a

été réalisé grâce à un achat

australien d'une bonne jument

pleine de Curlin, on mesure le faiblesse de la demande locale qui fait les

frais des errements passés des banquiers US, aujourd'hui devenus trop rigoureux

envers des clients qu'ils avaient pourtant incités à largement emprunter pour

investir.

 

Ce coup de froid sur le

Kentucky a permis à Jean-Pierre de Gasté de tenir un rôle de premier plan sur

la scène de Keeneland en y achetant 8 juments, puis en en achetant 5 à Fasig

Tipton pour une somme voisine de 3,5 Millions de dollars. Notre courtier, que

chacun sait très bien introduit au Moyen-Orient, agissait pour le compte de

Badr ben Abdallah Al Saoud et de son fils Talal, fils et petit-fils du Roi

Abdallah d'Arabie Saoudite. Joint par téléphone, JeanPierre nous confiait qu'il

avait eu une activité équivalente à celle des années précédentes mai

qu'aujourd'hui, du fait de la baisse du marché, son activité était devenue à la

fois plus facile et donc plus visible.

 

Il nous confirmait sa

prédilection pour ce marché qui lui offrait la garantie, grâce à la sélection

par le dirt, de trouver des juments aux aplombs corrects que recherchaient ses

clients arabes qui feront naître leurs produits in utero en Arabie dans leurs

installations. Cependant, de mémoire d'observateur de ces ventes, on ne se

souvient pas d'un tel niveau d'activité d'un professionnel français de par le

passé, et ce constat doit être porté au crédit de Jean-Pierre de Gasté, qui

incarne le savoir-faire français.

 

Plus tard, dans la soirée,

les ventes se poursuivaient à Fasig Tipton, et l'on a pu constater un regain

d'activité. La moyenne et le chiffre d'affaires y étaient cependant fortement

en baisse, ce qui était prévisible dans la mesure où la session de l'an dernier

avait été "extraordinaire" avec des juments incroyables comme Stardom

Bound et Better Than Honour qui, à elles seules, avaient réalisé un total de

20 Millions de dollars ! Nous

tirerons, avec le recul de quelques jours, les vraies leçons de ces ventes qui

ne font que commencer, tout en constatant, outre la prestation vedette de

Jean-Pierre de Gasté, une forte activité française que nous détaillons dans

notre analyse approfondie des achats français.

LES WERTHEIMER ACHÈTENT LE

TOP PRICE DE LA VENTE

 

L’Ecurie Wertheimer &

Frère s’est portée acquéreur du top price de la vente, mercredi à Keeneland, pour

3,1M$. Ce lot 471 est Honest Pursuit, une jument par Storm Cat d’une grande famille

« Khalid Abdullah », celle d’Empire Maker et Chester Jouse. Ce sera le probable

top price de l’ensemble de la vente.