Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Jean d’angely aime aussi les haies

Autres informations / 01.11.2009

Jean d’angely aime aussi les haies

AUTEUIL, Samedi

Prix Claude Le Lorrain (L)

À 6ans, Jean d’Angely

(Pelder) n’avait couru qu’à douze reprises avant le Prix Claude Le Lorrain (L),

ce samedi. Toutes ses sorties avaient eu lieu en steeple-chase et le

pensionnaire de Frédéric Danloux découvrait donc les haies en compétition

relativement tardivement. Mais Jean d’Angely possède un gros potentiel et il a

débuté victorieusement dans cette nouvelle discipline. Toujours dans le sillage

de son compagnon d’entraînement Northern du Roy (Northern Park), le partenaire

de Jacques Ricou a bénéficié d’un bon leader pour se détendre durant le

parcours. Venu facilement prendre l’avantage entre les deux dernières haies,

Jean d’Angely a contré sûrement le retour de Cyrlight (Saint Cyrien), deuxième.

« Heureusement, nous avions engagé Northern du Roy pour épauler Jean d’Angely,

a avoué Frédéric Danloux. Je tiens d’ailleurs à remercier mon frère d’avoir

accepté cet engagement qui semblait “pour rien” au début. La course n’a pas été

vite au début et je craignais un faux train. De plus, Jean d’Angely n’aime pas

avoir des chevaux dans son dos. Jacques Ricou a monté une belle course. Je n’ai

pas voulu le courir dans le Prix Héros XII (Gr3) car je ne l’estimais pas assez

prêt. Je ne sais pas ce que nous allons courir. Le Prix La HayeJousselin (Gr1)

est maintenant exclu. Il y a toujours les Prix Général Donnio (L) et Georges

Courtois (Gr2). Il peut même courir en haies. Nous allons voir. » Jacques Ricou

a déclaré au micro du cheval émetteur : « J’avais monté Jean d’Angely lors de

sa troisième sortie à 4ans. Il est très allant et comme tout le monde, il avait

du gaz entre les deux dernières haies. Sur le plat, il s’est montré courageux

et a vraiment été très vite entre la dernière haie et le poteau d’arrivée.

C’est un bon cheval. » Débuter sur les haies à 6ans après avoir entamé sa

carrière sur les gros obstacles est un itinéraire peu commun. Mais Jean d’Angely

a de la classe et semble mieux comprendre ce qu’on lui demande en prenant de

l’âge. Après un printemps décevant, il a levé en une ligne droite tous les

doutes qui planaient en permanence autour de lui. D’autant plus que ce lot de

ce Prix Claude Le Lorrain avait fière allure avec un autre candidat très

attendu dans ce qu’on pourrait appeler un tentative de reconversion sur les

haies : Cyrlight (Mansonnien).

 

Changement de tactique payant

pour Cyrlight Cette fois, l’entourage de l’alezan volant avait décidé de

changer son fusil d’épaule. Au lâcher des élastiques, contrairement à ce que

l’on attendait, Cyrlight a été repris par Cyrille Gombeau. Placé en dernière

position, le pensionnaire de Christophe Aubert a mieux sauté que lors de sa

septième place dans le Prix Carmarthen (Gr3). Mais il a tout de même émaillé

son parcours de plusieurs fautes. Et surtout, il a tiré pendant une longue

partie initiale du parcours. Rapproché vivement entre les deux dernières haies,

il a lutté avec Jean d’Angely sur le plat. Une demi-longueur seulement l’a

séparé d’un nouveau succès. « Il a sauté les deux dernières haies à la

fosburry, a déclaré Hervé Barjot, représentant de Pegasus Farms Ltd. Nous

souhaitions le remettre en confiance avec cette nouvelle tactique. Dommage qu’il

n’y ait pas eu de train. Il faut qu’il apprenne à être plus posé. Nous allons

voir avec son mentor pour la suite de son programme. » Vainqueur du Prix de

Pépinvast (Gr3) 2006, Gaelic Ocean (Urban Ocean) a animé l’épreuve avant de

sembler pris de vitesse. Il a terminé vite à la troisième place. « La victoire

était à notre portée a avoué Marcel Rolland. Avec plus de train et au vu de sa

fin de course, je pense qu’il aurait pu s’imposer. » Deuxième du Gras Savoye

Grand SteepleChase de Paris (Gr1) 2008, Padisha Soy (Dabistan) a fini

honorablement en léger retrait

(5e). Logiquement, le pensionnaire de David Windrif avait besoin de cette

reprise de contact.