Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Julien leparoux : « les courses de la breeders’ cup peuvent modifier le classement actuel »

Autres informations / 06.11.2009

Julien leparoux : « les courses de la breeders’ cup peuvent modifier le classement actuel »

Le jockey français installé

aux États-Unis est devenu une valeur sûre du circuit américain. À l’âge de

26ans, Julien Leparoux vit sa plus belle saison après une année 2006 qui l’avait

vu défrayer la chronique.

Il avait alors établi un

double record : celui du plus grand nombre de victoires (403) et des gains les

plus élevés obtenus par un apprenti la même année (12.491.316$).

Cette année, il occupe la

deuxième place du classement américain par les gains, le classement de

référence outreAtlantique. Avec 15.026.175$, à seulement 600.000$ du leader,

Ramon A. Dominguez, le Français peut encore espérer le rattraper et, pourquoi

pas, prendre la tête. D’autant plus que Julien Leparoux dispose de plusieurs

très bonnes cartouches lors des deux jours de Santa Anita. Ce meeting, avec ses

pluies de dollars, va jouer un rôle d’arbitre, comme le Qatar Prix de l’Arc de

Triomphe en France peut faire basculer à lui seul la hiérarchie de toute une

année.

C’est après la réunion de

courses de jeudi, à Churchill Downs (où il a obtenu trois deuxièmes places),

que le jockey nous a livré ses impressions sur le moment le plus important de

l’année. Deux jours où tout peut basculer.

 

JDG.– À quelques heures des

courses de Breeders’ Cup, quel bilan tirez-vous de votre année ?

Julien Leparoux.– C’est ma

meilleure année. Mes montes n’ont jamais accumulé autant de gains. J’occupe la

deuxième place actuelle mais je crois aussi que cela peut encore changer avec

la Breeders’ Cup. Si cela se passe bien pour moi, il est possible que je passe

au premier rang.

 

De combien de montes

disposez-vous ? Et disposezvous de premières chances ?

J’ai onze montes au total [10

dans des épreuves de B.C. à notre pointage, sachant que d’autres épreuves

complètent le programme de Santa Anita, ndlr]. Je compte particulièrement sur

Forever Together, dans le B.C. Filly and Mare Turf, et Informed Decision, dans

le B.C. Filly and Mare Sprint.

 

En Europe, nous connaissons

bien Rainbow View. Vous l’avez montée pour sa première sortie nordaméricaine.

Quelle impression ?

Elle a très bien couru à

Woodbine (2e). C’est une bonne pouliche qui devrait, je crois, bien s’adapter à

la piste synthétique de Santa Anita.

 

Comment jugez-vous l’édition

2009 du Breeders’ Cup ?

Je crois que c’est une bonne

année. Ici, les gens attendent particulièrement les prestations de Zenyatta

dans le “Classic”, de Ventura dans le “Filly and Mare Sprint” et de… Forever

Together dans le “Filly and Mare Turf”.

 

Que ferez-vous dimanche ?

Après les courses samedi, je

reprends l’avion pour revenir chez moi dans le Kentucky. Je monte dimanche à

Churchill Downs !

Breeders’ Cup Marathon

LES EUROPÉENS FAVORIS

Le Breeders’ Cup Marathon,

qui n’a de marathonien que le nom, se dispute en effet sur 2.800m et connaîtra

sa deuxième édition ce vendredi. Cette épreuve a pourtant été réaménagée et

s’engage un peu plus, dorénavant, dans la voie des épreuves de tenue puisqu’à

sa naissance, elle se jouait sur la distance dite classique.

Cette année, deux européens

font figure de favoris sur le pro-ride dans cette épreuve. Il s’agit du

“Godolphin” Mastery (Sulamani), héros du St Leger de Doncaster (Gr1), donné à

9/5, et du pensionnaire d’Henry Cecil, Father Time (Dansili), gagnant de Groupe

2, qui a terminé quatrième du St Leger de Mastery et aujourd’hui donné à 3/1 au

betting américain. Cependant, Mastery n’a pas été revu en piste depuis sa

victoire du 12 septembre. Simon Crisford, racing manager de l’écurie Godolphin,

a déclaré à Sportinglife : « Il a eu une course dure dans le St Leger et il

avait besoin de ce temps de récupération. Cette épreuve est la cible évidente

de son programme de fin d’année. »

 

Du côté du contingent

américain, on retrouve une candidature originale, celle d’un hongre de 9ans,

Cloudy’s Knight (Lord Avie). En effet, Jonathan Sheppard tente l’aventure avec

un vieux cheval qui pourrait devenir le plus âgé des vainqueurs d’une épreuve

de Breeders’ Cup s’il l’emporte ce vendredi dans le “Marathon”. Cloudy’s Knight

n’a couru que deux fois cette année et il est resté invaincu. Il vient de

s’illustrer dans un Groupe 3 sur le turf de Keeneland. Chez les américains, on

compte également la candidature de Nite Light (Thunder Gluch), l’unique gagnant

de Groupe sur une surface synthétique. Il représentera une écurie en forme,

celle de Todd Pletcher, actuellement deuxième au classement national des entraîneurs

par les gains.