Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Kauto stone, plus star que kauto… star ?

Autres informations / 08.11.2009

Kauto stone, plus star que kauto… star ?

AUTEUIL, Dimanche

Prix Cambacérès – Grande

Course de Haies des 3ans (Gr1)

2 novembre 2003, Kauto Star

(Village Star) subit la domination de Maia Eria (Volochine) dans le Prix Cambacérès

(Gr1). Il prend le premier accessit. Exporté en Angleterre, il remporte deux

Gold Cup de Cheltenham (Gr1) devenant une véritable idole outre-manche, sous

l’entraî nement de Paul Nicholls. Son frère Kauto Stone (With the Flow) se

présente six ans plus tard dans la Grande Course de Haies des 3ans (Prix

Cambacérès), avec l’espoir de faire mieux qu’une deuxième place. Il en a les

capacités. Sa domination dans le Prix Georges de Talhouët Roy (Gr2), où il

s’est imposé de six longueurs, en est la preuve. Incontestablement, depuis ses

débuts sur les haies, dans le Prix Wild Monarch (L, arrêté), Kauto Stone s’est

façonné et s’est mué en un sauteur de premier plan. Le travail a été réalisé

par son mentor Jehan Bertran de Balanda, qui nous en parlait en bien dès le

mois de février. A lui de confirmer que son succès dans le premier Groupe

réservé à la jeune génération sur les obstacles n’était pas usurpé.

 

Temple Lord en quête de

réhabilitation… pour sa dernière sortie française

Cinquième du “Talhouët-Roy”,

Temple Lord (Califet) avait alors déçu. Il était le grand favori de l’épreuve après

ses démonstrations printanières dans les Prix Stanley (L) et Aguado (L). Mais

le pensionnaire de Guy Cherel a connu un problème ligamentaire aux rotules.

Rétabli à temps pour ce qui sera sa dernière sortie française, avant de

rejoindre l’Irlande, pays de son propriétaire John McManus, Temple Lord part

avec la confiance de son entraîneur. Une revanche sur Kauto Stone est donc envisageable

même s’il est toujours contrariant pour un cheval de connaître ce genre de

soucis à un mois

de son objectif.

 

AUTEUIL, Dimanche

Prix Cambacérès – Grande

Course de Haies des 3ans

(Gr1)

La ligne du “Talhouët-Roy”

Sur les douze partants de

cette édition 2009 du Prix Cambacérès, six sont passé par le Prix Georges de

Talhouët-Roy (Gr2), la préparatoire naturelle. Cette épreuve a donné dix

gagnants du Prix Cambacérès sur les balais. Outre Kauto Stone et Temple Lord,

on retrouve Président José (Slickly, 2e), Sable des Dunes (Al Namix, 3e), St

Nicolas d’Acy (Laveron, 4e) et Dragon Mask (Turgeon, 6e) au départ.

Entraîné par Robert Collet,

Président José évolue avec les meilleurs de sa promotion depuis la fin du

printemps. Régulier, il est sur la montante et le rôle du troisième larron lui

va comme un gant.

Porté en haute estime par

Patrice Quinton, Sable des Dunes ne compte que deux sorties en obstacle. C’est

peu pour prétendre devenir le meilleur hurdler de 3ans mais le poulain possède

un talent inné. Son entourage l’a fait entrer d’emblée dans le grand bain en le

faisait débuter dans le Prix Finot (L) où il a gagné. Puis le Prix Georges de

Talhouët-Roy avec une

excellente deuxième place. Si on ajoute qu’il a évolué à bon niveau en plat (3

victoires et 4e de Listed), on obtient une candidature respectable.

Doté d’un modèle puissant, ce représentant de l’Ecurie des Dunes doit devenir

un bon 4ans.

Très solide lui aussi, St

Nicolas d’Acy est bâti pour aller sur les gros obstacles. Les observateurs

attendent ses débuts dans cette discipline avec impatience. Mais c’est en haies

qu’il va d’abord tenter d’accéder au plus haut niveau.

 

De belles impressions

visuelles

Trois poulains arrivent sur

le “Cambacérès”, sans avoir pris part au Groupe 2 du 11 octobre. Mais ils ont

laissé des impressions séduisantes.

Prince Oui Oui (Poliglote)

entraîné par Philippe Peltier avait plusieurs longueurs de retard sur les

animateurs dans le Prix Paul’s Cray à l’entrée de la ligne droite et semblait

devoir se contenter d’une cinquième place. Pourtant, isolé au centre de la

piste, il a fini fort pour arracher la victoire. Il a la pointure pour obtenir

un bon résultat face à l’élite de sa génération.

Vainqueur de l’important Prix

Piomarès, Prospert le Grand (Enrique) devrait être encore meilleur sur un sol

profond en digne fils d’Enrique (Barathea).

Deuxième du Prix Emilius,

Spunk (Laveron) fait le grand saut en passant d’une course à conditions à un

Groupe 1. Si on ajoute qu’aucun AQPS ne s’est imposé dans ce championnat des

3ans, sa tâche s’avère compliquée. Mais son entraîneur François Doumen n’est

pas un homme à faire des paris insensés. D’autant plus qu’à 3ans, en obstacle,

les valeurs peuvent changer d’une course à une autre.

 

 

HISTORIQUE DE LA COURSE

La Grande Course de Haies des

3 ans a été créé en 1942. Il est devenu le Prix Cambacérès en 1960. La dis tance

est de 3.600m depuis 1967.

Cadoudal est le père de 5

vainqueurs. Il est également le géniteur des deux premiers de l’édition 2008.

Aucun demi-sang ne s’est

imposé.

Villez en 1995 est le dernier

vainqueur “entier”. Aucun vainqueur d’après-guerre n’avait couru précé demment

à réclamer.

Doublé Finot / Cambacérès

(après-guerre) : First Guard (1956), Loreto (1957), Furibard (1964), Dom

Helion (1973), Brillador

(1983), Kadalko (1991) et Maia

Eria (F, 2003)

Doublé Prix de Talhouët-Roy /

Cambacérès : Long Run (2008), Tidal Fury (2005), Maia Eria (2003),

Katiki (2000), Kadalko (1991),

Soir de Mai (1988),

Isabey (1987), Quart de Vin (1975),

Rush (1966),

Nistralin (1955).

 

 

VERBATIM

Jehan Bertran de Balanda (Kauto

Stone, 1er du Prix Georges de Talhouët-Roy) : « Il s’affirme et prend confiance

en lui. Christophe l’a bien monté, comme il voulait le monter, comme un bon

cheval. Il est monté devant, car il possède beaucoup de fond et il est plus à

l’aise ainsi plutôt qu’au sein du peloton. Il a été relax toute la course et a

accéléré au bon moment. J’avais un peu peur de l’assouplissement de la piste,

mais, finale ment, il s’en est très bien sorti. Si tout va bien, nous irons

évidemment sur le Prix Cambacérès. »

Patrice Quinton (Sable des

Dunes, 3e du Prix Georges de Talhouët-Roy) : « Il court très bien pour sa

deuxième course. C’est un très bon poulain qui a encore besoin de courir. Il a

de la marge et nous allons maintenant aller sur le Prix Cambacérès. »

Guy Cherel (Temple Lord, 5e

du Prix Georges de Talhouët-Roy) : « Il n’avait rien dans les bretelles. Il n’a

jamais eu de gaz et soufflait beaucoup en rentrant. Pourtant, il travaillait

très bien le matin. Il n’y en a pas un qui peut aller avec ! Je ne comprends

pas... Les ana lyses faites cette semaine étaient bonnes... » On apprendra

ensuite qu’il a eu un problème ligamentaire aux rotules.