Lookin at lucky n’a pas tous les atouts pour lui

Autres informations / 07.11.2009

Lookin at lucky n’a pas tous les atouts pour lui

Grey Goose Breeders´ Cup Juvenile (Gr1)

Le Breeders’ Cup Juvenile

(Gr1) est une épreuve importante dans le cadre de la sélection de futurs

étalons. Dans ce cas, on peut citer Chief’s Crown (Danzig) en 1984 ou

Unbridled’s Song (Unbridled) en 1995. C’est aussi une course qui a donné à voir

de grands moments de classe comme bien sûr Arazi (Blushing Groom) en 1991 ou

Johannesburg (Hennessy) en 2001. Ces deux-là étaient des européens, ce qui

prouve que le dirt n’est pas rédhibitoire quand la classe et la précocité sont

là. Cette année, Lookin at Lucky (Smart Strike) dispose de nombreux atouts.

Tout d’abord, il dépend d’un entraîneur qui se singularise par sa capacité à

faire de bons 2ans. En effet, Bob Baffert est titulaire de sept victoires dans

le Breeders’ Cup et quatre ont été acquises avec des 2ans. Il est par ailleurs

le tenant du titre avec Midshipman (Unbridled’s Song). Ensuite, Lookin at Lucky

regorge de talent : il a remporté quatre courses en autant de tentatives, dont

deux Groupes 1, sur 1.400 et 1.700m. Et il a signé son dernier succès sur le

tracé du jour. Donc, qualité, vitesse, précocité et aptitude au tracé, tels

sont ses avantages, en plus du savoirfaire de son mentor avec les 2ans. Mais il

a tiré le numéro le plus à l’extérieur dans les stalles (comme une certaine

Goldikova), ce qui a fait dire à son entraîneur : « Au moins, il va avoir un

beau numéro de couverture [le 13, ndlr] ». Même si le tournant n’arrive pas

aussi vite que sur les 1.400m de Longchamp, il va falloir trancher sur la

tactique de course à employer. « On ne pourra rien lui reprocher, a ajouté son

mentor ».

D´ Funnybone (D´Wildcat) a

littéralement explosé l’opposition lors de ses deux récentes sorties : dix

longueurs et demie dans les Saratoga Special Stakes (Gr2) et quatre longueurs

trois quarts dans les Futurity Stakes (Grade 2). Il est rallongé de trois cents

mètres et va découvrir le Proride, néanmoins, il a tiré un bon numéro de

stalle, le 5. Et surtout, il est en plein épanouissement.

 

Radiohead emmène la coalition

britannique

Les Américains n’ont concédé

que deux éditions aux visiteurs : en 2001, Johannesburg (Hennessy) pour Aidan

O’Brien et en 1991, le phénomène de 2ans Arazi (Blushing Groom) pour François

Boutin. On mesure que ces victoires ont été signées par des chevaux qui

sortaient réellement de l’ordinaire. Tel ne semble pas être le cas des

candidatures de l’année. Radiohead (Johannesburg) vient de subir par deux fois

la loi d’Awzaan (Alhaarth), un des tops 2ans européens avec St Nicholas Abbey

(Montjeu) et Jan Vermeer (Montjeu). Alfred Nobel (Danehill Dancer), qui avait

commencé la saison sur les chapeaux de roue – lauréat des Phoenix Stakes (Gr1)

–, Beethoven (Oratorio), le récent gagnant des Dewhurst Stakes (Gr1) et Vale of

York (Invincible Spirit), deuxième du Gran Criterium (Gr1) ont déjà tous montré

leurs limites.

 

STATISTIQUES

Vainqueur 2007 : Midshipman

(Unbridled’s Song)

Plus grande marge à l’arrivée

: 10 longueurs ; Street Sense en 2006

Plus gros rapport gagnant :

30/1, Anees en 1999 Plus faible rapport : 7/10, Chief’s Crown en 1984 Records

de victoires

Entraîneurs (5 victoires)

D.Wayne Lukes : 1986 (Capote), 1987 (Success Express),

1988 (Is it True), 1994 (Timber Country), 1996 (Boston Harbor)

Jockeys : 3 victoires

Laffit Pincay Jr : 1985 (Tasso), 1986 (Capote), 1988

(Is it True)

Jerry Bailey : 1996 (Boston Harbor), 1998 (Answer

Lively, 2000 (Macho Uno)