Orife : un entraînement à l’italienne

Autres informations / 04.11.2009

Orife : un entraînement à l’italienne

MAISONS-LAFFITTE, Mardi

Prix Saint Crespin (D)

Dans le terrain très collant de Maisons-Laffitte, Orife

(Marchand de Sable) s’est montré pugnace, « comme moi », dira Stéphane Pasquier

son jockey, pour repousser les attaques conjuguées d’At Least (Miesque’s Son),

son dauphin dans le Prix Kantar (F), et Madiba (Bertolini). Ces deux derniers

sont respectivement arrivés deuxième et troisième, At Least ayant soufflé le

premier accessit à son adversaire dans les derniers mètres, calé le long de la

corde.

Orife remporte ainsi sa deuxième victoire consécutive et

devrait en rester là cette année, selon les dires d’Alessandro Botti, fils et

assistant de l’entraîneur Giuseppe Botti. Alessandro, âgé de 34 ans, gère

l’antenne de son père à Chantilly. Créé cette année, le team italien compte

seize victoires avec vingt-quatre chevaux. « Je suis arrivé en France avec cinq

chevaux, nous a raconté Alessandro Botti. Aujourd’hui, l’écurie s’est agrandie

grâce à des propriétaires français comme Frédéric Sauque et des propriétaires

italiens qui désirent courir en France. » Frédéric Sauque (Stromboli Farm Limited)

est le copropriétaire d’Orife. « Il a bien gagné et confirme sa victoire car il

avait déjà battu ces chevaux-là. Aujourd’hui, le terrain n’était pas à son

avantage et le deuxième, At Least, portait 3,5 kilos de moins », nous a

commenté Alessandro Botti.

 

La famille Botti en Europe

Chez les “Botti”, les courses ne se transmettent pas

seulement de père en fils. L’oncle et le cousin d’Alessandro participent

également au rayonnement de cette grande famille italienne sur le turf

européen. « Nous avons décidé de nous installer en France car c’est proche de

l’Italie, et puis les allocations et le programme sont alléchants. Mon père et

mon oncle gèrent la plus grosse écurie d’Italie avec 200 chevaux. Mon cousin,

Marco, est à Newmarket », nous a expliqué Alessandro.

 

Orife, le frère d’Equiano

Issu du regretté Marchand de Sable et d’Entente Cordiale

(Ela Mana Mou), Orife est le frère du top-sprinter Equiano (Acclamation). Ayant

débuté sur 1.400m, il possède plus de tenue que le gagnant des King’s Stand

Stakes (Gr1) 2008. Orife a été présenté et racheté par le Haras du Mézeray aux

ventes d’août d’Arqana l’an dernier, avant de repasser aux ventes de décembre.

Il y a été acquis par son propriétaire, Frédéric Sauque, pour 60.000€, le

deuxième meilleur prix de la session 2008.

La deuxième mère a donné un cheval honnête, Hordago (Highest

Honor), régulier en plat et deuxième de Listed sur les obstacles de Cheltenham.

La troisième mère a produit Dartrey (Darshaan), deuxième des

Sun Chariot Stakes (Gr2 à l’époque, 2.000m) en 1991.

Les autres partants dans leur ordre darrivée

: Todays Day (Country Reel). Non partant

: Otou (Big Shuffle). Otou ne participe pas à cette rencontre réservée aux

2ans. Distance à parcourir : 1.400m en ligne droite. Le terrain est pénible. À

mi-parcours, Benrish et Madiba composent la première ligne. Today's Day vient

les épauler à leur extérieur. Prince Palois et Orife se tiennent en embuscade

alors qu'At Least patiente en dernière position. Today's Day est le premier à

être accompagné aux bras. À 400m du but, ils sont encore quatre sur la même

ligne. Orife attaque les animateurs Benrish et Madiba. Effort décisif. Le fils

de Marchand de Sable s'impose sûrement. Madiba (3e) se montre courageux mais ne

peut endiguer l'assaut final d'At Least (2e) le long de la grille du pesage.

Benrish, conclut au 4e rang. Prince Palois et Today's Day terminent à nette

distance.