Rubi ball, cette fois sans long run

Autres informations / 29.11.2009

Rubi ball, cette fois sans long run

AUTEUIL, Dimanche – Prix

Morgex (Gr3)

Tout au long de la saison,

les affrontements entre les deux meilleurs 4ans français Long Run (Cadoudal) et

Rubi Ball (Network) ont passionné Auteuil. Trois fois, ces deux champions se

sont rencontrés en 2009, Long Run l’emportant deux fois et Rubi Ball une fois.

Dimanche, le public n’aura pas l’occasion de voir un quatrième match entre les

deux chevaux, puisque Long Run, lauréat du Prix Maurice Gillois (Gr1), ne sera

pas de la partie. La voie du Prix Morgex (Gr3) est donc dégagée pour Rubi Ball,

le meilleur du lot intrinsèquement et qui touche là l’occasion de remporter le

troisième Groupe de sa carrière.

 

Les AQPS en haut de l’affiche

Toujours plus précoces, les

AQPS sont représentés par Rubi Ball, élevé en Saône-et-Loire par Jean-Louis

Berger, mais également par deux autres 4ans de qualité, à savoir Rhialco (Dom

Alco) et Royale François (Kapgarde).

 

Prix Morgex (Gr3)

Rhialco a seulement débuté

cette année, mais il a rapidement montré des moyens. Après des débuts

victorieux à Moulins, il s’est imposé d’emblée et par deux fois à Auteuil face

aux seuls AQPS. Il possède une réelle marge de progression et vient de défaire

les purs dans le Prix Triquerville (L) dont Mail de Bièvre (Cadoudal) qu’il va

retrouver ici

ce qui lui ouvre la porte des

courses de Groupes. D’ailleurs, son entraîneur, Emmanuel Clayeux, avait même

failli courir avec lui le "Maurice Gillois". Royal François a pour sa

part déjà gagné son Groupe, à l’occasion du Prix lL Périchole (Gr3).

Un succès un peu chanceux,

puisque Cokydal (Cadoudal) avait dérobé avant le poteau, le passant en tête,

mais du mauvais côté…Il n’en demeure pas moins que Royale François est un

cheval de qualité, plutôt grand, qui n’a certainement pas encore dévoilé tous

ses moyens. Capable de fins de courses très tranchantes, il faudra encore

compter sur lui pour jouer un premier rôle.

 

QUI ÉTAIT MORGEX ?

Morgex est issu de Prince Taj

& Ponteba, par Un Gaillard. Il est né en 1964.

Il a remporté, pour

l'entraînement de Jean Sens, le Grand Steeple-Chase de Paris 1972, et le Prix

Georges Courtois 1971. Il avait aussi remporté pour l'entraînement d'André

Adèle le Prix Ferdinand Dufaure 1968.

 

Prix Morgex (Gr3)

Misérable en recherche de son

glorieux passé pas si lointain

L’an dernier, Misérable

(Discover d’Auteuil) avait créé la sensation en remportant le Prix Congress

(Gr2). L’année 2009 ne l’a vu confirmer que de manière partielle, malgré deux

accessits dans des Groupes. Tombé dans le Prix Orcada (Gr3), on attend de lui

qu’il rassure.

 

 

VERBATIMS

Jacques Ortet, entraîneur de

Rubi Ball, le 8 novembre :

« Il est battu par meilleur.

Une fois de plus, il a bien sauté. Il est sur la brèche depuis le début d’année

et pour courir comme il l’a fait, il faut être très bon. Suivant sa

récupération, il est possible qu’il coure le Prix Morgex. Il devrait également

participer au meeting palois. »

Dominique Bressou, entraîneur

de Royale François, le 21 juin : « C’est un cheval qui a beaucoup de physique

et qui a mis du temps à se souder. Il va encore progresser. Je suis content

pour Royale François. Il est très bon, pas encore du niveau des meilleurs, mais

c’est un très bon cheval. Il a toujours été derrière les meilleurs et, en leur

absence, c’est normal qu’il se retrouve à cette place. »

Emmanuel Clayeux, entraîneur

de Rhialco, le 30 octobre : « Il pourrait aller sur le Prix Maurice Gillois

(Gr1). Selon moi, c’est un classique. »

Jacques Ricou, jockey de Rhialco,

le 30 octobre :

« C’est un poulain qui

possède de l’avenir. Son entraîneur m’avait dit de le laisser aller à sa main

et il n’a pas été plus allant que cela. En face, j’ai demandé à Boris

(Chameraud, partenaire de Mail de Bièvre, ndlr) s’il avait du gaz, il m’a dit

"oui". Moi je ne lui ai rien dit [rires]. J’ai eu peur en arrivant

sur la double barrière car nous sommes arrivés vraiment très vite. C’est un

poulain d’avenir qui a du talent. Il va prendre de la maturité et devrait

devenir un vrai cheval d’Auteuil. » Jehan Bertran de Balanda, entraîneur de Mail

de Bièvre, le 30 octobre : « C’est un peu une victoire. Il commence à

comprendre ce qu’on lui demande. C’est une bonne leçon puisqu’il dose

maintenant son effort. Il a gagné un bumper (Mail de Bièvre a commencé sa

carrière en Angleterre, ndlr) en débutant et a continué à courir en plat, ce

qui l’a tendu. Je l’ai couru en steeple pour qu’il apprenne à respirer. Le Prix

Morgex est une possibilité. »