Star conti : mieux que son frère !

Autres informations / 03.11.2009

Star conti : mieux que son frère !

Il y a douze mois, Roméo

Conti (Goldneyev) prenait la deuxième place du Prix de l’Avenir (A) derrière

l’ogre Ronaldo des Mottes (Rifapour). Cette année, son frère a fait mieux en

l’emportant purement et simplement. Ce frère, c’est Star Conti (Smadoun). Les

deux frères ont ceci de commun : avant de tenter leur chance dans le Prix de

l’Avenir, ils avaient déjà couru – et gagné – en obstacle : Roméo à Auteuil et

Star à Vichy et Marseille-Borély.

Dans une épreuve disputée bon

train sous l’impulsion de Starsky des Mottes (Useful), Star Conti a fait jouer

son expérience et sa dureté, développées en obstacle et à l’école “Macaire”.

Il a laissé So Young

(Lavirco) à deux longueurs. Venaient ensuite le courageux Strasky des Mottes et

l’étonnant Sous les Cieux (Robin des Champs) [Lire « Sous les Cieux signe un

exploit »]. A notre sens, Star Conti s’est montré ici, sur un terrain bien assoupli

mais pas pénible, plus endurci que ses adversaires.

 

Le Prix de l’Avenir : aussi

un terrain de jeu de Guillaume Macaire

Guillaume Macaire,

spécialiste ès AQPS en obstacle, sait aussi faire briller certains de ses

pensionnaires de la sorte en plat. Déjà au palmarès avec Azertyuiop (Baby Turk)

en 2000 et Hautclan (Chef de Clan) en 2002, l’entraîneur de Royan aime passer

par cette étape nantaise sans en faire un objectif en soi.

Xavier Papot nous a appris

sur le représentant de la casaque familiale après l’épreuve : « Star Conti a

bien fait. Le terrain l’a sans doute aidé mais cela n’a pas été un facteur

déterminant car il n’était pas vraiment lourd. Guillaume (Macaire, ndlr) était

confiant avant l’épreuve : à sa dernière sortie en

plat (5e du Prix Isopani aux

Sables-d’Olonne en août), le

cheval n’avait pas fait sa

valeur. Il n’était alors sans doute pas assez prêt. Nous avons couru ici car

nous étions un peu en “panne d’engagement”. Maintenant nous avons deux options.

Celle que nous préférons d’abord : celle d’Auteuil. Il faut que le cheval se

montre alors suffisamment mature à l’entraînement et qu’il ait l’engagement

adapté. L’autre option est évidemment le Prix Jacques de Vienne. Mais ce n’est

qu’un second choix car nous préférons, de beaucoup, des performances en

obstacle à Auteuil à celles en plat. »

 

Sous les Cieux signe un

exploit

Au moment de l’ouverture de

stalles de départ, Sous les Cieux était cabré. Son jockey, Alex Roussel, a

alors sollicité le starter pour reprendre le départ. Sans retour positif.

Simultanément le poulain sort de sa boîte, avec un temps de retard évidemment

conséquent. A combien était-il à ce moment ? Vingt longueurs. Vingt-cinq diront

certains observateurs. Il n’empêche, le 3ans élevé dans la Nièvre est revenu

conclure quatrième à une demi-longueur de Starsky des Mottes.

 

La famille de Vénus de

Mirande

Sans parler de famille AQPS

majeure, celle de Star Conti contient quelques performers de grande qualité.

Son frère Roméo Conti (Goldneyev) est plusieurs fois lauréat à Auteuil, y

compris dans le Prix Finot (L). Parmi les premiers produits de Dona Mirande

(Pebble), certains avaient montré un peu de moyens mais aussi de la fragilité

comme Orsini Conti (Limnos).

La deuxième mère, Emirande,

(Tanvar) est une poulinière qui a fait les beaux jours de l’élevage du regretté

JeanClaude Evain. Elle est à l’origine de Quarte d’Or (Pot d’Or), titulaire de

seize victoires en obstacle, et surtout de Vénus de Mirande (Carmont), sept

victoires au compteur et une deuxième place dans le Grand Steeple-chase de

Paris (Gr1). Au haras, Vénus de Mirande a donné Jet Royal (Garde Royale), un

lauréat à Auteuil.