Sur un petit air de revanche

Autres informations / 03.11.2009

Sur un petit air de revanche

MAISONS-LAFFITTE, Mardi

Prix Saint Crespin (D)

Six partants au départ du

Prix Saint Crespin (D, 1.400m), épreuve pour 2ans remportée l’an passé par

Théoricienne (Kendor), sixième par la suite du Critérium de Vitesse à Longchamp

(L). Le programme de l’an dernier était différent et le Prix de Saint Crespin

était alors placé plus tôt dans le calendrier.

Parmi les six mâles en lice –

l’Allemand Otou (Big Shuffle), pourtant supplémenté, est non-partant – deux ont

déjà connu le succès. Dans ce décryptage général, il faut aussi souligner la

présence de l’Italien Orife (Marchand de Sable), présenté par Guiseppe Botti.

Mais plus globalement, ce Prix Saint Crespin se présente comme une revanche du

Prix Kantar qui délègue ses quatre premiers.

 

Un pedigree allemand rattaché

à Monsun

Seul cheval du lot à avoir

pris part à une Listed, Madiba (Bertolini) effectue une petite rentrée. En

effet, il n’a plus été revu depuis sa quatrième place du Critérium du Fonds

Européen pour l’Élevage (L) cet été à Deauville, épreuve remportée par une

certaine Ruler of my Heart (Green Tune), décevante huitième du Prix d’Aumale

(Gr3) depuis.

Lauréat du Prix de Cusset

pour sa seconde sortie, Madiba avait battu Tagar Béré (High Yield), bon

troisième du Critérium de Lyon (L) en septembre. Sa mère Moonlight Melody (Law

Society) a déjà donné Moon Rock (Anabaa Blue) qui a terminé sa carrière au

niveau des handicaps. Mais le trait le plus remarquable de ce pedigree est

celui qui relie Madiba au champion étalon Monsun (Königsstühl). Le lien est

direct puisque Mosella (Surumu), la troisième mère de Madiba, est la mère de

Monsun.

Un frère d’Equiano, un neveu

de Belle et Célèbre At Least (Miesque’s Son), pour l’entraînement de Robert

Collet, a pris une quatrième place pour ses débuts à Maisons-Laffitte. Il a

fait mieux ensuite en concluant deuxième d’Orife, également en lice ce mardi.

Ce représentant de Guiseppe Botti est sur la montante et sa troisième sortie en

France n’arrive pas par hasard. Il possède aussi un atout caché aux yeux des

profanes : c’est le frère d’Equiano (Acclamation), un top-sprinter européen au palmarès

des King’s Stands Stakes (Gr1, 1.000m) 2008. Son petit frère semble d’ores et

déjà posséder moins de “speed“ en étant orienté sur 1.400m au mois de novembre de

ses 2ans. Ces origines ne doivent pas faire d’ombre à celles d’At Least. Cette

petite-fille de la poulinière “miracle” du Haras de la Reboursière et de

Montaigu, Rotina (Crystal Glitters), se trouve ainsi apparentée à une fratrie

d’exception avec Valentino (Valanour), Whortleberry (Starborough), Ysoldina

(Kendor), Appel au Maître (Starborough), Belle et Célèbre (Peintre Célèbre –

Prix Saint-Alary, Gr1) et Causa Proxima (Kendor).

 

La ligne du Prix Kantar

Dans le Prix Kantar, Orife et

At Least précédaient Benrish (Refuse to Bend), troisième, et Prince Palois

(Anabaa Blue), quatrième. Élevé par le Haras d’Etreham, Prince Palois est un

poulain bien né. Sa mère Saïga (Baryshnikov) est double placée de Listed et sa

seconde mère Shining Molly (Shining Steel), s’était montrée très précoce,

obtenant notamment la deuxième place du Prix Robert Papin (Gr2).

Un peu à l’écart de tous ces

liens qui unissent les concurrents entre eux, Today’s Day (Country Reel) ne

revendique à ce jour qu’une septième place dans une course G à Lyon-Parilly.