Sway ou l’œuvre de guy cherel

Autres informations / 07.11.2009

Sway ou l’œuvre de guy cherel

AUTEUIL, Samedi

Prix Bournosienne (Gr3)

Intégré au récent programme

spécifiquement dédié à la filière des femelles, le Prix Bournosienne (Gr3) a

été créé en 2001 avec le statut de Listed avant d’accéder au rang de Groupe 3

en 2004. La lauréate de cette première édition de Groupe avait pour nom King’s

Daughter (King’s Theatre), quatrième par la suite du Prix Renaud du Vivier

(Gr1). L’an dernier, Stravinsky Dance (Stravinsky) a laissé son nom au palmarès

sans pouvoir totalement confirmer cette année.

La vedette de l’édition qui

nous intéresse est Sway (Califet). Longtemps invaincue, Sway n’a connu qu’une

seule fois la défaite, pour sa rentrée automnale, en prenant la quatrième place

du Prix de Chambly (L).

 

Sway ou l’œuvre de Guy Cherel

La protégée de Guy Cherel,

dorénavant propriété du magnat irlandais de l’obstacle, John-Patrick McManus,

présente donc un palmarès presque sans tâche. Elle a repris sa place de leader

depuis, grâce à sa victoire dans le Prix Magne (L). Elle a alors pris

l’ascendant sur la plupart de ses adversaires du jour comme Nikoline (Martaline

/ 2e), Formerly (Poliglote/ 3e), Arrêt Station (Johann Quatz / 4e) et Queen

Maresca (Maresca Sorrento / 5e). Toutes ces dauphines sont respectables et se

sont toutes imposées à Auteuil, à l’exception de Formerly, “simplement” placée.

Pour conclure sur Sway, il faut souligner qu’elle possède déjà à son actif

trois victoires au niveau Listed à Auteuil. Sway fait partie de la première

génération de Califet (Freedom Cry), une génération bénie incluant aussi le

très bon Temple Lord.

 

La Bombonera, une “bombe” qui

peut faire mal

La Bombonera (Mansonnien)

arrive invaincue sur les haies au départ de ce Prix Bournosienne. Elle est la

seule dans ce cas. Evidemment, elle n’a pas eu à livrer les batailles déjà

relevées de Sway mais sa courte trajectoire impose le respect. Lauréate du Prix

Finot (L) à ses débuts puis du Prix de Nantes, cette pouliche est parfaitement

mécanisée et se montre particulièrement précoce dans la discipline. À l’issue

de ses débuts, son entraîneur Dominique Bressou pressentait déjà la suite de

son programme et sa participation à cette épreuve. Après l’avoir comparée à

Tatenen (Lost World), un 3ans avec lequel il a remporté le Prix Georges de

Talhouët-Roy (Gr2) en 2007, il expliquait : « Il n’y a pas de comparaison

possible entre eux [Tatenen et La Bombonera, ndlr]. La pouliche n’est pas aussi

douée, mais elle ne me surprend pas tellement pour autant aujourd’hui. Elle va

suivre la filière des pouliches. Je ne veux pas qu’elle affronte les mâles tout

de suite. Elle peut gagner un Groupe 3. » Le jour du Groupe 3 est arrivé…

À chacune de ses deux

victoires, La Bombonera a précédé la même vassale, en l’occurrence Sacral

Nirvana (Mansonnien). La signature de Mansonnien apporte évidemment des

garanties quant à l’efficacité des deux pouliches précitées en terrain collant,

voire plus.

Deux fois dominée par Sway,

Zandalee (Trempolino) a tenté sa chance face aux mâles dans le Prix Georges de

Talhouët-Roy (Gr2). Ses retrouvailles avec ses seules contemporaines lui

ouvrent des perspectives de moindre concurrence.