? jdg awards ?

Autres informations / 18.12.2009

? jdg awards ?

ÉVÉNEMENT INSTITUTIONNEL DE

L’ANNÉE

2e : L’AFFAIRE DAR RE MI AU

CENTRE DE LA CONTROVERSE

Le Prix Vermeille (Gr1) 2009

aura fait couler beaucoup d’encre. Dar Re Mi (Singspiel) passe le poteau en

tête et remporte un nouveau Gr1 au courage. Mais rapidement, une enquête est

déclenchée par les commissaires de France Galop. Ceux-ci accusent Dar Re Mi

d’avoir gêné l’allemande Soberania (Monsun), arrivée cinquième, nettement

derrière la pensionnaire de John Gosden. Après de longues minutes, Dar Re Mi

est rétrogradée à la cinquième place derrière Soberania. La doctrine française

a prévalu et le gêneur a été rétrogradé derrière le gêné. Mais cette décision a

été fortement contestée au moment du podium, qui a été copieusement sifflé,

aussi bien par les socioprofessionnels que par le public.

Cette affaire a eu un mérite

: celui d’ouvrir le débat sur la façon de

juger les arrivées. En

Angleterre par exemple, on protège le gagnant. En France, ce n’est pas le cas.

Comment interpréter le Code français ? Comment remédier à l’aspect antisportif

qui découle de ce même code ? Pourquoi le code ne respecte pas le même

raisonnement de présomption d’innocence que le Code civil ?

L’entourage de Dar Re Mi a

lui fait appel de la décision des commissaires français, mais il n’a pas obtenu

gain de cause. Revenue pour le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), Dar Re Mi

s’en est classée cinquième. Mais le débat ne s’est pas arrêté pour autant. Dans

une interview parue dans JDG le 9 octobre, Alain de Kermadec, président du

Conseil Juridictionnel de France Galop, nous a confié qu’une « juridiction

internationale devrait être créée pour juger les appels relatifs aux courses de

Groupe. » Réponse en 2010.

 

 

 

3e : LA RESTITUTION DE SA

LICENCE À YANN-MARIE PORZIER

Accusé d’infraction à la

législation concernant la détention et l’usage de substances vénéneuses,

d’escroquerie et de tentative d’escroquerie au PMU, l’entraîneur YannMarie

Porzier est suspendu le 21 juin 2005, après avoir été mis en examen le 16 juin

de cette même année. Pendant quatre ans et demi, la suspension de licence de

l’entraîneur est prolongée. Mais le 20 novembre 2009, France Galop décide de

rendre sa licence à Yann-Marie Porzier.

Alain de Kermadec a expliqué

à JDG les raisons de la restitution de sa licence à l’entraîneur : « Les

Commissaires de France Galop souhaitaient trouver une solution à la durée de la

suspension frappant M. Yann-Marie Porzier, tout en respectant les procédures

pénales en cours, et en veillant à la protection des parieurs. Ils ont donc mis

fin à cette suspension, tout en fixant des aménagements très stricts aux

conditions d’exercice de M. Yann-Marie Porzier pendant toute la durée de la

procédure pénale à son encontre. » En revanche, si l’entraîneur retrouve sa licence,

il est encadré par des conditions très restrictives pour exercer son métier.

2010 devrait donc marquer son

retour sur les hippodromes, dans la colonne des entraîneurs.

 

ÉGALEMENT CITÉS : Les bons

résultats des ventes de yearlings d’Arqana en août, l’augmentation des

allocations malgré la crise, JDG le meilleur du galop (réalisé sans trucage !),

la P.S.F. de Chantilly, la politique de Philippe Bouchara, les 10 ans d’Equidia

et la possibilité de créer une association de propriétaires à dix associés…