Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

La féminisation de l’équitation contribuerait à changer le statut du cheval

Autres informations / 17.12.2009

La féminisation de l’équitation contribuerait à changer le statut du cheval

Le débat actuel sur la T.V.A

oppose ceux qui veulent chan ger le statut du cheval en animal de compagnie (au

quel cas la T.V.A. augmenterait) à ceux soucieux de conserver son statut

d’animal de consommation. Le quotidien Le Monde a publié mercredi un article

tout à fait atypique voire un peu décalé sur le cheval et l’équitation en

France duquel découle l’idée selon laquelle la féminisation de la pratique

contribuerait à faire du cheval un animal de com pagnie. C’est en tous cas ce

qui est ressorti de l’enquête menée par la journaliste Rafaële Rivais. En

conclusion, notre consœur écrit que « la féminisation de l’équitation, qui

n’aurait rien de féministe, contribuerait à modifier le statut du cheval, dont

certains élus veulent désormais faire un animal de compagnie ». Pour cela, elle

s’appuie sur plu sieurs témoignages de professionnels du secteur dont Catherine

Tourre-Malen, instructrice d’équitation et maître de conférences à l’université

Paris-XII. Cette dernière explique que les petites et grandes filles pratiquent

l’équi tation comme elles jouent à la poupée : « Aux petites filles, on apprend

à soigner le cheval (…) sur un mode affectif, tandis qu’aux garçons, qui sont

de plus en plus rares, on enseigne les jeux, qui font référence à l’exploit ou

à la che valerie ». Face à cette tendance impliquant une nouvelle pratique de

l’équitation, Jean-Pierre Digard, Directeur de recherche au C.N.R.S., conclut :

« L’important, pour le che val, ce n’est pas son bien-être, ce sont ses

débouchés... y compris l’hippophagie, alors mangez du cheval ! ».