Vision d’état, le meilleur ambassadeur français

Autres informations / 12.12.2009

Vision d’état, le meilleur ambassadeur français

The Cathay Pacific Hong Kong Cup (Gr1)

La plus belle épreuve de

dimanche, le Hong Kong Cup (Gr1), a rarement été gagnée par un Français.

Seulement deux ont réussi cet exploit, Jim and Tonic (Double Bed) en 1999 et

Pride (Peintre Célèbre) en 2006. Mais cette année pourrait bien être celle du troisième

sacre français dans ce Gr1. En effet, Vision d’État (Chichicastenango) offre

beaucoup de garanties au départ. De plus, il possède le rating le plus élevé de

l’épreuve. Mais il n’est pas le favori des "books", ceux-ci lui

préférant Collection (Peintre Célèbre) et Presvis (Sakhee).

 

Vision d’État retrouve sa

distance

En 2009, l’entourage de

Vision d’État avait fait du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) son objectif

de l’année. Mais le cheval y terminait dixième et Éric Libaud, son entraîneur,

estimait que 2.400m n’était sans doute pas la meilleure distance de Vision

d’État, celle-ci se situant plutôt aux alentours de 2.000m. D’ailleurs, les

trois Grs1 remportés par Vision d’État ("Jockey Club", "Ganay

"et Prince of Wales’s Stakes) se courent sur 2.000m ou 2.100m. Il sera

donc sur sa meilleure distance dimanche et on peut attendre une grande

performance de sa part, face à une opposition à sa portée.

 

Starlish revient dans les

Grs1

Depuis le "Jockey

Club" 2008 (où il terminait à 18 longueurs de Vision d’État), Starlish

(Rock of Gibraltar) n’a plus été revu au niveau Gr1. Il revient dans cette

catégorie au top de sa forme, puisqu’il

vient de remporter le Prix

André Baboin (Gr3), à Lyon, devant Gris de Gris (Slickly). Comme à son

habitude, Starlish sera monté par Anthony Crastus, spécialement venu du Japon

pour lui.

 

Ashalanda, cinq ans après

Alexander Goldrun Alexander Goldrun (Gold Away) est la seule femelle de 3ans à

avoir remporté le Hong Kong Cup à cet âge. C’est dire si la tâche qui attend

Ashalanda (Linamix) n’est pas simple. Mais la pensionnaire d’Alain de Royer

Dupré nous a habitués à des surprises, comme lors du Prix de Malleret (Gr2)

qu’elle a remporté alors qu’elle était destinée à jouer le rôle de leader.

Depuis, Ashalanda a pris du galon, remportant les Pride Stakes (Gr2) sur

l’exigeante ligne droite de Newmarket. C’est donc dans une position de

challenger qu’Ashalanda se présente au départ de son premier Gr1, où elle a

parfaitement le droit de jouer un bon rôle à l’arrivée.

 

Un rang à tenir pour

Collection

Lauréat du Derby local (Gr1),

Collection sera le favori des locaux dimanche. Il est invaincu sur les 2.000m

de Sha Tin (en deux sorties) et vient de s’imposer dans la préparatoire, le Cup

Trial (Gr2), par deux longueurs. D’origine européenne (il a été vendu par le

Mézeray aux ventes Arqana), Collection a réussi sa reconversion à Hongkong, où

il disputera son premier Gr1 face aux étrangers.

 

 

Presvis le régulier

Depuis cet hiver, Presvis a

franchi un cap. Il a pleinement éclaté à Dubaï, où il a pris la deuxième place

du Dubai Duty Free (Gr1). Depuis, il a couru dans deux Grs1 internationaux,

remportant le Queen Elisabeth II Cup et terminant deuxième du Singapore Airline

International. Presvis présente le profil type pour des courses comme le Hong

Kong Cup et il représente un adversaire très dangereux pour Vision d’État.

 

Eagle Mountain,

l’interrogation

Tenant du titre, Eagle

Mountain (Rock of Gibraltar) a connu une longue interruption de carrière cette

année à cause d’une blessure à un suspenseur. Il a fait sa rentrée le 22

novembre seulement, terminant lointain neuvième du Mile Trial (Gr2). Mais son

entraîneur, Mike de Kock, n’a pas son pareil pour préparer les grandes joutes

internationales et il faudra compter avec son pensionnaire.

 

 

 

VERBATIMS

Éric Libaud, entraîneur de

Vision d’État : « Le cheval paraît vraiment bien. J’ai aimé son canter sur la

piste tous temps vendredi matin. Il a galopé avec un port de tête assez haut,

simplement parce qu’il regarde ce qu’il se passe autour de lui. Il est très

curieux. »

Luca Cumani, entraîneur de

Presvis : « La stalle 9 n’est pas vraiment un problème pour lui. Il est dans le

même état de forme que dans le Queen Elisabeth II Cup. »

Darreen Beadman, jockey de

Collection : « La stalle 10 ne nous avantage vraiment pas, mais on ne peut rien

y faire. J’espère pouvoir le monter à mi-peloton. »

Élie Lellouche, entraîneur de

Starlish : « Il a bien travaillé vendredi matin sur le turf avec Anthony

Crastus. Il avait une très bonne action et le terrain est parfait pour lui. J’espère

que la course se passera bien, car Starlish n’a pas toujours eu de la chance

cette saison. »