Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Foot : un énorme scandale qui fait réfléchir à la veille de l’ouverture...

Autres informations / 07.01.2010

Foot : un énorme scandale qui fait réfléchir à la veille de l’ouverture...

AU CŒUR DE L’ACTU     

Bizarrement, les principaux médias français ont peu repris

et commenté les révélations parues la semaine dernière dans l’hebdomadaire

allemand Der Spiegel. Heureusement, le quotidien Les Echos, par la plume de son

journaliste Julien Pompey, a livré en début de semaine un résumé du scandale

qui est en passe de bouleverser tout le football européen. Et, par voie de

conséquence, le monde des paris sportifs et hippiques.

Des matches de football auraient été arrangés en Espagne.

Selon notre confrère,« la liste des matches ne cesse de s’allonger et le

scandale n’est pas près de s’arrêter. Pas un jour ne se passe sans qu’il n’y

ait de nouvelles révélations sur le scandale international lié aux matches

manipulés et truqués. La dernière en date concerne l’Espagne et la Liga,

considérée comme l’un des meilleurs championnats  du monde. La fédération espagnole (R.F.E.F.)

vient d’ouvrir une procédure disciplinaire contre deux clubs de Deuxième

division, Las Palmas et le club madrilène du Rayo Vallecano, et sept joueurs

professionnels sont suspectés d’avoir truqué des matches. Mais, selon “Marca”,

le scandale des paris truqués – ou Apuestagate comme l’appellent les Espagnols

– impliquerait plus de 300 joueurs évoluant dans le championnat espagnol. D’après

le quotidien, la police ibérique suivrait plusieurs pistes, notamment en

Première division.”

Tout est parti d’Allemagne la semaine dernière, « avec le démantèlement

par la police allemande d’un vaste réseau, soupçonné d’avoir “arrosé” des

joueurs, des entraîneurs, et même des arbitres. Le parquet de la ville de

Bochum, qui a sorti l’affaire, avait alors annoncé le chiffre de 200 rencontres

manipulées. Ce qui en faisait déjà “le plus gros scandale qu’il y ait jamais eu

dans le football européen”, avait reconnu Peter Limacher, spécialiste de la

lutte contre les matches truqués à la Fédération  européenne 

de football (UEFA). Mais lundi, la chaîne de télévision allemande a cité

un témoin d’origine serbe, assurant que plus de 60 rencontres étaient concernées

outre-Rhin, soit le double des cas évoqués jusqu’à présent. Le témoin a même

précisé qu’un club de Deuxième division avait été relégué en 2007 à cause des

trucages. »

L’enquête révèle un vaste réseau international, qui conduit

aux opérateurs de paris off shore, situés à Gibraltar, Malte ou même en Chine.

« Pas moins de 17 pays seraient concernés par ce vaste

scandale, estime l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, précisant que le tennis

et le basket auraient également été pris pour cible. La justice allemande

s’intéresse en effet à une rencontre de double féminin lors du tournoi de

tennis de Fes (Maroc) et à un match de play-off du championnat allemand de

basket. Dans le foot, trois matches de Ligue des Champions et douze d’Europa

League (ex-Coupe d’UEFA) sont concernés. Surtout, la mafia des paris sportifs

truqués aurait tenté de manipuler le match de qualification pour la Coupe du

Monde 2010 entre la Bosnie et la Turquie, le 9 septembre dernier, toujours

selon Der Spiegel. Cette rencontre, extrêmement importante pour la place de

barragiste, s’est terminée sur le score de 1-1. Selon l’hebdomadaire allemand,

l’entraîneur de la Bosnie, Miroslav Blazevic, se serait vu proposer 500.000

euros... mais il aurait refusé… »        

 

FOOT : UN ÉNORME SCANDALE…

L’enquête révèle un vaste réseau international, qui conduit

aux opérateurs de paris off shore, situés à Gibraltar, Malte ou même en Chine :

« Les pots-de-vin concernent en effet des rencontres de tous les échelons, de

la Première division suisse ou croate à des matches de Ligue régionale, de la

Deuxième division allemande à des rencontres entre équipes juniors. De la

Slovénie à la Grèce, en passant par la Belgique, l’Autriche ou la Hongrie – où

le président de la Fédération était au courant des tricheries organisées par la

mafia –, des investigations sont en cours. L’enquête, qui a commencé au début

de l’année, a conduit à une cinquantaine de perquisitions en Allemagne, en

Suisse, en Autriche et au Royaume-Uni. Selon les enquêteurs, ces opérations de

corruption auraient engendré des gains qui s’élèvent à plusieurs dizaines de

millions d’euros. Les mises ont été essentiellement placées chez les bookmakers

et des sociétés en ligne asiatiques. Mais les dirigeants présumés du réseau se

trouvent en Allemagne. »

Notre confrère Les Echos insiste sur les difficultés d’y

voir clair, du fait de la taille et de la dispersion des réseaux impliqués : «

L’enquête est rendue extrêmement difficile par les liens présumés avec la mafia

des paris en Chine, où est établie une multitude d’officines clandestines qui

brassent d’importantes sommes d’argent. Les paris sportifs sont extrêmement

populaires en Chine, où le chiffre d’affaires de ce marché est estimé à une

fourchette comprise entre 25 et 100 milliards d’euros ! Plus de 90% de ces paris

sportifs portent sur le football, en particulier les matches des ligues

européennes, sur lesquelles toutes sortes de paris sont possibles. La plupart

de ces paris sont illégaux, les mises se faisant dans la rue, par Internet

voire par SMS, dans un interminable jeu du chat et de la souris entre parieurs

et autorités. »

À quelques mois de l’ouverture du marché français des jeux

en ligne, cette incroyable (mais prévisible) révélation vient souligner les

risques de dérives propres à des paris en ligne non régulés.

À quelques mois de l’ouverture du marché français des jeux

en ligne, cette incroyable (mais prévisible) révélation vient souligner les

risques de dérives propres à des paris en ligne non régulés, et donc abandonnés

aux appétits des nouveaux entrants, peu scrupuleux et enclins à rapidement

s’enrichir par tous les moyens.

Voici en tout cas un scandale européen qui est de nature à

freiner l’optimisme un peu angélique des autorités européennes de la

Commission, lesquelles ont poussé à cette ouverture des paris en ligne à

l’échelle européenne. Le monde hippique apparaît comme un sport de grande vertu

en regard de ce qui est arrivé dans le football si l’on en croit les policiers

allemands et espagnols. Mais qu’en serat-il quand d’énormes intérêts liés au bookmaking

international auront pénétré le monde hippique européen ? À notre petit niveau,

nous ne pouvons espérer qu’une chose : que le conseiller d’Eric Woerth chargé

de la presse ait transmis l’article des “Echos” à son ministre, et que ceux qui

sont en charge d’instaurer les instances de régulation et de surveillance des

paris en France prennent conscience de leur responsabilité. Nous avons bien du

mal à imaginer un pari hippique qui, sous couvert de libéralisme mal digéré,

attire les convoitises et donc les dérives criminelles, comme le foot européen

l’illustre tristement aujourd’hui.