Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les courses en haute définition : une urgence absolue

Autres informations / 14.01.2010

Les courses en haute définition : une urgence absolue

JEUDI 14 JANVIER 2010

 

Il y a quatre ans, LéoVision et son patron Jean-Louis Burgat

ont organisé des shows de démonstration de ce qu’était la Haute Définition (HD)

en matière de télévision. Le but poursuivi était alors de convaincre les

décideurs de France Galop, ceux du Trot et ceux du PMU, de la nécessité de

prendre au plus vite le chemin de la HD qui s’annonçait comme une révolution

technique télévisuelle, particulièrement valorisante pour le sport. Les

responsables de LéoVision avaient même aménagé un grand studio dans leurs

locaux, pour mieux introduire les patrons des courses à la nouvelle image que

délivrerait la HD.

Plusieurs dirigeants des courses furent alors convaincus par

cette “nouvelle image”, particulièrement Éric Brion qui dirige Equidia, ainsi

que Louis Romanet et Thierry Delègue, de France Galop. Mais les coûts

d’installation et de câblage, de renouvellement de certains matériels

imprudemment commandés, en faisaient un investissement important. Jean-Louis

Burgat n’a pu notamment emporter la conviction d’Édouard de Rothschild qui a

préféré que les autres sports essuient les plâtres : le Galop a donc été décidé

d’attendre, et de reporter à plus tard le passage à la HD.

Depuis, chacun a pu se rendre compte de la progression

fulgurante de la HD. Il ne se vend plus un téléviseur qui ne soit pas

compatible (“Full HD”). Toute la France, et l’Europe, ont adopté cette norme

technique qui a transformé la retransmission des événements sportifs. En effet,

à l’exception des courses, tous les sports sont désormais en HD, et ils offrent

une qualité qui rehausse l’intérêt de l’image sportive, avec un bien meilleur

piqué qui permet de discerner clairement les actions, et de remarquer des

détails, invisibles jusqu’alors. La musculature d’un athlète, le jaillissement

d’un footballeur, le coup de pédale d’un cycliste, le choc entre deux rugbymen

: tous ces moments sportifs deviennent, grâce la HD, un formidable spectacle

télévisuel, la taille actuelle des écrans accentuant la qualité nouvelle de

toutes ces images.          

 

LES COURSES EN HAUTE DÉFINITION…

Alors que l’arrivée disputée d’une course, que la sublime

beauté plastique du cheval, que la tension athlétique de la lutte des jockeys,

sont par elles-mêmes des images brutes qui font de la compétition hippique un

des plus beaux spectacles potentiels de la télévision, les courses françaises

ignorent aujourd’hui la HD, éludant la nécessité impérieuse de passer à cette

technologie qui captive le téléspectateur ! Faute d’avoir décidé de prendre le

bon virage, les dirigeants français continuent de temporiser, comme  si  les  courses n’entraient pas en concurrence avec

les autres sports, dans le cadre de l’ouverture prochaine des paris en ligne.

 

Nous avons eu la démonstration de l’inertie en cette matière

quand en 2009, le débat sur la HD a été annihilé par les chiffres invoqués par

la Direction financière de France Galop. Il a seulement été décidé de passer au

16/9e. Comme si le 16/9e était le marchepied vers la télévision en relief.

Cette démarche décalée de la société-mère a été surprenante pour les

observateurs avisés de ce secteur, comme Jean-Louis Burgat, dont nous

publierons dès demain l’interview. Car le futur relief requiert une image HD,

et non le format 16/9e !

 

Il y a quatre ans, Equidia et le PMU étaient très favorables

à la HD. Il faut la relancer ! Car il serait risqué de tergiverser au nom d’une

prudence budgétaire…

 

Les clients potentiels du PMU vont pouvoir choisir entre

parier sur le foot, sur le tennis, sur le Tour de France, sur le rugby et sur

d’autres sports tentants, qui font des efforts soutenus pour proposer des

images spectaculaires de plus en plus attirantes, d’une qualité remarquable. Et

face à ce déferlement, il faut se soucier de cette question. Aujourd’hui, seul

Vincennes a commencé à faire évoluer son matériel…

La qualité de l’image proposée aux clients est déterminante.

Et c’est précisément sur ce point que les courses peuvent vaincre les

paris-loteries, qui ont peu d’images intéressantes de leur déroulement à

proposer. La seule grande force des courses, c’est l’image spectaculaire de

leur compétition.

 

Il est temps de tirer le signal d’alarme ! Il y a quatre

ans, Equidia et le PMU étaient très favorables à la HD. Il faut la relancer !

Car il serait risqué de tergiverser au nom d’une prudence budgétaire…

Il serait risqué d’attendre que l’image des courses devienne

anachronique et désuète. Les images de notre compétition constituent notre

vraie richesse. La HD leur confère une valeur ajoutée déterminante. Nous sommes

en 2010 : pensons à l’avenir des courses, dans le contexte désormais très

concurrentiel des paris sportifs. Encore une fois, il y a urgence !

Suite de notre dossier "HD" demain avec

l'interview choc de Jean-Louis Burgat.