Rubi ball, un grand parmi les grands

Autres informations / 21.01.2010

Rubi ball, un grand parmi les grands

LE MAGAZINE      

Dimanche, Rubi Ball (Network) sera la bête noire du Grand

Prix de Pau (Gr3). Le pensionnaire de Jacques Ortet, sur la brèche depuis le

meeting palois 2008/2009, s’annonce en effet comme le très grand favori de

l’épreuve. Et pour cause : il a remporté le Gras Savoye Prix Ferdinand Dufaure

(Gr1) et a pris la deuxième place du Prix Maurice Gillois (Gr1) derrière Long

Run (Cadoudal). Rubi Ball a l’a donc prouvé à 4ans, c’est un très bon cheval…

comme l’ont été un grand nombre de ses prédécesseurs lauréats du Grand Prix de

Pau.

Cette épreuve représente l’un des deux seuls Groupes

disputés en région aux côtés du Grand Prix de la Ville (Gr3, Cagnes-sur-Mer).

Et elle révèle souvent de grands chevaux capables de briller dans des courses

de Groupe parisiennes, mais aussi internationales. Au fil du palmarès des vingt

dernières années, on rencontre ainsi des champions dont le nom résonne encore

très clairement à nos oreilles.

Rubi Ball, un profil similaire aux plus beaux vainqueurs du

Grand Prix

Depuis 1989, deux pur-sang ont marqué l’histoire de Pau : El

Triunfo (Île de Bourbon) et Or Jack (Noir et Or). El Triunfo (gagnant en 1991),

un cheval polyvalent, a gagné au plus haut niveau sur les haies et sur le

steeple. Il a aussi enlevé seize des trente-cinq courses qu’il a disputées sur

les obstacles, et notamment le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Or Jack,

triple gagnant du Grand Prix palois (1996, 1997, 2000) était aussi un cheval

très maniable : en France, en Italie ou en province, il a toujours su s’adapter

aux circonstances, et au plus haut niveau. Il a gagné vingt et une des

quarante-trois courses auxquelles il a pris part. Ces profils rappellent celui

de Rubi Ball. Le cheval des “Papot” a su s’adapter aux particularités d’un

meeting comme à la butte Mortemart. Il voyage très bien et sait aussi courir de

façon rapprochée. Il était en piste toute l’année grâce à une force de

récupération incroyable. Rubi Ball s’adapte à tout.

 

Viva Italia !

Hormis Or Jack, que l’on a vu à Milan ou à Merano faire de

véritables démonstrations, des lauréats du Grand Prix de Pau ont couru en

Italie, et fort bien, dans les plus belles courses d’obstacle de la péninsule.

Vaquero (Air du Nord) a gagné deux Gr1 italiens en plus de sa razzia paloise en

1994. Line Saj (Dhaudevi), dix fois lauréate à Pau, gagnante du Grand Prix en

1995, a aussi prouvé sa classe dans la péninsule. La protégée de Jacques Ortet

a terminé troisième du Gran Premio di Merano (Gr1) en 1995. Elle a également

été une mère formidable en produisant Line Marine (Agent Bleu), gagnante du

Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) en 2003. Grey Jack (Bikala) a remporté le

Grand Prix de Pau en 1999, avant de prendre le premier accessit du Prix du

Président de la République (Gr3) et d’enlever le Gran Premio di Merano en 2000.