Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Alarm call en tête d’affiche

Autres informations / 05.02.2010

Alarm call en tête d’affiche

PARTANTS

PAU, Vendredi

123e Grande Course de Haies de Pau (L)

L’édition 2009 de la Grande Course de Haies de Pau (L) avait

fourni une grosse surprise avec le sacre de Licato (Goofalik). Cette année, bien

que nous ne soyons pas à l’abri d’une nouvelle prouesse du pensionnaire de

Robert Collet, la participation d’Alarm Call (Solar One) fait l’unanimité. Ces

deux chevaux vont d’ailleurs tenter un doublé historique dans cette épreuve,

puisque le protégé de Jacques Ortet a remporté cette épreuve en 2008. Cette

Listed aux allures de Groupe possède un palmarès dont Alarm Call est sans doute

le meilleur élément de ces dix dernières années. Habile en haies et en

steeple-chase, il a remporté de nombreuses épreuves semi-classiques dont le

Grand Steeple-Chase d’Enghien (Gr2), le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3)

et la Grande Course de Haies de Printemps (Gr3). Paul Nataf, le manager de

l’écurie de Naji Pharaon, déclarait en début de meeting : « Le cheval a fait le

plein en steeple en 2009 et il trouve désormais en haies des tâches plus

faciles, avec moins de poids à porter. De plus, le courir en haies va aider à

lui redonner de la vitesse. » En effet, les conditions de course lui permettent

de faire partie des plus petits poids de l’épreuve. Il a notamment un avantage

de quatre kilos sur Worldbest (Muhtathir) et deux kilos sur Pistol Jack (Maille

Pistol).

« Il faudra qu’ils aillent vite pour battre Alarm Call »

s’exclamait son mentor après son dernier succès. La confiance est donc de mise,

y compris pour son jockey, Christophe Pieux, qui déclarait « Le cheval avait

besoin de courir. Il est maintenant prêt et je suis très confiant pour la

Grande Course de Haies. »

 

Pistol Jack a soif de victoire

Philippe Peltier est bien armé lors de cette réunion paloise

et surtout avec les éléments de l’élevage Vuillard. Représentée par Line Salsa

(Kingsalsa) dans la Grande Course de Haies des 4 Ans (L), l’Écurie Océane l’est

dans  son  pendant

pour chevaux d’âge par Pistol Jack. Le hongre de 6ans s’est

construit son palmarès sur les balais depuis son arrivée chez Philippe Peltier

et entend bien prendre sa revanche sur Alarm Call qui l’a devancé lors de ses

deux dernières sorties paloises.

 

 

123e Grande Course de Haies de Pau (L)

 Worldbest porte le

poids de la course

 Le pensionnaire de

Claire Chenu, Worldbest, est, après Alarm Call, la meilleure valeur en haies.

Troisième du Grand Prix d’Automne (Gr1) et du “Renaud du Vivier” (Gr1) de

Questarabad (Astarabad), ce cheval de terrain lourd n’a toutefois plus gagné

depuis sa victoire dans le Prix Camille Duboscq (L) le 1er  février 

2008.  Avec soixante-douze kilos,

il sera le top-weight de l’épreuve, mais pour autant, sa candidature  est 

redoutable.

Worldbest n’a toutefois pas recouru en haies depuis sa

campagne automnale parisienne et reste sur une chute en steeple-chase à Pau

dans le Prix Jean Lanta.

 

Les autres participants

La casaque de Naji Pharaon est doublement représentée

puisque Latin Mood (Acatenango), le demi-frère d’Alarm Call, est aussi de la

partie. Moins expérimenté que son aîné, la tâche s’annonce difficile, d’autant

plus qu’il reste sur un échec à Pau dans le Prix Daniel Guestier. Bambi du Rheu

(Sunshack) est quant à lui un sérieux candidat. Seul 5ans avec le troisième

larron de Jacques Ortet, Tarakan (Trempolino), il vient de finir bon troisième

d’Alarm Call et Pistol Jack dans le Prix Albert de Taillac pour ses débuts au

Pont-Long. La surprise pourrait bien venir de ce protégé de l’entraînement

Audon, qui s’est classé quatrième du Prix Renaud du Vivier (Gr1) cet automne.

Etienne Leenders présente Loup de Mer (Law Society), un ancien stayer

reconverti à l’obstacle invaincu en deux tentatives sur les balais. Il a débuté

victorieusement cet hiver à Pau dans le Prix Abel Ramon Diago et a doublé la

mise un mois plus tard dans le Prix de la Navarre. Cette fois-ci, la marche à

gravir est beaucoup plus haute mais les surprises ont déjà souvent marqué cette

épreuve.

 

 

 

?