Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Assemblée générale de galop allier

Autres informations / 21.02.2010

Assemblée générale de galop allier

FRANCE      

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE

GALOP ALLIER

Vendredi soir, à Moulins, l’AG de l’Association Galop Allier

présidée par Bruno Vagne a fait le plein, car la quasi-totalité des 85

adhérents étaient là. Quantité et qualité : au cours de l’année écoulée, les

membres de Galop Allier ont élevé cinq gagnants individuels de Gr1. Un exploit

signé Questarabad et Rock Noir (SCEA des Terres Noires, Jean-François Colas),

Rendons Grâce (Haras de Saint-Voir, Nicolas de Lageneste), Rêve de Sivola

(Gilles Trapenard) et Punchestowns (Gérard Ferté). À cela s’ajoute la présence

de deux membres aux deux premières places du classement national des éleveurs

d’obstacle français en 2009. Nicolas et Pascaline de Lageneste (Saint-Voir) ont

gagné le Cheval d’Or, en explosant au passage le record de victoires (47) ; et

Jean- François Colas (Terres Noires) s’est classé 2e.

 

Côté étalonnage, le « Haras national » de Tréban fonctionne

très bien. L’an dernier, le prêt de Shaanmer Nivernais en fin de saison de

monte par les amis et voisins de la Nièvre a permis de servir trente juments

qui n’avaient pu être honorées par Sabrehill. Cette année, l’excellent Network

est logiquement plein, et Spécial Kaldoun devrait bien travailler aussi.

Bruno Vagne, président de Galop Allier, a ensuite donné

quelques chiffres. 603 juments de course sont référencées en Auvergne, dont une

légère majorité de trotteuses. La moyenne est de 3 juments par élevage.

Le 1er avril aura lieu une journée de formation gratuite sur

le double thème de l’alimentation des poulains et de la

gestion comptable des exploitations (calcul des coûts de revient et des seuils

de rentabilité). La journée aura lieu à Neuvy.

Le Concours d’élevage de Moulins, organisé en juillet, se

déroulera cette fois sur une journée complète. Le matin sera consacré aux

Poulinières et poulains ; l’après-midi aux 2ans mâles et femelles, avec la

participation des 2ans de Saône-et-Loire.

 

Les hippodromes de Galop situés dans le Centre-Est

enregistrent des évolutions, récapitulées par Michel Bourgneuf :

-           Châtillon-sur-Chalaronne

: une étude sur la piste d’obstacle est en cours, car elle pose des problèmes à

la belle saison.

-           Cluny :

c’est un très bel hippodrome, reconnu et apprécié par tous pour ses parcours

d’obstacle. Mais les difficultés financières persistent et il faudra voir si

les bonnes volontés suffisent.

-           Lyon-Parilly

: le steeple sera refait d’ici la fin 2010.

-           Lignières-en-Berry

: essaie de monter de catégorie, et pourra y arriver à condition d’avoir assez

de courses plates.

-           Moulins :

toutes les courses d’obstacle se termineront sur l’anneau intérieur et non

devant les tribunes. C’est la meilleure garantie de sécurité. Une nouvelle

course pour 3ans AQPS aura lieu le 13 août.

 

Michel de Gigou, président des AQPS jusqu’au 2 mars (après

18 ans de bons et loyaux services), a ensuite évoqué plusieurs sujets dont nous

avons déjà eu l’occasion de parler ici. Il a notamment rappelé que sur les

30.000€ attribués aux AQPS dans le cadre de l’augmentation de 1% des

allocations par France Galop, un tiers ira au Centre-Est avec la création d’une

nouvelle course à Lignières et le relèvement de l’allocation d’une course à

Moulins.

Michel de Gigou a aussi annoncé avoir lancé une réflexion

sur la construction d’un programme de sélection AQPS, avec des courses

réservées aux mâles et femelles, excluant donc les hongres, que ce soit en plat

ou en obstacle. La piste est intéressante car (ce n’est que notre avis...), la

race “AQ” aura besoin d’étalons pour se maintenir dans la durée.

 

En conclusion, Bernard Ferrand a détaillé les dernières

évolutions de l’ouverture du marché des paris puis a expliqué où en était le

dossier de la TVA. Cette question a passionné l’assistance, car il est vrai

que, même si les éleveurs sont souvent assujettis à la TVA, il n’en reste pas

moins qu’une hausse brutale de cette taxe serait un coup très dur porté à la

filière. Comme ils l’avaient fait pour l’ouverture du marché des paris, Bernard

Ferrand et les équipes du Syndicat des Eleveurs sont très en pointe sur la

défense de la TVA à taux réduit. Pour l’instant, le sujet n’est pas encore devant

la Cour de Justice des Communautés Européennes, comme cela était pourtant à

craindre. Le pire (une condamnation de la France) n’est donc pas certain...

Affaire à suivre.

Autre sujet abordé par Bernard Ferrand : le Syndicat des

Eleveurs a gagné 500 nouveaux membres en trois ans. Une augmentation

considérable notamment consécutive à l’intégration de deux nouvelles

associations, celle des Arabes et celle des Anglos. Là encore, cette initiative

a été saluée par l’assistance car, dans l’Allier, on sait particulièrement bien

l’intérêt de s’unir – cf. l’Union des AQPS du Centre-Est, dont le président

Jacques Loriot a également pris la parole vendredi soir.

 

En début de réunion, un hommage particulier avait été rendu

à deux membres prématurément disparus : Florence Charrier et Jean-Jacques

Augier.