Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

François-marie cottin : « louping d’ainay, princesse d’anjou et peldero pourraient courir le grand steeple de paris »

Autres informations / 18.02.2010

François-marie cottin : « louping d’ainay, princesse d’anjou et peldero pourraient courir le grand steeple de paris »

LE MAGAZINE      

 

François-Marie Cottin fait partie des cinq meilleurs

entraîneurs d’obstacle en France depuis ses débuts dans la profession en 2004.

À l’aube de la réouverture de l’hippodrome d’Auteuil, théâtre des succès de sa

championne Princesse d’Anjou (Nononito), l’occasion nous est donnée de prendre

la température au sein de son écurie. L’homme de Lamorlaye nous a donné des

nouvelles de ses champions qui devraient tous être revus en compétition cette

année.

 

Jour de Galop.– Les courses parisiennes ouvrent leur portes

début mars, comment se sont passés les meetings d’hiver ?

François-Marie Cottin.– Plutôt bien ! On a gagné quelques

courses à Pau avec des chevaux qui continuent de monter en condition. À

Cagnessur-Mer, cela s’est aussi très bien passé et la victoire de Pibrac

(Spadoun) dans la Grande Course de Haies (L) était la cerise sur le gâteau. Au

niveau des chiffres, on a fait des meetings corrects avec quelques victoires et

beaucoup de places. Le rendez-vous cagnois est assez court alors c’est assez

difficile pour les chevaux de bien récupérer, mais ils s’en sont globalement

bien sortis. À Pau, c’est le contraire. Ils ont le temps de souffler et font

toujours leur valeur. C’est dans la continuité des résultats de l’hiver dernier,

nous sommes satisfaits.

 

Quel sera le programme de Princesse d’Anjou et Louping

d’Ainay cette saison ?

Leur objectif est le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Ce

sont des chevaux qui n’ont pas trop le choix des engagements. Les deux sont

très bien, Princesse d’Anjou avait été contrariée à la fin de l’automne et ne

sera probablement pas prête pour la réouverture d’Auteuil. Louping d’Ainay

(Saint Preuil) aura peut-être des engagements plus faciles compte tenu du fait

qu’il n’a pas couru l’année dernière. On n’a pas encore étudié son programme,

mais une course comme le Prix William Head (L) n’est pas impossible.

 

On avait un temps annoncé que Princesse d’Anjou irait à la

saillie de Sinndar, ce n’est plus d’actualité ? Son actualité est à Auteuil,

mais il n’est pas exclu qu’elle parte à la saillie à la fin du printemps. Elle

a été tirée au sort pour une saillie de Martaline (Linamix), mais rien n’est

encore défini. Je le répète, aujourd’hui, son programme est tourné vers Auteuil

même si je n’aime pas trop faire des projets à long terme avec les chevaux de

course.     

 

Et Louping d’Ainay dans le Grand National de Liverpool ?

Cela n’est pas impossible. Il y est engagé et bénéficie d’un

poids favorable. C’est un cheval qui a le profil pour bien se comporter dans

une course comme le Grand National de Liverpool. Mais s’il s’engage début avril

à Aintree, ça ne sera pas sous les couleurs de M. Sénéchal. Le cheval a déjà

11ans, mais il a encore les moyens de bien faire, que ce soit en France ou en

Angleterre. Cette course est le rêve de tout propriétaire britannique,

maintenant il faut trouver un accord avec son propriétaire.

 

Pouvez-vous nous donner des nouvelles d’Oculi et Peldero ?

Peldero (Pelder) est en pleine forme et devrait réintégrer

l’écurie prochainement. Comme ses deux compagnons de couleurs, Louping d’Ainay

et Princesse d’Anjou, son programme devrait s’orienter vers le Grand Steeple.

On n’a pas trop le choix des engagements avec lui mais je vous rassure, il va

très bien. Oculi (Denham) a été très malchanceux l’an dernier et devrait

rentrer plus tardivement. Je suis allé le voir le week-end dernier, il va très

bien mais il faut encore être patient. Il va profiter de l’herbe du printemps

et pourrait ensuite revenir à Lamorlaye au début de l’été. De nombreux choix

s’offrent à lui et on prendra une décision en temps voulu avec ses

propriétaires.

 

« Oculi (Denham) a été très malchanceux l’an dernier et

devrait rentrer plus tardivement.

Je suis allé le voir  le week-end dernier, il va très bien mais il

faut encore être patient. »

 

France Galop recense 26 poulains et pouliches de 3ans dans

votre effectif, dont quelques belles origines d’obstacle, certains d’entre eux

vous ont-ils “tapé dans l’œil” ?

C’est vrai qu’au niveau des origines, l’effectif 2010 me

paraît beaucoup plus intéressant que l’année dernière. Les bons gènes sont au

rendez-vous, mais au niveau de la qualité intrinsèque, c’est encore difficile à

dire. Le froid et la neige nous ont empêché de travailler correctement. Mardi

matin, c’était encore impraticable. Je ne sais pas où ils en sont en province,

mais à Chantilly, nous sommes très en retard dans notre travail.

 

2009 a été une année noire pour vos jockeys, on pense

notamment à la disparition de Guillaume Javoy ou la retraite de Dean Gallagher.

Faut-il s’attendre à voir de nouveaux visages dans votre effectif ?

C’était une année cauchemardesque. Comme vous avez pu le

constater tout au long de l’hiver, Benoît Gicquel a intégré notre équipe. Il y

aura aussi Kevin Nabbet qui va nous rejoindre à la fin du mois. C’est un jeune

assez talentueux qui a gagné quelques courses cet hiver à Pau. Philip Carberry

reste quant à lui le premier jockey de la maison et a toute notre confiance. Il

y a enfin Cyrille Stéfan et Jean-Philippe Priol qui bénéficient encore de leur

décharge.