Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Jean-claude rouget :  « il faut arrêter de changer les règles en cours de route »

Autres informations / 18.02.2010

Jean-claude rouget : « il faut arrêter de changer les règles en cours de route »

« Après Didier Prod’homme [JDG d’hier], Jean-Claude Rouget

réagit à son tour aux transferts de courses du gazon vers la P.S.F. cagnoise.

Pour l’entraîneur tête de liste, il faut que la règle soit fixée une fois pour

toutes.

« Samedi, le Prix des Remparts, prévu sur la piste en gazon,

va se courir sur la P.S.F., alors que la plupart des vieux chevaux au départ

sont des spécialistes de terrain lourd. C’est “drôle” : les entraîneurs ont

engagé ces chevaux pour qu’ils aient du lourd, et on va les obliger à courir

sur le sable… Je pourrais vous citer d’autres exemples, qui m’amènent toujours

à la même conclusion : ce qui est désagréable, pour tous les professionnels, c’est

de bâtir un programme pour rien. À quoi sert de réfléchir à des engagements si

les règles changent en cours de route ? J’ai envie de proposer une solution :

que Cagnes annonce une fois pour toutes que toutes les courses plates du

meeting d’hiver auront lieu sur la P.S.F. Comme cela, on rendra la piste en

herbe aux chevaux d’obstacle, ce qui leur évitera de courir tout leur meeting

sur une seule piste !

À Deauville, les choses sont claires : on ne court pas sur

le gazon en décembre. Et personne ne s’en plaint, puisque la règle est fixée

une fois pour toutes. Si Cagnes imite Deauville, les entraîneurs qui ont des

chevaux de lourd sauront que ce n’est pas la peine d’aller sur la Côte d’Azur.

 

De plus, la P.S.F. de Cagnes est un très bon outil de

travail, qui donne satisfaction à tout le monde et qui est fait pour courir en

hiver : c’est bien le but de la P.S.F. que de pouvoir être utilisée par tous

les temps, non ? Alors autant l’utiliser à fond. Cela me paraît être du bon

sens. D’autant que, comme le président de Cagnes l’a lui-même dit récemment,

l’hippodrome a été construit sur un marécage. Donc dès qu’il pleut trop, la

piste en herbe est impraticable. »