Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le sable et les œillères, l’alchimie de la victoire pour red and white

Autres informations / 25.02.2010

Le sable et les œillères, l’alchimie de la victoire pour red and white

RÉSULTATS

CAGNES-SUR-MER, Mercredi

« Lors de sa dernière sortie, pour ses débuts, nous

espérions que la course allait être transférée sur le sable mais ce ne fut pas

le cas et c’est sur une piste détrempée qu’il les effectua. Aujourd’hui, le

changement de surface l’a grandement aidé, ainsi que le port des œillères. »

Ioritz Mendizabal a mis le doigt sur les raisons principales qui ont permis à

son partenaire, Red and White (Sinndar), d’ouvrir son palmarès après ses débuts

décevante sur la Polytrack. Avec les œillères pour la première fois et une

piste à sa convenance, il s’est imposé avec autorité. « Je suis très content de

son succès, a ajouté le jockey basque. C’est un poulain qui n’aime pas le

terrain trop souple. Il avait bien travaillé sur la piste en sable fibré de Pau

et nous nous attendions à un bon résultat. Le rythme de la course a été

régulier et nous avons démarré de loin. Il a bien gagné mais honnêtement, je

pensais que Sixpence (Kingsalsa) était imbattable. » Deuxième durant le

parcours derrière l’animateur Labepi (Vettori), Red and White a bénéficié d’un

bon parcours. Il a démarré dès l’entrée de la ligne droite et a pris la mesure

de Labepi à deux cents mètres du but pour l’emporter nettement.

 

Engagé dans le “Jockey Club”, Sixpence déçoit

Engagé dans le Prix du Jockey Club (Gr1), Sixpence était le

favori de l’épreuve. Beau poulain élégant, il est mal sorti de sa stalle. Un

peu tendu à l’arrière-garde, il n’a jamais changé de vitesse et a relevé la

tête au moment de passer à l’attaque. Il mérite cependant d’être revu.

 

Red and White, le frère de Golden Runner

Élevé par François Bayrou et Francis Decourrière, également

ses propriétaires, Red and White est le frère de Golden Runner (Orpen), un

poulain de vitesse déjà entraîné par Jean-Claude Rouget qui s’est distingué sur

le sable deauvillais. Et comme Red and White, Golden Runner est un cheval de

bon terrain.

Red and White est un fils de Nefouda (Neverneyev) qui

défendait les couleurs de François Bayrou et l’entraînement de Jean-Claude

Rouget.

Elle a gagné deux de ses cinq courses. Ses deux produits en

âge de courir ont gagné. Après Red and White, elle a eu un mâle par Bertolini

(Danzig) et une femelle de Layman (Sunday Silence).