Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Premier jackpot pour paris vegas

Autres informations / 28.02.2010

Premier jackpot pour paris vegas

Depuis l’ouverture du meeting de plat de Cagnes-sur-Mer,

Fabrice Chappet ne cachait pas que Paris Vegas (Maria’s Mon) était son cheval

pour le “Policeman” (L). C’est même l’un de ses meilleurs éléments pour cette

saison, raison pour laquelle il a engagé ce cheval dans les Classiques printaniers.

Samedi, Paris Vegas a justifié l’estime que lui porte son entourage en

remportant de bout en bout le Prix Policeman. Personne ne voulait aller devant,

alors Thierry Thulliez, jockey de Paris Vegas, a pris ses responsabilités. Le

cheval s’est bien détendu et, à l’entrée de la ligne droite, il a placé une

nouvelle accélération qui a laissé sur place tous ses rivaux. La ligne droite

n’a été qu’une formalité pour lui et Paris Vegas prouve par cette victoire

qu’il a la pointure pour pouvoir briller en région parisienne. On ne

s’étonnerait pas, par exemple, de le voir faire l’arrivée du Prix Noailles

(Gr2) dans quelques semaines. D’ailleurs, son mentor estimait après la course :

« Il a toujours très bien travaillé. Il est bien né et il n’y avait aucune raison

qu’il ne fasse pas bien ici. Il n’a jamais couru sur le gazon, mais je crois

que naturellement tous les bons chevaux vont sur cette surface. Cela devrait

être le cas pour lui. Pour l’instant, aucune course n’est définie pour la

rentrée parisienne le concernant ».

Thierry Thulliez pense que le cheval a la pointure

parisienne et le disait même après la course : « Il a certainement la pointure

pour viser plus haut à la rentrée.

Fabrice  Chappet  m’avait demandé d’attendre, mais, comme j’ai

rapidement senti que personne ne voulait aller devant, j’y suis allé. Après

l’avoir travaillé dernièrement, je pensais sincèrement que j’avais le meilleur

cheval de cette course. C’est pourquoi je n’ai pas hésité à le lancer de loin.

»

 

L’un des meilleurs français et le meilleur de Serbie Paris

Vegas défend les couleurs d’Aleksandar Pavlovic, habitué aux succès sur le site

de Cagnes-sur-Mer les années précédentes avec Billy Allen (Night Shift) et

Galardo (Halling). Au départ, Paris Vegas était programmé pour courir en Serbie

et était même entraîné de ce pays. Mais, « il allait trop vite par rapport aux

autres chevaux là-bas ! nous avait déjà expliqué Fabrice Chappet. C’est

pourquoi il arrivé chez moi. »

 

Du côté des battus

On pourrait refaire la course cinquante fois, Paris Vegas

s’imposerait à chaque essai. Car, toujours dans son sillage, Querry Boy n’a

jamais pu l’inquiéter après son bon parcours. Il se classe néanmoins bon

deuxième et faisait dire à son entourage : « Il a bien couru et est

certainement battu par meilleur. Il peut néanmoins invoquer l’excuse d’en être

quand même à sa quatrième course du meeting. » Querry Boy succède à ce

classement dans le “Policeman” à Cirrus des Aigles (Even Top), future vedette

de l’arrière-saison.

Castré cet hiver, Ucandri (Refuse to Bend) s’était montré

brillant pour sa rentrée, le 10 février, dans le Prix Renoir (A). Il terminait

alors troisième et obtient cette fois le même classement, mais en ayant

attendu. Son entraîneur, Christophe Ferland, nous disait après la course : «

Nous ne voulions pas qu’il aille devant. La course n’a pas été très vite et il

a besoin de plus de rythme. Il n’est pas fait pour les courses qui se finissent

sur un déboulé. Le cheval est également mieux sur le gazon je pense. Il devrait

prendre part au Prix Maurice Caillault (L) à Saint-Cloud. »

 

Très bon lauréat du Prix des Ancolies (D) sur ce parcours,

Arlequin s’est de nouveau montré froid, mais il est cette fois resté sans

réaction au moment du sprint final. Il termine sixième et Ioritz Mendizabal

était un peu déçu : « Le rythme n’a pas été très rapide, mais le cheval n’a

jamais eu trop de gaz et n’avait pas trop d’action. J’ai voulu le sortir dans

le tournant pour attaquer, mais il n’a pas répondu. Il a également beaucoup

penché à gauche. »

 

La famille d’Affirmed

Acheté 45.000$ par Fabrice Chappet à Keeneland en septembre

2008, Paris Vegas est un fils de Maria’s Mon, un lauréat de Gr1 père notamment

de Monarchos, gagnant du Kentucky Derby (Gr1). Le pedigree maternel de Paris

Vegas fait apparaître beaucoup de black-type. Sa deuxième mère, Won’t She Tell

(Banner Sport), est gagnante de Stakes et a produit cinq chevaux black-type.

Enfin et surtout, Won’t She Tell est la sœur du champion US Affirmed (Exclusive

Native), dernier détenteur de la triple couronne américaine et deux fois cheval

de l’année aux Etats-Unis. Affirmed avait en plus à affronter un très sérieux

rival à l’époque en la personne d’Alydar. Affirmed est classé douzième dans le

classement des cent meilleurs chevaux de l’histoire des courses américaines.

 

 

?