Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Albertas run de bout en bout

Autres informations / 19.03.2010

Albertas run de bout en bout

RYANAIR CHASE

Gr1, Steeple-Chase, 5ans et plus, 4.200m

ALBERTAS RUN DE BOUT

EN BOUT

L’Irlande encore à la fête a remporté le premier Gr1 de la journée

ce jeudi à Cheltenham grâce à Albertas Run (Accordion) qui se rappelle à notre

meilleur souvenir. Le protégé de l’entraîneur irlandais Jonjo O’Neill, basé en

Angleterre, a survolé l’épreuve en s’imposant de bout en bout à la cote de

14/1. Albertas Run n’était pas le favori de l’épreuve, mais il n’était pas un

simple outsider. En 2008, il avait remporté le R.S.A. Chase (Gr1) lors du

meeting de Cheltenham, épreuve dans laquelle il était alors le grandissime

favori. Un ton en dessous des Kauto Star (Village Star) et consorts dans la

discipline du steeple-chase, il a trouvé dans Ryanair Chase, une bonne issue de

secours pour briller. Grâce à cette victoire, son entraîneur célèbre sa

dix-septième victoire durant le Festival de Cheltenham. « Le terrain était

parfait pour Albertas Run, ce qui était très important. Dans ses bons jours,

c’est un très bon cheval », a commenté son mentor après l’arrivée. Le hongre de

9ans a donné le ton de l’épreuve et était le seul cheval à ne pas être encore

sollicité en entrant dans la dernière ligne droite. Sous la selle de Tony

McCoy, il a ensuite déroulé et a passé le poteau avec plus de quatre longueurs

d’avance sur ses rivaux. Après la course, son mentor a confié qu’Albertas Run

allait maintenant s’orienter vers le Grand National de Liverpool (Gr3).

Duel “FR” pour l’accessit d’honneur

Le grand favori de l’épreuve était Poquelin (Lahint),

l’élève de Georges Sandor et Éric Becq. Le protégé de Paul Nicholls qui arbore

les mêmes couleurs que Big Buck’s, celle de la famille Stewart, a dû se

contenter de la deuxième place après une lutte musclée avec l’ancienne protégée

de Thomas Trapenard, J’y Vole (Mansonnien). Toujours bien placé dans le sillage

de l’animateur et futur lauréat, Poquelin a voyagé à côté du cheval de S. M. la

reine d’Angleterre, Barbers Shop (Saddler’s Hall), puis, quand Albertas Run a

décidé d’accélérer la cadence, la sélection s’est opérée et une lutte à trois

s’est dessinée. Albertas Run semblait déjà au-dessus du lot avant de sauter

l’ultime fence, tandis que J’y Vole et Poquelin se chamaillaient dans son

sillage. Les deux “FR” ont frisé la correctionnelle à la réception du dernier

obstacle en se tamponnant sérieusement. La lutte fut épique et a tourné

finalement à l’avantage du protégé de Paul Nicholls, dont l’écurie était dans

un meilleur jour que la veille. L’élève de Jean-Pierre Dubois, J’y Vole, est la

grande malheureuse de la course puisqu’elle a été gênée dès la sortie du

dernier tournant et ce quasiment jusqu’à la dernière difficulté. Ger O’Brien,

le manager de l’écurie, a commenté cet incident. « C’est vraiment regrettable

ce qui est arrivé dans le dernier tournant, parce qu’à ce moment de la course,

elle avait beaucoup de “gaz”. Elle sautait très bien et a été prise dans une

bousculade. Je ne pense pas qu’on aurait pu battre Albertas Run mais on aurait

certainement été deuxième. »