« courez le dubai world cup le 31 decembre à minuit ! »

Autres informations / 26.03.2010

« courez le dubai world cup le 31 decembre à minuit ! »

L’allocation du Dubai World Cup est de 10 millions de

dollars. C’est donc, et de loin, la course la plus riche du monde. Et pourtant,

lorsque l’on regarde le champ de partants, la course n’a pas réuni l’élite

mondiale. Le meilleur américain au départ est Gio Ponti ; le meilleur

britannique Twice Over ; le meilleur français Vision d’État. Sans faire injure

à ces trois chevaux que nous rêverions tous de posséder (surtout Vision d’État,

qui est un des "chouchous" de JDG), reconnaissons objectivement

qu’aucun des trois n’est la tête de liste de son pays.

 

D’ailleurs, quel grand champion européen a déjà pris le

départ du Dubai World Cup (mis à part les "Maktoum", comme le crack

Dubai Millennium, parce qu’ils sont dans un cas particulier) ? Hum...

Longtemps, ce fut un problème de surface. Mais celui-ci est en passe d’être

réglé, car le Tapeta de Meydan convient mieux aux Européens que le dirt de Nad

el Sheba. Reste le problème de calendrier – difficile à résoudre, entre la

chaleur qui oblige à courir l’hiver, et le calendrier "classique",

qui sollicite traditionnellement les chevaux du printemps à l’automne. Dans ces

conditions, impossible d’avoir au départ le cheval classique de chaque pays,

puisqu’il est sur la brèche depuis le printemps de ses 3ans, puisque gagner à

Dubaï n’apportera rien à son palmarès, et puisqu’en mars de ses 4ans, il est

plus rentable au haras. Dans ces conditions, il ne reste que les vieux cuirs ou

quelques chevaux à l’entourage passionné (comme celui de Doctor Dino ou de

Vision d’État) – spécialistes des 2.000 mètres tous terrains (herbe ou dirt ;

corde à droite ou corde à gauche) et aptes à tout courir, même le Dubai World

Cup !

De toute façon, puisque le Dubai World Cup est – aux dires

mêmes de son créateur, le Cheikh Mohamed Al Maktoum – une opération de

promotion de l’Émirat, que l’on aille jusqu’au bout de la logique. Et, pour

faire de la course l’épreuve la plus célèbre du monde, que le Cheikh choisisse

la date la plus célèbre du monde : le 31 décembre à minuit ! La planète entière

viendra communier autour de la piste de Meydan. Et dans trois générations, les

jeunes habitants de notre vieille planète ne diront plus « An neuf » mais «

Dubai World Cup »...

 

Courez le D.W.C.…

Disputé quinze jours à trois semaines après Hongkong, le

Dubai World Cup redeviendrait compatible avec le calendrier européen.

 

Du prêt-à-écrire pour journalisme en chambre Plusieurs       fois      par       jour,     cette

semaine, le Dubai Racing Club nous a envoyé, comme à l’ensemble des médias, un email

contenant des informations relatives à la réunion du Dubai World Cup.

Notes d’entraînement, portrait d’un propriétaire, tirage au

sort des places à la corde, etc. Du "prêt-àécrire pour journalisme en

chambre", qui devient la norme dans le monde entier et dans tous les

domaines. Désormais, les organisateurs de grands événements (sportifs,

culturels, économiques, politiques...) préfèrent abreuver les rédactions de

communiqués de presse plutôt que leur donner envie de participer à l’événement.

Ainsi, les journalistes ne viennent plus sur le terrain pour constater la

réalité des faits.

Imaginons que les employés du McDo de Nice choisissent de

manifester au pied des célèbres marches pendant le Festival de Cannes. S’ils

sont restés à Paris, les journalistes ne risqueront pas de rencontrer les

manifestants et de leur poser des questions. Tout au plus relaterontils le

fait, en deux lignes, qu’une manifestation avait lieu en marge du Festival.

mayeul Caire