Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

éric hoyeau : « nous avons souhaité pérenniser et développer la dynamique d’octobre »

Autres informations / 19.03.2010

éric hoyeau : « nous avons souhaité pérenniser et développer la dynamique d’octobre »

 

LEMAGAZINE

Comme nous l’annoncions mercredi, la vente d’octobre va

évoluer dès cette année. D’une part, les yearlings les plus commerciaux seront

regroupés sur les deux premières demi-journées du lundi 18 et du mardi 19

octobre. Et d’autre part, un effort particulier va être mené en matière

d’accueil et de service. Président d’Arqana, Eric Hoyeau détaille ces

évolutions.

 

Jour de Galop. – Pourquoi avoir voulu faire évoluer la vente

du mois d’octobre, qui marche pourtant déjà fort ? Eric Hoyeau. – C’est

précisément parce que cette belle dynamique est là que nous avons souhaité la

pérenniser et la développer. Cela fait un moment que nous ressentons le besoin

de donner une identité propre à cette vente. A l’issue de la vacation 2009,

nous avons recueilli les avis qui se sont exprimés sur le format de la vente.

Puis nous avons lancé une large concertation avec des consigners de toutes

tailles, sans étiquettes particulières. Ce moment d’échange et de travail en

commun a été très intéressant. Nous avons enregistré beaucoup de réactions

différentes mais, en majorité, elles convergeaient. Et la réforme que nous

présentons aujourd’hui est la synthèse de cette réflexion.

 

Quel a été le point de départ de votre réforme ?

Il existait une demande de hiérarchiser les trois jours de

vente. En concertation avec un panel de consigners, nous avons donc analysé la

population des yearlings d’octobre et fait des simulations, pour voir comment

nous pouvions organiser les différentes journées du catalogue. Certains

voulaient un premier jour très sélectif, mais il s’est avéré qu’il était

impossible d’isoler 100 yearlings pour faire une journée initiale

hyper-resserrée. Notamment parce que les chevaux d’octobre se tiennent dans une

fourchette de prix beaucoup plus serrée que celle d’août. C’est pourquoi nous

avons choisi de présenter la Partie 1 du catalogue sur deux journées, avec 125

lots à chaque fois.

 

Le jour 1 et le jour 2 seront donc limités à 125 lots

chacun. Quel peut être l’apport de ce resserrement ? Je crois que cette

nouveauté va profiter à tout le monde. Quand les yearlings les plus commerciaux

étaient répartis sur trois jours, nous constations une certaine lassitude des

acheteurs internationaux. Il est vrai que, pour eux, la saison des ventes dure

depuis août... D’autre part, pour les vendeurs, ce nouveau format signifie

moins de bousculade le premier et le deuxième jour, puisque la vente sera limitée

à l’après-midi. Cela donnera plus de temps pour les inspections, pour permettre

de parfaitement soigner la présentation des chevaux. Le nouveau format donnera

donc plus de confort à la fois aux acheteurs et aux vendeurs. Enfin la Partie 1

jouera le rôle de locomotive pour l’ensemble de la vente, ce qui bénéficiera à

la Partie 2 car tous les ordres d’achats ne seront pas satisfaits à l’issue des

deux premières journées.

 

Avec deux premiers jours dédiés à la « sélection », la vente

d’octobre va-t-elle se rapprocher de la vente d’août ?

Je ne veux pas parler de « sélection » à propos de la vente d’octobre,

car ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Ce que nous avons fait, c’est une

catégorisation. Les deux premiers jours regroupent des yearlings au potentiel

plus strictement commercial ; le troisième jour présente à la fois des chevaux

au pedigree un peu moins commercial et des chevaux à vocation obstacle. Car,

comme en 2009, nous avons souhaité accueillir une trentaine de yearlings élevés

pour réussir en obstacle, qui côtoieront de bons yearlings de plat souvent

dotés d’un modèle prometteur. Le troisième jour va donc plaire à une certaine

clientèle.

« Pour les vendeurs, ce nouveau format signifie moins de

bousculade le premier et le deuxième jour, puisque la vente sera limitée à

l’après- midi. »

Il y a tout de même une hiérarchie entre les différents

jours de vente, ce qui crée une similitude avec la vente d’août...

Un de nos objectifs, c’est qu’octobre soit une vente aussi

appréciée que celle d’août. Nous voudrions que les acheteurs, notamment

étrangers, puissent trouver l’offre qui correspond à leur demande. Pour cela,

les vendeurs doivent nous faire confiance en donnant le meilleur d’euxmêmes et

en mettant cette vente au programme de leurs meilleurs yearlings qui n’ont pu

être présentés en août, souvent pour une question de maturité. J’aimerais que

ceux qui n’ont pu passer leur yearling en août ne se disent pas : « Maintenant,

c’est Newmarket à la mi-octobre ou alors rien du tout ! »

 

 « Un de nos

objectifs, c’est qu’octobre soit une vente aussi appréciée que celle d’août.

Nous voudrions que les acheteurs, notamment étrangers, puissent trouver l’offre

qui correspond à leur demande. »

 

 L’autre point commun

avec août, c’est l’accueil des acheteurs...

Oui, car on sait que l’accueil joue un rôle important dans

la réussite des ventes de Deauville. Même s’il n’est pas possible de reproduire

à l’identique l’ambiance « Sales Paradise » d’août, car le climat et les

courses ne sont pas les mêmes en octobre, nous avons prévu des investissements

dans la promotion, l’animation et les services sur place. Nous allons créer une

atmosphère de fête. Je ne peux pas vous en dire plus. Mais la soirée de

lancement va être très sympa.