Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Histoires de pedigrees : celtic celeb et sandbar

Autres informations / 25.03.2010

Histoires de pedigrees : celtic celeb et sandbar

LE MAGAZINE      

 

HISTOIRES DE

pEDIGREES : CELTIC CELEb ET SANDbAR

Samedi, les deux Listeds disputées à Saint-Cloud, le Prix

Maurice Caillault et le Prix Rose de Mai, ont été enlevées respectivement par

Celtic Celeb (Peintre Célèbre) et Sandbar (Oasis Dream). Celtic Celeb est

engagé dans toutes les bonnes courses à venir, ce qui n’est pas le cas de

Sandbar. JDG s’est penché sur leur pedigree maternel. La mère de Celtic Celeb,

plutôt partie de rien, est arrivée à gagner son groupe, ce qui n’a pas été le

cas de la génitrice de Sandbar, pourtant lauréate d’un maiden très prisé à

Longchamp…

 

CELTIC CELEb

Signé peintre Célèbre

Il n’aura échappé à personne que Celtic Celeb est signé par

son père, peintre Célèbre. Alezan comme lui, il possède également une large

liste en tête blanche. Alors que Gaelic bird, la mère de Celtic Celeb, est

baie. Le lauréat du Prix Maurice Caillault est très bon défenseur de la cause

de son père. Désormais, il a des vues légitimes dans les classiques après avoir

remporté son maiden dès l’âge de 2ans. Cela prouve que Peintre Célèbre peut

faire des chevaux capables de réussir à leur plus jeune âge. Également, dans

ses trois courses, Celtic Celeb a montré qu’il était un cheval très facile. Ce

n’est pas un "tireur" et il est capable d’adopter toutes les

tactiques de course.

Ce qui est assez amusant, c’est de voir François Doumen

mettre en avant un produit de Peintre Célèbre. Car c’est lui, avec Rajpoute

(Double Bed), qu’il entraînait, qui avait infligé au crack des bleus une

défaite amère dans le Prix Niel (Gr2) 1997. Une course qui avait fait parler

d’elle et que Peintre Célèbre n’aurait logiquement pas dû perdre…Néanmoins,

cette "non-victoire" n’aura pas entaché l’aura du mémorable vainqueur

de l’"Arc" (Gr1) et comme le rappelait François Doumen samedi : «

Peintre Célèbre, c’est une référence en tant qu’étalon. »

 

Des croisements uniques

Celtic Celeb a été élevé par François Fabre, sous le nom de

Horse Breeding Corporation. François Fabre était également l’éleveur de sa

mère, Gaelic bird, sur laquelle nous allons revenir. Il est l’unique

représentant au monde du croisement peintre Célèbre sur une fille de Gay

mécène, qui était un cheval de terrain léger.

Également, Gaelic Bird est l’unique cheval vu en piste avec

le croisement Gay Mécène sur une fille de Sea bird.

Celtic Celeb, né de vieilles poulinières

Lorsque François Doumen a acquis Celtic Celeb pour 85.000€

en août 2008 à Deauville, il levait la main pour un poulain dont les origines

lui étaient familières. Il le racontait d’ailleurs samedi : « Je connaissais

forcément très bien Gaelic Bird, que j’ai entraînée. Je guettais tous ses

produits qui passaient en vente et Celtic Celeb m’a bien plu, alors je l’ai

acheté. » Gaelic Bird a eu huit produits en âge de courir et Celtic Celeb est

le seul qui a été acheté par François Doumen et il est également le seul à avoir

couru sous son entraînement.

Gaelic Bird appartenait à Michael Smurfit, un propriétaire

bien connu en Irlande, et a été élevée en France par François Fabre, qui avait

hérité de l’élevage Goudchaux. Achetée 40.000 Guinées à Newmarket, Gaelic Bird

a connu une carrière en progression.   

 

Elle a remporté son maiden enfin d’année de 2ans, à

Compiègne, pour sa quatrième sortie, et a vraiment éclos à 3ans. Elle a couru

quatre fois de belle façon au printemps, terminant notamment quatrième du Prix

Cléopâtre (Gr3) après avoir dû négocier le dernier virage au large, avant de

s’imposer au niveau Groupe. Elle remporta consécutivement les Prix de

Sandringham (Gr3 à l’époque) et Chloé (Gr3), qui étaient courus sur

l’hippodrome d’Évry. Ces deux victoires ont été acquises dans des courses

rythmées (1’35’’60 pour le Prix de Sandringham, sur 1.600m !), mais, si le

premier Groupe a été gagné en terrain léger, le second l’a été en terrain

collant. Par la suite, Gaelic Bird fut exportée aux États-Unis, où elle

remporta deux courses.

Née en 1987, Gaelic Bird avait donc 20ans quand elle mit au

monde Celtic Celeb. Elle-même est issue d’une vieille poulinière, Orange bird

(Sea Bird), qui avait 17ans lorsqu’elle donna naissance à Gaelic Bird. Achetée

21.000$ à Saratoga, Orange Bird n’est pas restée dans les annales du Turf avec

une seule victoire, pour sa neuvième et dernière sortie. Sa production s’est

mise en avant : parmi ses neuf produits, outre Gaelic Bird, on retrouve Gold

bird (Rheingold). Lauréate du Prix des Belles Filles (L) et deuxième du Prix de

Royallieu (Gr3 à l’époque), elle a donné naissance à Gabina (Caro). Entraînée

par JacquesCharles Cunnington, Gabina était une jument assez difficile, qui a

parfois refusé d’entrer dans sa stalle de départ. Pour sa dernière sortie, à

4ans, elle obtient son titre de gloire dans le Prix de la Forêt (Gr1), munie

d’œillères pour la première fois, après plusieurs accessits à ce niveau –

certains derrière miesque. Gabina possède un propre frère, Galletto, qui a

remporté le Prix Lupin (Gr1) 1989. Un peu limité en distance, comme beaucoup de

produits de Caro, il a terminé troisième du Prix du Jockey Club (Gr1).

À l’origine d’une grande descendance, mock Orange, troisième

mère de Celtic Celeb est, entre autres, la mère de Duke of marmalade (Vaguely

Noble). Rien à voir avec le récent "Duke", qui a gagné cinq Grs1 en

2008. Celui-ci est né en 1968 et a remporté deux fois le Premio Roma (Gr1). Il

avait également remporté le Grand Prix de Deauville (Gr2), mais avait été

distancé après enquête. Beaucoup de très bons gagnants américains proviennent

de Mock Orange, comme son petit-fils, Cryptoclearance (Fappiano), lauréat du

Florida Derby (Gr1) et deuxième des Belmont Stakes (Gr1).

 

SANDbAR

Oasis Dream, un étalon complet

World Champion Sprinter en 2003, Oasis Dream est entré au

haras pour la saison 2004 et a donc eu ses premiers partants en 2007. Avec ses

premiers 2ans, il a enregistré trois victoires de Gr3 en 2007. Les résultats de

ses produits n’ont cessé de s’améliorer ensuite, avec une premier victoire de

Gr1 grâce à Naaqoos dans le Grand Critérium 2008. L’été 2009 fut celui d’Oasis

Dream, avec neuf victoires de Groupe entre le 8 juillet et le 23 août !

Grand sprinter, Oasis Dream ne fait pas que des chevaux

précoces et "vite". Sri putra l’a prouvé l’été dernier en remportant

le Prix Guillaume d’Ornano (Gr2) sur 2.000m et Sandbar l’a montré également

samedi dernier, en remportant sa Listed sur 2.100m sur un terrain peu

propice à la vitesse.   

 

Le croisement de Sandbar

Sandbar est issue du croisement d’Oasis Dream sur une fille

d’Hernando. C’est la seule à ce jour à posséder ces origines. En revanche, le

croisement d’Oasis Dream sur une fille de Niniski (père d’Hernando) a déjà été

utilisé et avec réussite. C’est celui de Lady jane Digby, lauréate l’été

dernier du Walther J. Jacobs Stutenpreis (Gr3), sur 2.100m. Hernando et Niniski

étant plutôt des chevaux de tenue, ce qui laisse penser que des origines

maternelles de distances croisées à Oasis Dream donnent des chevaux capables de

réussir sur plus de 2.000m.

 

Sandbar concrétise les espoirs envolés de Shifting Sands

Le 11 octobre 2001, Shifting Sands, la mère de Sandbar,

laissait une très bonne impression en remportant le Prix de la Chapelle (F)

d’une longueur et demie. Laissée tranquille par Pascal Bary ensuite, on pouvait

envisager une très belle saison à 3ans pour elle. En effet, ses deux dauphines

du Prix de la Chapelle s’étaient imposées au mois de novembre 2001. Mais avec

le recul, il est étonnant de constater que Shifting Sands est la seule de cette

édition du Prix de la Chapelle à être devenue black type. Logiquement, Shifting

Sands fut engagée dans toutes les bonnes courses du printemps et sa rentrée eut

pour cadre le Prix Vanteaux (Gr3). Quatrième derrière Ana marie et bright Sky,

Shifting Sands voyait là ses élans classiques brisés. Elle ne prit pas part au

Prix de Diane et,

finalement, Shifting Sands ne réussit jamais lors de ses

huit sorties suivantes à réaliser la performance qui lui aurait permis d’écrire

son nom en lettres capitales. Elle a manqué la victoire de peu dans le Prix

Petite Étoile (L) en terminant à une demi-longueur de place Rouge (Desert

King). Contrairement à sa mère, Sandbar a bien commencé le chemin menant aux

classiques, puisque le Prix Rose de Mai mène aux Prix Pénélope et Cléopâtre

(Grs3) qui amènent au Prix de Diane (Gr1). Toutefois, il faut rappeler que

Sandbar n’est engagée ni dans le "Diane", ni dans le

"Saint-Alary".

 

Sandbar, la première réussite de Shifting Sands au haras

Sandbar est le troisième produit de Shifting Sands. Les deux

premiers n’ont pas été inoubliables, puisque Sandslide (King’s Best), née en

2005, a gagné une petite course en Allemagne après avoir débuté par une

neuvième place à Granville pour l’entraînement de Stéphane Wattel. Tandis que

Spicy Sauce (Lujain) – née en 2006 –, qui était entraînée par Carlos Lerner,

est tombée pour ses débuts à Chateaubriand et n’a pas recouru ensuite. Suite à

Sandbar, Shifting Sand a eu une autre pouliche, par Dubai Destination. Achetée

85.000€ par Broadhurst Agency (Laurent Benoît), elle est déclarée à

l’entraînement chez  Jean-Marie Béguigné.

Son produit né en 2008, par Ocean of Wisdom, a été acheté 1.500€ foal par BBA

Ireland en décembre 2009 et cette année-là, Shifting Sands a eu un mâle par

Shirocco. Également, en décembre de cette année, Shifting Sands a été vendue à

Arqana et c’est Umm Qarn Farm qui l’a acquise pour 18.000€.

La famille de Sandbar est plutôt dynamique. Sundancer,

propre sœur de Shifting Sands, a gagné son maiden vendredi dernier à Deauville,

dans le Prix de la Chesnaye (F), pour sa deuxième sortie. Sundancer et Shifting

Sands sont des filles de l’inédite Sahara Sunrise, qui a été achetée 4.500€ en

décembre 2009 à Arqana par Paul Nataf.   ?