Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Lancelot ajuste ses adversaires pour rester invaincu

Autres informations / 16.03.2010

Lancelot ajuste ses adversaires pour rester invaincu

 

RÉSULTATS

COMPIÈGNE, Lundi

Prix de Verberie (D)

LANCELOT AJUSTE SES

ADVERSAIRES POUR RESTER INVAINCU

Il fallait se pencher sur le haut du tableau pour trouver le

lauréat du Prix de Verberie (D). Les trois top-weight ont pris les trois

premières places. C’est l’attentiste Lancelot (Bahri) qui a passé le poteau le

premier. Le protégé de Jean-Marie Béguigné demeure invaincu en deux tentatives

à l’issue de l’épreuve. Pourtant, rien n’était écrit, d’autant plus que son

dauphin lors de ses débuts, Prince Pretender (Great Pretender), s’est montré

assez décevant lors de sa rentrée à Saint-Cloud samedi dernier.

Mais Lancelot a encore fait une très bonne impression et

même meilleure que lors de son premier succès. « C’est un cheval qui n’est pas

très maniable, raconte Olivier Peslier au micro d’Equidia. À mi-tournant final,

il ne savait pas trop où aller lorsqu’ils ont repris en tête de la course. Ça

m’a permis de le gérer plus facilement. Le terrain est très pénible et il

fallait de la qualité pour revenir de l’arrièregarde. » Ce retour, il ne l’a

fait qu’à la force des bras de son jockey. Il n’a pas pris un seul coup de

cravache, contrairement à Fylarchos (Muhtathir) et Divapour (Daylami), ses

dauphins du jour. Ces derniers ont constamment été vus aux avant-postes et

n’ont pas pu contrer la bonne fin de course de Lancelot.

 

Malheureux Celtus

Michel Roussel présentait Celtus (Keltos) qui a été le grand

malheureux de l’épreuve. Dans le dos de Divapour et Fylarchos au moment de

l’emballage final, il a commencé par faire un gros écart avant d’être

complètement coincé, ne trouvant le passage qu’aux abords du poteau. Le poulain

bai brun sera à reprendre avec intérêt, car sa fin de course a été totalement

faussée par les circonstances de course.

 

Lancelot, fils d’une jument pleine de vitesse

Acheté 38.000€ par Paul Nataf aux ventes Arqana de yearlings

en octobre, Lancelot est un fils de Lunata (Marju) et a été élevé par

Jean-Charles Coude. Sa mère avait prouvé sa vitesse et sa précocité en obtenant

la troisième place du Prix Yacowlef (L). En neuf courses, Lunata n’a jamais

franchi le poteau en tête mais s’est placée à cinq reprises. Dans la fratrie de

Lancelot, aucun n’a inscrit de caractère gras dans les catalogues mais trois

ont gagné. La deuxième mère a également donné trois vainqueurs, sans

black-type, alors que la troisième mère, placée de Listed, est une propre sœur

de One Way Street (Habitat), la mère de Grape Tree Road, gagnant du Grand Prix

de Paris (Gr1) et aujourd’hui étalon.