Marseille-vivaux inaugurait sa p.s.f. mercredi soir

Autres informations / 11.03.2010

Marseille-vivaux inaugurait sa p.s.f. mercredi soir

MARSEILLE-VIVAUX INAUGURAIT

SA P.S.F. MERCREDI SOIR

Quelques réunions s’étaient déjà disputées sur la nouvelle P.S.F.

de l’hippodrome de Marseille-Vivaux. Mais l’inauguration officielle de cette

nouvelle piste était mercredi soir, pour la réunion PMU disputée sur ce site.

Plusieurs personnalités des courses étaient présentes, dont Rubens Crémieux,

Président de la Société sportive de Marseille, et Hubert Monzat, Directeur

général de France Galop. Tous deux sont passés sur le plateau d’Equidia pour

commenter la mise en place de ce nouvel outil à Marseille.

Premier à prendre la parole, Rubens Cremieux a expliqué : «

Je suis heureux de cette journée et également heureux qu’Hubert Monzat et des

représentants des institutions (mairie, région et département) soient venus

inaugurer cette piste qui donne satisfaction à tout le monde. Je suis

content de voir que les professionnels apprécient cette

nouvelle piste et de voir que Marseille est enfin doté d’un outil qui va

permettre aux courses et particulièrement au galop de trouver sa place dans le

monde hippique régional. L’hippodrome de Vivaux connaissait des problèmes avec

sa piste en gazon, qui était critiquée par les professionnels. Suite à la

fusion des sociétés de courses de Vivaux et Borély, il a été possible de

travailler sur la construction d’une P.S.F. ici. Conserver la piste en herbe,

c’était condamner le galop à Vivaux. »

 

« Suite à la fusion des sociétés de courses de Vivaux et

Borély, il a été possible de travailler sur la construction d’une P.S.F. ici.

Conserver la piste en herbe, c’était condamner le galop à Vivaux. » Rubens

Cremieux

 

Ensuite, Hubert Monzat ajoutait : « Rubens Crémieux m’a

rapidement convaincu concernant la mise en place d’une P.S.F. à Vivaux. Pour

moi, ce type d’hippodrome en centreville constitue un outil de développement

des courses et de développement des hippodromes au cœur de la ville. Cette P.S.F.

a prouvé qu’elle était un superbe outil de travail, avec des virages

parfaitement dessinés et des lignes droites suffisamment longues pour adopter

toutes les tactiques de courses. Elle va permettre le développement de réunions

de courses et de réunions PMU pour la Société des courses de Marseille. La

P.S.F. est éclairée et c’est un prototype pour France Galop. On est en train de

réfléchir à l’implantation d’autres équipements de ce type. Marseille est donc

un vrai modèle. Courir sur ce type de surface permet également de courir à un

moindre coût de revient pour les sociétés de courses, ne l’oublions pas. Cela

est parti de la nécessité pour nous de produire des courses à un moindre coût.

Cela ne veut pas dire que l’on va sacrifier les courses sur gazon, mais l’un ne

doit pas empêcher de réfléchir à l’autre. »