Parcimonie n’a attendu personne

Autres informations / 17.03.2010

Parcimonie n’a attendu personne

SAINT-CLOUD, Mardi

Prix Dushka (F)

PARCIMONIE N’A

ATTENDU PERSONNE

Des pouliches bien nées étaient au rendez-vous du Prix

Dushka (F) et dans ce maiden, Parcimonie (Nombre Premier), la fille de la

championne Star of Akkar (Distant Relative), a été à la hauteur de ses

origines. La pensionnaire de Jean-Claude Rouget faisait déjà impression au rond

de présentation, comme l’ensemble des pouliches par rapport aux mâles dans le

Prix de Frauenfeld (F). Si elle était un peu sur l’œil avant de s’élancer, une

fois au canter, elle s’est mise à son travail, non sans avoir fait un petit

écart.

La représentante de la marquise de Moratalla s’est élancée

le plus rapidement des stalles de départ. Vite en tête, elle a bouclé les mille

premiers mètres plus de deux secondes plus vite que les mâles. En entrant dans

la phase finale, elle a rapidement fait la différence. « Je la découvrais aujourd’hui,

nous explique Christophe Soumillon, c’est une pouliche sérieuse. Quand on s’est

fait attaquer à deux cents mètres, elle a très bien répondu sous mes

sollicitations. C’est une bonne pouliche. » En effet, la fille de Nombre

Premier (Kendor) a dû s’employer pour repousser l’excellente attaque de Smooth

Criminal (Russian Blue), qui a placé une remarquable accélération. « Elle fait

de très bons débuts, nous confie Carlos Lerner, c’est même mieux que ce qu’on

espérait. Elle n’avait pas encore beaucoup travaillé et a fait un très bon

effort des quatre cents aux deux cents mètres. » La sœur de Sabasha (Xaar),

lauréate de Listed à Longchamp, a longtemps attendu avant de fournir son effort

en pleine piste. Si elle n’a toutefois jamais réellement inquiété la lauréate, elle

devrait toutefois pouvoir perdre son statut de maiden assez rapidement. Dans

leur sillage, Landenstown Lady (Westerner), n’était pas la plus attendue pour

finir sur le podium. Pourtant, elle a réalisé d’excellents débuts et conclut à

une longueur de la deuxième place, après avoir voyagé dans le dos de la

lauréate. La protégée de Jehan Bertran de Balanda, dont les origines devraient

la guider plus tard vers les gros obstacles d’Auteuil, a fait un “truc” pour

ses débuts. Il ne lui reste plus qu’à confirmer.

 

La déception de Lake Moon Lake Moon (Tiger Hill) faisait

partie des pouliches en vue de ce Prix Dushka. Pourtant, la représentante du     Cheikh Mohamed Al Maktoum n’a jamais pu se

montrer dangereuse. C’est une déception pour la fille de Valley of Gold (Shirley

Heights), qui s’est classée deuxième du Prix Vermeille (Gr1) en 1995.

 

La fille de Star of Akkar

Parcimonie est née dans la pourpre, élevée par son

propriétaire, la marquise de Moratalla, elle est la fille de Star of Akkar, une

véritable championne en son temps. Cette dernière a remporté cinq de ses douze

courses dont trois Grs3 et a fini deuxième de Daryaba (Night Shift), dans le

Prix de Diane (Gr1) en 1999. Pourtant, au haras, sa production s’est révélée

très moyenne jusqu’à ce mardi 17 mars. Dès sa première sortie, Parcimonie

s’installe comme le meilleur élément de la fratrie de huit poulains et

pouliches. Sa deuxième mère, Donna Star (Stately Don), est une sœur de La

Gandilie (Highest Honor), lauréate du Grand Critérium de Bordeaux (L) et

troisième du Prix Chloé (Gr3) à Chantilly. La Gandilie est aussi la mère de

Fashion Rocks (Rock of Gibraltar), qui s’est classé cinquième du Lowther Stakes

(Gr2) de Nahood (Clodovil) à 2ans, avant de remporter une Listed à Salisbury.