Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Anna salai, une maiden qui devient princesse

Autres informations / 25.04.2010

Anna salai, une maiden qui devient princesse

Rares sont les pouliches qui se sont engagées maiden dans le

Prix de la Grotte (Gr3) et qui ont perdu ce statut à l’issue de l’épreuve.

C’est pourtant l’exploit qu’a réalisé Anna Salai (Dubawi) ce dimanche à

Longchamp et avec la manière. « On avait un mauvais numéro nous contraignant à

patienter en queue de peloton, analysait Maxime Guyon. À l’entrée de la ligne

droite, ils ont tous repris devant moi et sont aussitôt repartis, c’est ce qui

m’a fait perdre un peu de terrain. Mais une fois lancée, elle a été capable de

mettre un bon coup de reins, elle a bien accéléré au milieu des autres chevaux.

Sa dernière performance était déjà très encourageante. » Sur le papier, Anna

Salai était loin d’être une première chance évidente, d’autant plus que la

gagnante du Prix Marcel Boussac (Gr1) la ???Jdg rising Star ??rosanara

(Sinndar) s’engageait invaincue sur ce parcours. Pourtant, la protégée d’André

Fabre n’a pas eu besoin de forcer son talent pour s’imposer, passant tout le

peloton en revue au bout d’une longue accélération finale. Très à son aise dans

le bon terrain, Anna Salai, devenue princesse dans le Prix Grotte, se positionne

dorénavant comme l’une des principales favorites à la Poule d’Essai des

Pouliches (Gr1).

Rosanara déçoit ses supporters

Favorite de l’épreuve, Rosanara était la pouliche la plus

titrée du lot et son retour à la compétition était très attendu. Malgré un

excellent parcours, elle n’a pas pu contrer les attaques d’Anna Salai et

gotlandia (Anabaa) dans la phase finale et a dû se contenter de la troisième

place. « Elle a demandé à souffler au mauvais moment, confie Alain de Royer

Dupré. Elle manquait d’un peu de condition et avait besoin de cette course. Elle

sera au départ de la Poule d’Essai des Pouliches. » La pouliche de Son Altesse

Aga Khan a subi le deuxième échec de sa carrière après sa troisième place dans le

Critérium International (Gr1). Très calme au rond de présentation elle ne s’est

toutefois pas distinguée par son modèle et semble être restée très 2ans. Le

rendezvous est pris pour une revanche le 16 mais prochain, il faudra toutefois

que la jolie grise progresse beaucoup pour inverser les rôles.

Gotlandia vers la poule d’essai ?

S’il y a eu une grande surprise dans le Prix de la Grotte,

c’est bien la deuxième place de Gotlandia et sa cote de 62/1 est là pour le

rappeler. La protégée d’Yves de Nicolay a bénéficié du parcours sur mesure de

Pierre-Charles Boudot qui s’est laissé emmener jusqu’à deux cents mètres du

but, avant de lui faire placer sa pointe de vitesse. Sur la foi de cette

performance, sa place est au départ de la Poule d’Essai, toutefois, ses

propriétaires devront alors débourser 24.000€ pour l’engagement supplémentaire.

« Elle court très bien et a été montée parfaitement par son jeune jockey, a

déclaré son entraîneur. Elle est dominée par une pouliche que mon ancienne

pensionnaire, Zagora [par Green Tune – passée sous les couleurs Schwartz et

désormais entraînée par Jean-Claude Rouget, ndlr], a déjà battue. Gotlandia

n’est pas engagée dans les épreuves classiques mais en fonction des discussions

avec les propriétaires et de la façon dont elle va récupérer, il est possible

qu’on la supplémente dans la Poule d’Essai des Pouliches. »         

 

Les malheurs de Barouda

Barouda (My Risk) est la grande malheureuse de cette édition

du Prix de la Grotte.

La pensionnaire de JeanMarie Béguigné n’a jamais trouvé

l’ouverture dans la phase finale et son jockey a été contraint de    la reprendre à deux cents mètres du disque

final. « Vous avez vu son parcours comme moi, ce sont les aléas des courses,

racontait son entraîneur. Kieren Fallon m’a dit qu’il aurait gagné si elle

avait eu l’ouverture. C’est une bonne raison pour aller courir la Poule d’Essai

des Pouliches. » Seulement septième de l’épreuve, il est clair qu’elle aurait

obtenu un meilleur classement si elle avait bénéficié d’un meilleur parcours.

Attentiste, elle est venue   au   même moment qu'Anna Salai et aussi vite,

mais avait choisi de rester côté  corde –

une option que choisit toujours Kieren Fallon –, au contraire de la future

lauréate qui est passée par l’extérieur.

 

une bonne famille "maktoum"

Élevée par Darley, Anna Salai est une fille du champion  miler 

de  l’Écurie Godolphin, dubawi

(Dubai Millenium), et d'Anna palariva (Caerleon). Il fait partie de l’une des

meilleures famille de l’élevage Darley. Anna Palariva est une gagnante du Prix

d’Aumale (Gr3) sur 1.600m. Elle est la mère de cinq produits dont deux, en plus

d’Anna Salai, sont black type.  Entraîné

par André Fabre, Advice(Seeking The Gold), le premier des deux, a remporté

quatre Listeds en France et pris la deuxième place de la Coupe de

Maisons-Laffitte (Gr3). Comme son frère, Iguazu falls (Pivotal) a pris la

deuxième place d’un Gr3, mais en Angleterre et a remporté une Listed à Epsom.

Leur deuxième mère, Anna of Saxony (Ela Mana Mou) a remporté un Gr3 outre-Manche

et est la mère de cinq vainqueurs, et aussi la sœur de pozarica (Rainbow

Quest), vainqueur des Prix Hubert de Chaudenay (Gr2) et Berteux (Gr3), et

Annaba (In the Wings), lauréate des Prix de Royallieu (Gr2) et du Conseil de

Paris (Gr2).