Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Centres d’entrainement : une decision contre les professionnels !

Autres informations / 01.04.2010

Centres d’entrainement : une decision contre les professionnels !

AU CŒUR DE L’ACTU     

Communiqué du Syndicat des propriétaires

Le Syndicat des propriétaires, par la voix de son président,

Philippe Bouchara, et en accord avec le Syndicat des entraîneurs, l'Association

des actionnaires du galop, l'Association des entraîneurs propriétaires, a

présenté lors du Conseil d'administration de France Galop, une position

équilibrée en vue d'assurer un financement adéquat des centres d'entraînements.

En particulier, insistant sur le caractère de "service public" des

centres d'entraînement, où qu'ils soient situés, les associations citées

estiment que par principe, le financement de ces entités doit être assuré à 50%

par l'Institution et à 50% par les utilisateurs privés.

Cette position fermement affirmée et soutenue en séance par

le Président des éleveurs, a été pour le moment rejetée, maintenant un objectif

de taux de couverture assuré à 60% par les propriétaires, projet conçu

arbitrairement par l'administration de France Galop. Cette décision décrète un

effort supplémentaire bien trop important des propriétaires français déjà dans

une situation économique très précaire.

La majorité des professionnels français sont hostiles à une

augmentation aussi radicale de la charge supportée par les propriétaires, et

leurs associations espèrent que le prochain Comité de France Galop permettra un

nouvel examen plus objectif et surtout plus équitable de cette question. En ce

sens, Philippe Bouchara, qui s'est clairement opposé à cette décision, en

exprimant les positions des Associations professionnelles, déplore que le

compte rendu officiel de cette réunion, produit par France Galop, ne fasse pas

état de cette opposition. en revanche, les associations citées apprécient que

la période de remise à niveau ait été portée de trois à cinq ans, comme elles

l’avaient demandé.