Royal palois renoue avec la victoire

Autres informations / 26.04.2010

Royal palois renoue avec la victoire

 

AUTEUIL, Lundi

Cela faisait presque deux ans que Royal Palois (Lute

Antique) n’avait plus passé le poteau en tête. L’écart est désormais brisé et

il ne doit sa victoire à personne, tant il s’est montré impressionnant. Huit

longueurs le séparent de son premier poursuivant, Memoussu (Laveron), alors

qu’ils étaient cinq à sauter la dernière haie sur une même ligne. Attentiste

durant le parcours, Royal Palois a fait parler sa pointe de vitesse et n’a pas

fait de détails. Notre confrère de Paris-Turf et propriétaire du cheval,

Philippe Lorain, était le

premier ravi et n’a pas manqué de dédier cette victoire à

celui qui aurait dû être assis sur le cheval. « Je dédie cette victoire à la

mémoire de Guillaume Javoy, c’était son cheval le matin et l’après-midi. Royal

Palois a eu un passage à vide de six mois mais revient à son meilleur niveau.

Sa deuxième place en haies en devançant Zaiyad nous indiquait qu’il était sur

la bonne voie. C’est un vrai cheval de steeple, il adore les gros parcours et a

une bonne pointe de vitesse. Il devrait maintenant s’engager dans le Grand

Steeple-Chase de Paris (Gr1). » Derrière, Memoussu est à gratifier d’une bonne

deuxième place pour son troisième parcours sur le steeple d’Auteuil et le

premier sur la piste extérieure. « Je suis ravi, nous a confié Nicolas Bertran

de Balanda. C’était son troisième parcours à Auteuil et il n’a pas fait une

seule erreur. Lors de sa dernière course, on s’était un peu fait piéger par le

faux rythme. J’avais des doutes parce qu’il y avait un bon lot mais ses

engagements devenaient délicats. Ça s’est bien passé et c’est de bon augure

pour l’avenir. On va rester calme au printemps et on va peut-être préparer le

Prix Montgomery (Gr3) cet automne, car c’est un cheval qui adore le terrain

lourd. »

 

Lord Carmont déçoit

Grand favori de ce Prix William Head, Lord Carmont(Goldneyev)

a cédé la deuxième place à Memoussu après une vive lutte. Parti en tête de la

course, comme à son habitude, Lord Carmont n’avait pas l’influx qui était le

sien lors de sa rentrée dans le Prix de Saumur et a coincé dans la dernière

ligne droite. « C’était trop facile pour lui lors de sa rentrée et je pense que

je ne l’ai pas assez travaillé entre les deux courses, nous a raconté Isabelle

Pacault. C’est une petite déception aujourd’hui. »

 

Synaptique (Saint des Saints) était l’un des chevaux les

plus en vue dans cette épreuve. Le 6ans de Guillaume Macaire

retrouvait sa discipline du steeple-chase et se testait pour la première fois

sur le rail ditch and fence. Malheureusement, le représentant de Jacques Détré

commettant une grosse faute sur cet obstacle, son jockey n'a pu rester en

selle. « C’est vraiment dommage parce qu’il allait très bien, a confié Jacques

Ricou. Je ne lui avais encore rien demandé mais il a raccourci son action avant

l’obstacle et a laissé l’arrière-main dedans. Sur ce type d’obstacle, ça ne

pardonne pas. »

 

Aux origines d’une gagnante de "Vermeille"

Élevé par François-Marie Cottin, Royal Palois est un pur

produit destiné à l’obstacle. Son père, Lute Antique (No Lute), était un bon

cheval d’Auteuil et a remporté notamment le Prix des Drags. Sa mère, Royale

Nonantaise, est une fille de Garde Royale (Mill Reef), un excellent père de mères

dans la discipline de l’obstacle. Royal Palois est le deuxième de ses sept

produits. Seulement quatre ont vu un hippodrome et les trois premiers se sont

déjà imposés. Royal Palois a hérité de sa classe de plat par sa deuxième mère,

Girka (Akarad), qui, si elle n’a pas couru, est à l’origine de La Capitaine

(Smadoun), une lauréate de course "A" en région parisienne. En

remontant plus loin dans la généalogie de Royal Palois, on retrouve Percale

(Emerson), sa quatrième mère, une jument issue de l’élevage "Rothschild"

qui a donné naissance à Paysanne (Auréole), lauréate du Prix Vermeille (Gr1) en

1972.